Article 

Le manager général de Pontivy encense Tuchel et trolle l'OM

Publié le lundi 7 janvier 2019 à 11:01 par Jean Chemarin
Déçu par la défaite de son équipe face au PSG, le manager général de la GSI Pontivy était tout de même très fier de la performance de ses troupes. Passé plus jeune par le club parisien, Yannick Blanchard s'est aussi permis un petit troll mémorable sur l'OM en zone mixte.

Passé par le PSG de 12 à 17 ans, Yannick Blanchard n'oubliera pas cette soirée du 6 janvier lors de laquelle son équipe de cinquième division a longtemps tenu tête aux stars parisiennes, avant de craquer sur un CSC puis de lâcher en deuxième période. «4-0, c'est lourd, c'est sévère. Après, dans le contenu, je trouve qu'on a fait des choses intéressantes. On avait cette volonté de jouer, on ne voulait pas rester devant notre surface pendant une heure et demie, ne faire que défendre (...) Le tournant, c'est le but contre notre camp. C'est dur à avaler car derrière on a une grosse occasion pour égaliser», a-t-il confié au micro d'Eurosport après le match.

En zone mixte, le manager général de Pontivy a aussi salué son homologue allemand : «Ça a été un moment fabuleux à vivre. J'ai joué contre l'un des meilleurs entraîneurs du monde, qui va peut-être gagner la Ligue des champions, alors que je n'ai que 35 ans». En supporter du PSG qu'il est depuis gamin, Blanchard s'est aussi permis un petit troll collector sur l'OM. Interrogé sur un possible retour en 32e de finale l'an prochain, le coach de cette équipe de 5e division a expliqué qu'il voulait un tirage au sort plus clément car «le PSG c'était trop dur», avant de lâcher «pourquoi pas l'OM ?» en allusion évidemment à l'élimination marseillaise face à Andrézieux.

Le community manager du PSG a lui aussi trollé les Marseillais dimanche en félicitant Andrézieux et en saluant la magie de la Coupe. Un tweet ensuite supprimé.

Match lié 


News 

vendredi 22 mars

jeudi 21 mars

mercredi 20 mars

mardi 19 mars

lundi 18 mars

dimanche 17 mars

samedi 16 mars

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux