Article 

Désillusion, amertume et espoir, le constat de Draxler après PSG/Real

Publié le mercredi 7 mars 2018 à 20:12 par Philippe Goguet
Entré pour les 20 dernières minutes d'un PSG/Real Madrid où il n'a pas plus pesé qu'à l'aller, Julian Draxler a dressé un constat en trois temps après la rencontre à la télévision allemande.

Remplaçant entré pratiquement au pire moment aussi bien à l'aller qu'au retour, Julian Draxler en avait gros sur la patate au moment de débriefer l'élimination face au Real Madrid sur l'antenne de la chaîne de télévision allemande ZDF ce mardi soir. C'est une analyse en trois temps qu'il a livrée, évoquant l'indigence collective, son cas particulier et un futur proche moins noir qu'il n'y paraît.

Appelé à faire un bilan collectif du match, l'Allemand n'y est pas allé par quatre chemins pour parler de l'immense déception qu'a été ce PSG/Real (1-2) : «Globalement, c'était beaucoup trop insuffisant. C'est dur de comprendre que nous ayons été éliminés aussi facilement alors que nous nous étions beaucoup promis. Toute la ville était chaude, nous étions chauds. Mais quand on livre un match sans rythme, sans explosivité, c’est évident qu’on ne peut pas battre le Real Madrid.»

«Tout le monde dans le stade sentait que ne nous retournerions pas ce match»

Après cette première partie, il va pointer du doigt ce qu'il considère comme une erreur de stratégie de la part de son équipe : «Le Real Madrid a joué tranquillement et n'était pas nerveux. On a fait tourner le ballon mais tu ne peux pas gagner en faisant juste ça. Tu dois mettre la pression sur le Real dès le coup d’envoi quand tu perds 1-3, pas juste faire des passes et espérer que quelque chose tombe du ciel. On mérite d'être éliminés.» Plus inquiétant, il dresse un constat très partagé : «Tout le monde dans le stade sentait que nous ne  retournerions pas ce match, simplement parce qu’il nous manquait l’intensité. Finalement, le Real a joué tellement souverainement qu’il n’a même jamais montré de nervosité.»

De son côté, on ne peut pas dire que le joueur ait spécialement brillé durant la petite vingtaine de minutes qu'il a jouées. Appelé par Emery juste avant l'égalisation de Cavani, il avait finalement été renvoyé vers l'échauffement à ce moment-là pour finalement entrer en jeu cinq minutes plus tard. Draxler va ouvertemenet critiquer son coach pour cette attitude : «C'était un manque de sensibilité. Je me suis dit à ce moment-là, peut-être qu’il faut continuer d’appuyer sur l’accélérateur et jouer l’offensive. Ce n'était pas logique, le 1-1 ne nous apportait rien. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. J'étais surpris et un peu amer comme vous pouvez le constater.»

«Je reste convaincu que cette équipe a un gros potentiel»

Mais alors que le PSG est groggy et cherche de l'air après cette terrible désillusion, l'Allemand de 24 ans va dresser un constat à la fois dur et porteur d'espoir sur son équipe : «Cet été, nous avons dépensé 400 millions d'euros et tout le monde disait que ça allait changer les choses, mais nous avons de nouveau échoué en huitième de finale. Ce n'est pas satisfaisant et nous devons nous en inquiéter mais je reste convaincu que cette équipe a un gros potentiel. On voit dans des matches comme celui-là qu’il manque encore quelque chose pour arriver tout en haut. Ça doit nous donner à réfléchir.»

Du côté de la direction, on compte en tout cas attendre avant de lancer les grandes manoeuvres comme l'a expliqué le président Al-Khelaïfi.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 24 juin

samedi 23 juin

vendredi 22 juin

jeudi 21 juin

mercredi 20 juin

mardi 19 juin

lundi 18 juin

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux