Article 

Le PSG cité comme favorable à la réforme de la Ligue des Champions

Publié le mercredi 10 avril 2019 à 12:31 par Jean Chemarin
Le projet de réforme de la Ligue des champions prévu pour 2024 divise aussi bien en Europe qu'en France. Si le PSG ne s'est jamais publiquement prononcé sur le sujet, il y serait favorable selon plusieurs personnes, notamment le président guingampais Bertrand Desplat, le leader de la résistance menée par la grande majorité des clubs de Ligue 1.

Le fantasme d'une Super Ligue européenne fermée est en passe de voir le jour, sous une forme un peu moins verrouillée, mais beaucoup plus élitiste quand même que l'actuelle Ligue des champions, qui l'est déjà beaucoup. Portée par l'ECA, l'association des clubs européens, la réforme de la Ligue des Champions prévue pour 2024 se précise ces derniers jours et l'UEFA semble finalement y être favorable. Alors que la Ligue Europa 2 doit voir le jour en 2021, une nouvelle formule de la C1 est elle aussi dans les cartons. Les grands lignes ? 4 groupes de 8, au lieu de 8 groupes de 4, beaucoup plus de matches (14 minimum, contre 6 actuellement, 21 pour les finalistes, contre 13 actuellement), plus d'argent évidemment, mais surtout un système beaucoup plus fermé qu'avant pour accéder à la compétition.

Une Super Ligue des champions de plus en plus élitiste

Ainsi, l'idée serait que les 4 premiers des quatre groupes soient qualifiés pour les 8es de finale et aussi automatiquement pour la prochaine édition de la Ligue des champions, à l'instar des 5es de chaque groupe, et ce, quel que soit leur classement en championnat. Les 6e et 7e se disputeraient eux un barrages pour valider leur place pour la prochaine édition. 24 équipes sur 32 seraient donc qualifiées pour la Ligue des champions d'une année à l'autre et il n'y aurait donc que 8 nouveaux entrants potentiels chaque année, via un système d'entrée encore indéterminé.

Une réforme qui fait bondir les Ligues nationales, toutes opposées à cette réforme qui tendrait à pousser les grands clubs à se focaliser sur cette super Ligue des champions, au détriment des championnats et coupes nationales, et enleverait aussi la possibilité pour certains clubs d'accrocher une place en Coupe d'Europe via leur championnat. En France, tous les clubs sont opposés à cette réforme, ou presque. «Il y a ceux qui sont totalement pour la réforme proposée, comme le PSG ou Lyon, ceux qui s'interrogent sur leur capacité d'intégrer cette compétition comme Marseille et quelques autres», assure ainsi Bertrand Desplat, le président de Guingamp, dans L'Equipe.

Le PSG favorable à la réforme

Pour le moment, le PSG ne s'est pas encore prononcé officiellement sur le sujet, même si la présence de Nasser Al-Khelaïfi au comité exécutif de l’UEFA en tant que représentant de l'ECA, à l'origine de cette réforme, laisse supposer qu'il y est favorable. Il aura en tout cas un rôle prépondérant à jouer lors des discussions concernant cette réforme de la compétition. Selon Le Parisien, le président parisien soutient bien la nouvelle formule, qui permettrait au PSG d'avoir la garantie de disputer donc un minimum de 14 affiches européennes de haut niveau quasiment chaque année et de voir ses recettes grimper.

Jean-Michel Aulas, lui, ne s'en cache pas, il pense que cette réforme est intéressante et ne tuera pas l'intérêt sportif de la Ligue 1 : «Beaucoup plus de clubs vont pouvoir participer aux Coupes d’Europe, grâce au championnat et grâce aux performances à l’intérieur de ces compétitions européennes, assure le président lyonnais au Parisien. Il existera une possibilité de monter dans la deuxième compétition (l’actuelle Ligue Europa) si vous êtes performants dans la troisième (la Ligue Europa 2). Mais aussi d'accéder à la première compétition, la Ligue des champions, si vous êtes bons dans la deuxième compétition, équivalente à la Ligue Europa».

L'UCPF contre-attaque

Du côté de l'UCPF, le syndicat qui représente la majorité des clubs de Ligue 2 et certains "petits" clubs de Ligue 1 comme Guingamp, Dijon, Amiens et Strasbourg (les autres clubs de L1 appartenant au syndicat Première Ligue), on est farouchement contre. Et on s'organise pour contrer cette possible refonte de la C1. L'UCPF a ainsi fait part de son intention de faire voter une motion en assemblée générale de la Ligue pour supprimer les recettes télévisées de tous les clubs qui s'engageraient dans la nouvelle formule de la Ligue des champions. Suffisant pour décourager les gros clubs d'y participer, eux qui se gaveront sans doute de l'autre côté avec de nouveaux droits TV XXL en C1 ?

«Le vote de cette suppression des recettes télé est une manière de faire comprendre aux clubs concernés et aux instances européennes qu'on ne peut pas impunément dégrader la valeur des Championnats nationaux, de galvauder les compétitions nationales en supprimant le système de méritocratie sans qu'il y ait de conséquences financières, justifie Bertrand Desplat. On va contacter les autres ligues européennes qui sont, de manière unanime, opposées à ce projet de réforme. Je pense que c'est une proposition qui peut être adoptée partout en Europe.»

Concernant le calendrier de l'UEFA, qui n'a encore rien adopté officiellement, une réunion est prévue le 8 mai entre l'instance européenne et les représentants des Ligues européennes, toutes opposées à cette réforme. Une réunion de la commission des compétitions de clubs (CCC) de l'UEFA suivra le 14 mai, mais aucune décision ne devrait être prise avant la fin de la saison prochaine. Il reste donc encore du temps pour que les deux camps qui s'opposent trouvent un terrain d'entente et un consensus. L'histoire a en tout cas jusque-là toujours renforcé la position des clubs les plus puissants, comme lors de la dernière réforme de la C1 qui a permis aux Anglais, aux Espagnols, aux Allemands et aux Italiens de qualifier directement quatre clubs à chaque nouvelle édition de C1.



News 

Aujourd'hui

mardi 25 juin

lundi 24 juin

dimanche 23 juin

samedi 22 juin

vendredi 21 juin

jeudi 20 juin

mercredi 19 juin

mardi 18 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux