Article 

Juan Bernat, la montée en puissance d’un soldat

Publié le dimanche 10 mars 2019 à 23:05 par Guillaume L.
Critiqué avant même d’arriver sous les couleurs parisiennes, Juan Bernat est aujourd’hui devenu l’un des seuls au niveau aussi bien sportivement que mentalement lors de l’éphémère parcours européen.

Après quatre saisons passées avec le maillot bavarois du Bayern Munich, Bernat a décidé de rejoindre la capitale afin d’écrire un nouveau chapitre dans son histoire footballistique. Sa précédente aventure, en Allemagne, a laissé de nombreuses interrogations, notamment sur sa condition physique puisque l’Espagnol a été blessé près de 260 jours au total en 3 ans, mais aussi sur son niveau. Assez peu utilisé dans l’équipe allemande, le latéral gauche a débarqué à Paris sous les sévères critiques des supporters parisiens, mais aussi des “spécialistes”, le jugeant pas assez bon pour le projet qatari.

Une montée en puissance

Désiré par Thomas Tuchel lors du dernier mercato estival, l’Espagnol a rejoint Paris pour environ 5 millions d’euros, soit une somme non conséquente pour le club de la capitale. Promis dans un premier temps à une place de titulaire suite à la blessure de Layvin Kurzawa, il n’a pas traîné pour prendre ses marques malgré quelques premières prestations mitigées. Il s’est rapidement intégré au système mis en place par le tacticien allemand, que cela soit dans une défense à quatre mais aussi à trois avec une belle activité dans son couloir gauche. Son profil, ressemblant à celui d’un Jordi Alba, était recherché depuis un certain temps par les dirigeants qui n’avaient pas réellement réussi à pallier le départ de l’excellent Maxwell. Pourtant vivement critiqué par quelques supporters, il n’a jamais douté de lui et a enchaîné les matches avec une belle montée en puissance.

Un latéral moderne

Mais comme de nombreux latéraux actuels, il a quelques lacunes défensives, il lui arrive d’être en retard sur certaines phases, même si c’est aussi son jeu qui veut cela. Dans une défense à trois, un latéral doit être aussi bien présent offensivement que défensivement, ce qui laisse donc de la place aux erreurs défensives. Il arrive cependant à corriger cela grâce à une énorme activité et un jeu offensif particulièrement intéressant, notamment avec Di Maria. Il se projette, il est performant dans la passe courte et est efficace face au but. On peut, peut-être, lui reprocher parfois un manque de qualité dans les centres à mi-hauteur, même si il n’est pas aidé par le peu de présence dans la surface de réparation.

Pas toujours excellent en Ligue 1, il arrive à se sublimer lors des grosses rencontres européennes comme contre Naples, Liverpool et dernièrement Manchester United où il a réussi à inscrire un but à chaque fois. En plus de scorer (ndlr: trois buts en huit matches de C1), il a montré un vraie mentalité avec l’envie permanente de tout donner. Au Parc contre l’équipe mancunienne, il a été l’un des seuls au niveau, aussi bien sportivement que mentalement. De la première à la dernière minute il a tout donné, désirant perturber son adversaire (il a inscrit un but et a tapé le poteau) mais aussi bouger ses coéquipiers. Malheureusement, lors d’un combat, un seul guerrier ne suffit pas pour gagner la guerre.

Aujourd’hui les vives critiques ont disparu et certains ont surement pris une nouvelle leçon : ne jamais juger sans avoir vu jouer. Bernat n’est peut-être, même sûrement pas, le meilleur latéral gauche d’Europe, mais il a les qualités pour s’imposer dans l’équipe parisienne. Il est en tout cas l’une des belles histoires de cette saison et on espère que celle-ci restera inscrite dans le beau livre du club de la ville lumière.

Joueur(s) lié(s) 


News 

samedi 25 mai

vendredi 24 mai

jeudi 23 mai

mercredi 22 mai

mardi 21 mai

lundi 20 mai

dimanche 19 mai

samedi 18 mai

vendredi 17 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux