Article 

Le match, Cavani, Icardi, la trêve, etc, la conf de Tuchel après Brest/PSG (1-2)

Publié le samedi 9 novembre 2019 à 21:51 par Philippe Goguet
C'est un Thomas Tuchel heureux et souriant qui s'est présenté devant la presse après la victoire contre Brest. Conscient des difficultés qui attendaient son équipe, il a salué le rebond mental et le combat rapporté. Il est aussi longuement revenu sur la concurrence entre Icardi et Cavani.

Ce qu'il retient de ce succès ?

« Je dois dire honnêtement que j'aime beaucoup cette victoire. C'est une belle victoire, difficile, comme un match de coupe. On a fait beaucoup de changements, en titularisant beaucoup de joueurs qui manque un peu de rythme, donc de confiance, comme Layvin (Kurzawa), Edi (Cavani), Pablo Sarabia ou Draxler. Mais c'était nécessaire pour rester frais, dans la tête comme dans les jambes, et ils ont été bons, tous. Ce n'était pas simple en première période avec le vent contre nous mais on a eu beaucoup de possibilités d'accélérer et de de créer des occasions mais nous avons commis des erreurs facile au niveau technique. La deuxième période était plus simple à contrôler, notamment avec le vent dans le dos pour nous. Mais on a laissé une occasion à l'adversaire et il a marqué. C'était difficile mais on a montré une bonne réaction ensuite. On a continué de jouer sur un bon rythme et j'ai eu l'impression qu'on croyait vraiment qu'on pouvait gagner ce match. On a mérité de gagner même si c'était très serré. Nous sommes les premiers à gagner ici, on ne peut pas toujours attendre le meilleur et trois ou quatre buts. Ce n'est pas comme ça, il était nécessaire de changer beaucoup de joueurs et d'accepter les circonstances locales. On l'a fait et j'en suis très heureux. C'était le dernier match avant la trêve, la cinquième victoire en six matches. C'est top. »

Peur de ne pas l'emporter et d'être emporté par le train-train de la L1 ?

« Pas du tout. On a changé beaucoup de joueurs et, en amont, je ne m'attendais pas à notre meilleur match, ni à beaucoup d'automatismes. Je l'ai dit aux joueurs aujourd'hui, vu que je savais qu'on avait changé beaucoup de joueurs, mais j'étais convaincu que c'était nécessaire que nous soyons frais dans la tête et dans les jambes, que nous pouvions vraiment combattre avec Brest et que l'ont devait accepter ça. Je suis aussi fatigué, avec toujours une préparation de match, un vol, une mise au vert, je suis moi aussi fatigué après six matches, un tous les trois jours, et je peux comprendre que les joueurs se sentent plus fatigués que moi mais nous sommes là et nous sommes capables de faire ça avec des changements. C'est aussi important qu'on n'attende pas trop de choses pour ne pas être trop déçu à la fin. Non, on doit accepter que cela puisse être difficile, un match serré, mais ce n'est pas grave. On est restés ensemble, on a joué avec un 4-2-3-1 un peu plus offensif et agressif. Les gars ont été bons et c'était un bon match pour les deux équipes. C'est difficile de gagner ici et on l'a fait. Je n'ai pas peur, je suis heureux, on a gagné un peu de temps avec la trêve mais tous les joueurs sont en équipe nationale et on va recommencer après... »

Le match de Cavani : 

« Ce n'est pas facile ici de jouer contre cette équipe pour un attaquant. Il manque un peu de rythme et ce n'est pas facile mais il a tout donné. La concurrence d'Icardi ? Il n'y a pas d'autres possibilités, il doit gérer ça. Nous sommes ensemble, nous sommes une équipe et c'est comme ça pour les attaquants. Des fois, ils sont dans une phase où les choses sont plus faciles, ils marquent encore et encore, ils ont des occasions pour marquer en plus, la confiance arrive et c'est dans cette phase qu'est actuellement Mauro (Icardi). Edi, c'est un peu l'inverse, il manque de rythme, de confiance, et donc de buts. C'est toujours difficile pour un attaquant, car c'est un poste très sensible. Mais on n'a pas d'autres choix que d'accepter cette situation, combattre et travailler dur. C'est la seule chose à faire. »

Des craintes avec la trêve internationale qui arrive ?

« Si je peux décider, je garde tout le monde et je leur donne une semaine de vacances. Je leur ai dit, si vous restez, je peux vous donner une semaines. Ils veulent bien mais ce n'est pas possible (rires). J'espère vraiment qu'ils vont revenir sans être blessés car c'est nécessaire. On a ensuite une phase très longue avec beaucoup de matches et j'ai besoin de tous les joueurs. Mais je l'ai déjà dit, il y a trop de matchs internationaux, trop de vols, jamais la possibilité de se préparer physiquement ou de récupérer. Vous avez ce que je pense, on tue les joueurs avec ce rythme. »

La démonstration qu'Icardi est passé devant Cavani ?

« Non, c'est seulement une situation actuelle. Mauro a reçu beaucoup de confiance et, quand un joueur comme un attaquant, il a peut-être aussi la chance pour rentrer et marquer tout de suite. C'est un peu comme ça. Si tu es dans cette situation-là, le ballon est juste là pour marquer. Tu peux marquer un but facile comme contre Bruges mais tu es là et tu as la chance avec la barre. C'est comme ça, si un attaquant est dans cette situation, tu le laisses jouer normalement. Et c'est l'inverse (avec Edi) mais ce n'est que la situation à cet instant. Edi est là et il va jouer pour nous, il va marquer, j'en suis sûr. Les deux sur la même ligne ? Tout le monde est sur la même ligne mais pas à chaque jour. Je regarde et je dois évaluer chaque jour et chaque semaine qui est le plus proche et c'est celui qui est sur le terrain. Mauro a mérité de beaucoup jouer et il marque, il marque. Mais je prends la décision chaque semaine, chaque match... »

Thomas Tuchel a aussi fait le point sur l'infirmerie.

Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 21 novembre

mercredi 20 novembre

mardi 19 novembre

lundi 18 novembre

dimanche 17 novembre

samedi 16 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux