Article 

Le PSG doit rester prudent face au fair-play financier (L'E)

Publié le jeudi 5 septembre 2019 à 10:13 par Marius Cassoly
Si le PSG s'est dernièrement donné un peu d'air par rapport au fair-play financier, le club parisien doit néanmoins rester prudent face au gendarme financier de l'UEFA, selon les informations de L'Équipe.

Alors que le mercato estival vient de fermer ses portes, L'Équipe fait un point ce jeudi sur la position du PSG face au fair-play financier de l'UEFA. Et les nouvelles sont plutôt rassurantes. Si Paris reste bien évidemment sous le contrôle de l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC), le club parisien n'a pas répété les erreurs passées dans le cadre du FPF. 

Mauro Icardi, qui arrive donc à Paris dans le cadre d'un prêt avec une option d'achat non obligatoire, en est le parfait exemple. Le journal sportif explique que, si les négociations entre les parties avaient abouti sur une signature obligatoire de l'Argentin en fin de saison prochaine, le PSG aurait été dans la contrainte de faire apparaitre le montant du transfert dans ses comptes dès cette saison. 

Et L'Équipe explique que c'est cette erreur-là qui avait été réalisée lors de la venue de Kylian Mbappé, à l'été 2017. En provenance de Monaco, l'attaquant français avait débarqué dans la capitale sous la forme d'un prêt avec une option d'achat liée au... maintien du PSG en Ligue 1. Un montage qui n'a pas échappé au gendarme financier de l'UEFA, et Paris a donc du démarrer l'amortissement du transfert dans l'immédiat, fragilisant la position parisienne par rapport au fair-play financier : obligation de ne pas dépasser le montant de 30M€ de déficit sur les trois dernières saisons. 

Le PSG a donc un avenir à court terme plutôt tranquille, notamment suite à la décision favorable du TAS en mars dernier, et surtout que Paris a clôturé le marché des transferts estival avec une balance positive de 14M€. Autre bonne nouvelle récente : la prolongation du contrat avec l'équipementier Nike, accompagnée d'une belle revalorisation (80M€ annuels contre 25M€ auparavant), mais aussi le contrat signé avec le nouveau sponsor Accor, s'élevant lui à plus de 50M€/an, soit plus du double versé avant par Emirates. 

Cependant, l'ICFC a récemment refusé au PSG de faire apparaitre dans ses comptes son contrat contesté avec QTA, et doit également faire face à une masse salariale toujours importante avec les signatures récentes de Navas et Icardi. Le PSG sort la tête de l'eau concernant le fair-play financier mais doit tout de même rester prudent, l'UEFA surveillant toujours de très près le club parisien...



News 

Aujourd'hui

lundi 16 septembre

dimanche 15 septembre

samedi 14 septembre

vendredi 13 septembre

jeudi 12 septembre

mercredi 11 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux