Article 

Amiens/PSG (0-2), les performances individuelles

Publié le jeudi 11 janvier 2018 à 2:18 par Philippe Goguet
Le PSG a dominé 2-0 Amiens en quart de finale de la Coupe de la Ligue ce mercredi mais, sur la pelouse des Picards, les troupes d'Unai Emery n'ont pas vraiment livré un grand match. Retour sur les performances des Parisiens au cas par cas.

Trapp : De nouveau titulaire, le gardien allemand a réussi à garder sa cage inviolée de façon très logique, la seule véritable occasion amiénoise étant une frappe hors-cadre à la 91ème minute. Pour le reste, le portier remplaçant du PSG avait dû attendre près de 25 minutes pour toucher un ballon et il a vaguement été sollicité durant les 10 qui ont suivi, avant l'expulsion adverse. Aucun des tirs n'a été spécialement dangereux mais l'Allemand a toujours été bien placé et vigilant. Au chômage technique après la pause, il se signale seulement sur une belle sortie aérienne devant Gouano.

Meunier : Titulaire pour la première fois de l'année, le Belge entame très bien la partie en se montrant particulièrement tranchant sur son aile. Si son premier centre est raté, les suivants sont souvent dangereux car placés dans des zones compliquées à défendre, même si pas toujours réceptionnés par ses partenaires. C'est par exemple lui qui est à la base de la première occasion parisienne du match. Moins en vue durant une bonne partie du second acte, il finit en revanche très bien la partie, montrant une belle forme. On peut seulement lui reprocher de trop rares combinaisons payantes avec son ailier mais Verratti a bien su l'utiliser. Défensivement, il a globalement fait le boulot.

Marquinhos : Comme Meunier, il faisait son retour dans le onze de départ et le Brésilien a vécu une soirée plutôt tranquille sur le terrain amiénois. Il lui faut ainsi pratiquement un quart d'heure pour avoir un premier vrai duel à gérer, sur un corner, et il s'en sort bien. Son intervention suivante face à un Gakpé lancé est bien moins bonne et il concède un coup-franc bien placé (15e). Durant le reste de la partie, et particulièrement quand Amiens va être réduit à 10, il aura simplement quelques couvertures à assurer, ce qu'il va très bien faire. Dans la relance, il a fait le minimum syndical. A noter une tête sur la barre transversale.

Thiago Silva : Le capitaine parisien a largement tenu la baraque face à un adversaire qui n'aura pas beaucoup attaqué. Très présent en début de match quand Amiens avait encore quelques vélléités, il va bien gérer la plupart d'entre elles. Important sur les contres, le Brésilien va s'occuper des affaires courantes de façon autoritaire et souvent juste, notamment face à un Konaté qui arrivait lancé face à lui. Dans la relance, il va un minimum s'impliquer, malgré une passe ratée à l'heure de jeu qui a surpris vu sa maîtrise habituelle.

Berchiche : Le Basque enchaînait dans son couloir gauche et il se montre très offensif dans les premiers instants de la partie, affichant notamment une belle complémentarité avec Neymar. Cela ne va pas vraiment durer et il se montre plus sage par la suite, ne réapparaissant que sur une frappe de loin qui passe d'un rien à côté. Toujours volontaire mais moins précis après la pause, notamment techniquement où il apparaît encore régulièrement pataud, il va faire son travail sans briller outre mesure. Défensivement, il y a aussi eu du bon et du moins bon mais le positif l'emporte malgré tout, sans que ce ne soit transcendant.

Rabiot : Unai Emery l'avait de nouveau placé en sentinelle suite au forfait de Thiago Motta et le milieu de 22 ans n'en a souvent eu que l'étiquette théorique. Rarement en vue défensivement face à un adversaire qui venait peu dans sa zone, c'est surtout dans son jeu offensif qu'on a vu le longiligne gaucher. Avant la pause, il se caractérise régulièrement sur ses percées de relayeur, parfois jusque dans la surface puisqu'il aurait même pu marquer (27e). Moins offensif après la mi-temps, et peut-être aussi un peu fatigué vu le manque de mordant et le déchet technique parfois affichés, il va malgré tout doubler la mise d'une tête bien placée alors que son match perdait en qualité de façon claire. Remplacé par Nkunku pour les dix dernières minutes, vite averti.

Verratti : Le milieu italien a encore sorti une belle prestation, se montrant à la fois d'une précision redoutable dans ses passes et d'une justesse technique admirable sur un terrain pourtant très gras. Ses passes mi-longues ont notamment apporté très régulièrement le danger, à l'image de celle donnée par-dessus la défense à Mbappé qui va provoquer l'expulsion de Gurtner. Pour autant, Neymar monopolisant souvent le ballon sur l'aile opposée, Verratti a moins vu le cuir que d'habitude. Vu sa justesse permanente, ce n'est pas forcément une bonne chose. Remplacé par un Dani Alves saignant pour les 10 dernières minutes.

Draxler : L'Allemand revenait dans le onze de départ et c'est comme milieu relayeur gauche qu'Emery l'a relancé. Tout n'a pas été parfait, trois jours après une entrée déjà mièvre à Rennes, mais il y a aussi eu des bonnes choses. Placé un cran plus haut que les deux autres milieux, Draxler a été intéressant dans ses incursions axiales et a aussi délivré quelques bons ballons. Outre Neymar qui alterne entre échanges sans intérêt et boycott le concernant, l'ancien de Wolfsburg n'a pas toujours été compris par ses coéquipiers malgré des bonnes idées, d'où quelques ballons perdus. Averti pour une faute, il sort finalement peu après l'heure de jeu et a été remplacé par Lo Celso, auteur d'une entrée dans le ton mais sans trop de prise de risques.

Di Maria : L'Argentin goûtait sa seconde titularisation consécutive et le résultat a été bien moins probant qu'à Rennes, il faut bien l'avouer. Il a certes délivré une belle passe décisive à Rabiot, en plus d'avoir parfaitement décalé Neymar dans la surface sur le penalty provoqué, mais El Fideo a aussi beaucoup loupé. On ne peut pas nier sa présence mais le déchet a été bien trop présent et il a finalement souvent peiné à se montrer dangereux, aussi bien comme ailier droit avant la pause que dans ce rôle inédit pour lui d'attaquant axial après celle-ci. Souvent auteur de touches de balle superflues, il n'a donc pas vraiment réussi sa prestation mais il faut aussi noter son envie et sa volonté, absente il y a encore quelques semaines. A défaut de tout réussir techniquement, le joueur répond au moins mentalement.

Neymar : Aligné sur le côté gauche de l'attaque, le Brésilien attaque tambour battant la partie et frôle logiquement l'ouverture du score d'entrée. Peu à peu, il va commencer à la jouer de plus en plus facile, perdant un nombre croissant de ballons, tandis qu'il s'énerve en parallèle sur l'arbitrage de M. Rainville. Alors que le déchet est à son sommet en début de seconde période et que le Brésilien enchaîne les pertes de balle, il va débloquer la partie en provoquant un penalty grâce à sa malice et son coup de rein. Il transforme la sentence et va encore créer bon nombre d'occasions durant la fin de match, tout en se goinfrant aussi au passage au point d'énerver certains de ses partenaires. Un match bien dur à juger, entre situation débloquée grâce à son talent hors-norme et déchet très présent. 

Mbappé : De nouveau aligné seul en pointe, le jeune attaquant n'a pas su exister comme il avait su le faire quelques jours plus tôt. Bien serré dans la défense adverse, il peine à peser et commence donc à s'excentrer ou à décrocher pour participer un peu. C'est alors sur les ailes qu'il fait parler sa vitesse, une première fois pour se mettre en position de frappe et pas loin de conclure, une seconde pour provoquer l'expulsion du gardien adverse. Touché au genou, il va revenir mais jouera ensuite pratiquement tout le temps sur le côté droit, donc forcément par intermittence vu que Neymar monopolisait la balle côté opposée. Malgré tout, il signe quelques actions de grande classe, notamment lorsqu'il trouve la barre transversale après une énorme accélération. Toujours aussi insaisissable, même si moins précis que d'habitude.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 22 janvier

dimanche 21 janvier

samedi 20 janvier

vendredi 19 janvier

jeudi 18 janvier

mercredi 17 janvier

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux