Article 

PSG/MU, la C1, sa saison, son poste, Tuchel, l'entretien complet de Dani Alves à RMC (1e partie)

Publié le jeudi 11 avril 2019 à 19:51 par Philippe Goguet
Rare devant les médias, Dani Alves s'est longuement confié à RMC ce jeudi, abordant pratiquement tous les thèmes. Dans cette première partie, il revient notamment sur ses ambitions, la saison parisienne, ce qui ne marche pas bien à Paris, son poste ou encore son entraîneur Thomas Tuchel.

De retour sur les terrains depuis deux matches, Dani Alves a accordé un entretien de près d'une demi-heure à RMC ce jeudi, revenant sur la plupart des grands thèmes du moment le concernant. Il a commencé par revenir sur son incroyable palmarès, déjà riche de 39 titres et proche d'un 40ème : « Ce que je dis toujours, c'est que c'est de la bonne adrénaline donc on veut en profiter. Le plus important n'est pas ce que j'ai gagné mais c'est ce que je veux gagner. Donc j'accepte des défis, j'évolue, j'essaye de m'adapter à des gens différents mais toujours avec ce même objectif : gagner et aider le PSG à gagner. Pour être un club historique, il faut gagner, continuer à gagner et je pense que le PSG est sur la bonne voie. Premièrement, c'est le plus grand club de France, c'est l'objectif principal et c'est comme ça qu'on est un club parmi les plus importants d'Europe. Pour l'histoire, pour les trophées, même si le PSG n'est pas encore la plus grande équipe, c'est bien le cas dans le pays. Nous suivons cette voie et nous essayons de construire des choses encore plus grandes que par le passé. C'est un cap qu'on doit suivre en permanence. Il faut y aller étape par étape pour aspirer à plus grand. »

Son analyse du PSG/MU et du club

« C’est le sentiment que j’ai eu à ce moment-là, qu’il nous manquait cette petite touche »

Alves est ensuite lancé sur le récent PSG/Manchester United (1-3) et il lui est demandé une explication : « Cela a été une surprise très désagréable pour tout le monde. Mais j’avais dit lors d’un entretien avant le match que le club historique c’était Manchester. Il faut toujours faire très attention dans ce type de compétition. Face à un club historique ou lors d’un match historique, que ce soit en Coupe du monde, en Ligue des champions, lors d’un combat de boxe, d’un match de tennis, peu importe, l’histoire sera en fait toujours contre toi, quelle que soit la situation. C'est comme ça. Nous, il faut qu’on fasse notre histoire. On ne respecte que ceux qui font leur histoire. Sinon, on dira du PSG qu’il a fait comme la dernière fois. Démontre ce que tu vaux, montre que ce n’est pas le même PSG. C’est le sentiment que j’ai eu à ce moment-là, qu’il nous manquait cette petite touche. Il fallait qu’on parte en guerre : "si je fais une bonne première mi-temps, la seconde devra être encore meilleure." »

Il est ensuite questionné sur le fait que son discours n'est pas encore entendu dans tout le club et répond : « Moi, c'est ce que je ressens. Au sein du club, dans mon entourage, finalement, les gens ne savent pas vraiment. Je n'aime pas me jeter des fleurs mais je sais comment on gagne. Et je sais aussi comment on perd. Quand j'essaye dire quelque chose, j'aimerais que l'on me suive. Parce que je vaux plus qu'un autre, c'est faux, mais parce que je suis déjà passé par là. Quand une personne est déjà passée par là, il faut peut-être l'écouter, se baser sur son expérience. Peut-être que ça marchera, peut-être pas. J'aimerais que, quand je dis quelque chose, l'on m'écoute davantage, qu'on me suive plus car j'ai déjà vécu plein d'expériences et je sais ce qui va te tirer vers le haut et ce qui va te descendre. Parce que j'ai gagné, j'ai eu une carrière riche en trophées. Je parle de ce que j'ai vécu, de ce que j'ai appris. Si on n'est pas attentifs, des choses arriveront. »

Sur PSG/MU : « Pour moi, c'est un peu de tout, un problème général.»

Relancé sur PSG/MU, il confirme qu'il s'agit pour lui d'un problème global : « Pour moi, c'est un peu de tout, un problème général. Nous, nous sommes le club, et le club, c'est nous, les supporters aussi. Lorsqu'il y a une bonne connexion, il se passe de bonnes choses. Quand l'on se dit qu'il faut faire attention, les choses se passent bien mais si on manque de concentration, on a alors un problème et on peut avoir de mauvaises surprises. Et je n'aime pas les mauvaises surprises. C'est pour ça que j'essaye de toujours me préparer pour ne pas y faire face, j'essaye de faire en sorte que toutes ces surprises soient bonnes. Je ne veux pas être surpris, je ne peux plus l'être, j'ai vécu tant de choses, il n'y a rien qui me surprend, il y a toujours des causes et des conséquences. »

Sa saison, son poste et Tuchel

« Je pense que mon bilan est positif pour cette saison »

Il est ensuite demandé au joueur de juger sa saison : « Cela a été une saison différente, bizarre, parce que je ne m'étais jamais blessé gravement en 20 ans de carrière. J'ai réussi à m'en remettre, je suis revenu jouer, j'ai connu d'autres expériences, comme si je revenais à une époque où j'étais petit. Toutes les positions auxquelles j'ai joué sont celles auxquelles je jouais quand j'étais plus jeune. Quand on veut une position, on l'obtient parfois et j'aime bien les positions que je connais bien et je pense que, si l'on prend en compte le fait que je suis revenu de blessure et si on voit les positions auxquelles j'ai joué, j'ai eu une bonne saison. C'est vrai que si on avait poursuivi (en Champions League), cela aurait été plus facile pour la saison et c'est plus compliqué maintenant mais je pense que mon bilan est positif pour cette saison. »

Alors qu'il a beaucoup joué ailleurs qu'à son poste théorique d'arrière droit, il est interrogé sur un éventuel manque dans l'effectif du PSG et répond : « Dans une grande équipe, il faut des joueurs de postes et des joueurs qui puissent être utilisés à plusieurs positions. Des joueurs qui peuvent être utilisés à plusieurs positions, on en a, il n'y a pas que moi, il y a aussi Juan Bernat. À Valence, il avait déjà joué dans une autre position. Il a une bonne technique, un bon sens de l'anticipation et quand on a beaucoup de joueurs qui peuvent permuter, c'est sûr que c'est mieux. Ma maîtrise à mon poste, ce n'est pas pareil que si je suis positionné de manière plus centrale, il n'y a pas autant de fluidité dans le jeu que quand je suis à mon poste mais le fait d'être à disposition d'un maillot, d'un club, pour gagner, cela ne dépend pas de la position. Bien sûr qu'il y a des prédispositions mais j'essaye toujours de jouer à des postes différents.»

« Moi, je préfère jouer arrière droit, j'ai fait toute mon histoire à ce poste mais je peux jouer à tous les postes »

Relancé sur sa position actuelle, il répond : « Tout ce que j'ai gagné, je l'ai gagné en tant qu'arrière droit. Je peux gagner à d'autres postes car je connais le jeu (il est coupé). Moi, je préfère jouer arrière droit, j'ai fait toute mon histoire à ce poste. Normalement, quand on joue à trois, je joue à mon poste en général mais, pendant les matches, je change parfois de poste. Peut-être que je commence au milieu mais, en fonction du match, on peut passer à trois (en défense) et je passe latéral droit. Moi, je peux jouer à tous les postes. J'ai une maîtrise et une connaissance du jeu, je sais ce dont on a besoin dans un match, s'il faut être plus agressif, avoir plus ou moins de pressing, s'il faut plus de contrôle, si ceux qui sont de mon côté mettent assez de pression ou pas. Moi, j'ai cette lecture du jeu. »

« Pour moi, Tuchel est la meilleure acquisition depuis que je suis dans ce club. »

Après le poste, c'est logiquement sur l'entraîneur qu'Alves est lancé et le Brésilien donne donc son avis sur Tuchel : « Pour moi, c'est la meilleure acquisition depuis que je suis dans ce club. Meilleur que moi bien sûr, bien meilleur ! Je n'avais jamais vu un entraîneur aussi intelligent et aussi prêt à se mettre au service de l'équipe. Il étudie très bien les rencontres, il a tout un staff qui est incroyable. Tous les jours pendant lesquels j'ai travaillé avec lui, cela a finalement été des jours heureux parce qu'ils rendent les choses possibles. Bien sûr, des fois, des choses ne fonctionnent pas et j'insiste sur le fait qu'il y a eu énormément d'attentes. C'est vrai que tout ça a été une souffrance pour lui, le club, les supporters et nous, c'est normal, on veut toujours obtenir les meilleurs résultats et c'est pour ça qu'on joue sinon on resterait à la maison. Donc j'insiste, c'est l'un des meilleurs entraîneurs que j'ai connu. »

Dans la seconde partie, il est notamment question de Neymar, Mbappé, Verratti ou encore son futur.

Joueur(s) lié(s) 


News 

mardi 18 juin

lundi 17 juin

dimanche 16 juin

samedi 15 juin

vendredi 14 juin

jeudi 13 juin

mercredi 12 juin

mardi 11 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux