Article 

MU/PSG (0-2), les performances individuelles

Publié le mercredi 13 février 2019 à 3:34 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 2-0 face à Manchester United grâce à des buts de Kimpembe et Mbappé, une victoire parisienne construite en deux temps après une première période cadenassée. Retour sur les performances des joueurs parisiens au cas par cas.

Buffon : Face à une attaque annoncée comme redoutable, le portier italien n'aura pourtant pas eu grand-chose à faire mais il aura assuré en toutes circonstances. Aucun arrêt particulièrement fou n'est à souligner mais il aura été attentif et présent de façon permanente, se montrant propre et rassurant. Seul son jeu au pied peut être remis en cause, avec pas mal de ballons rendus à l'adversaire.

Kehrer : Dans un rôle d'arrière droit qui se recentrait quand Paris avait le ballon, ce n'est pas son apport offensif qui était jugé mais bel et bien sa prestation défensive et celle-ci aura été tout bonnement impeccable. D'abord opposé à l'homme en forme Anthony Martial, il le serre de près et l'empêche de prendre de la vistesse, s'en sortant donc très bien face à lui. Alexis Sanchez s'est ensuite présenté à lui et l'Allemand a été également à son avantage, ne paniquant pas plus quand Shaw montait également pour apporter le surnombre. Particulièrement fort en fin de match, il se sera aussi montré très dominant dans les airs tout au long du match face à une équipe qui ne manque pourtant pas d'atouts dans ce secteur.

Thiago Silva : Si son équipe a eu un peu de mal à rentrer dans le match, le capitaine a été bien présent dès le début de la partie alors que ça flottait dur, et heureusement. Souvent présent dans les points chauds, il va repousser de façon très claire la plupart des offensives adverses, étant seulement un peu effacé par Pogba sur la plus grosse occasion mancunienne. C'est ensuite en fin de match qu'il va briller alors que MU multiplie les centres : le Brésilien repousse pratiquement tout à lui seul et se montre impressionnant dans sa lecture des trajectoires. S'il faut mettre un léger bémol sur la relance où il n'a que partiellement assumé ses responsabilités et s'est parfois déchargé sur ses coéquipiers, il signe un très grand match de défenseur.

Kimpembe : Le gaucher parisien aura connu un début de rencontre pour le moins compliqué avec notamment ce carton jaune rapide et évitable mais il monte en régime après un quart d'heure, réussissant alors quelques belles interventions. Sa prestation défensive reste irrégulière et il va frôler le carton rouge à quelques reprises, voulant parfois trop jouer avec son physique dominant. Il s'en sort finalement pas si mal sur la durée du match, se montrant aussi solide en fin de rencontre face aux assauts désordonnés des Mancuniens. Dans la relance, il a encore été en deçà de ce qu'il peut faire, avec plusieurs ballons perdus et notamment un qui aboutit au carton jaune de Bernat, mais sa prestation offensive est forcément rehaussée par ce but qui vaut cher, très cher, lui qui l'attendait depuis ses débuts en pros il y a près de 4 ans et demi.

Bernat : Arrière gauche en phase défensive, un cran plus haut en phase offensive, l'Espagnol va plutôt bien interpréter ce rôle qui lui est confié depuis plusieurs semaines. Défensivement, il va globalement s'en tirer convenablement face à Lingard puis Mata, malgré un carton jaune reçu dès la demi-heure de jeu. Il va certes laisser parfois un peu trop de place pour centrer mais l'Espagnol était régulièrement aussi un peu seul pour défendre. Offensivement, s'il va avoir du mal se montrer tranchant en première période, touchant beaucoup la balle sans en faire grand-chose, il montre clairement en régime après la pause et se montre sous son meilleur jour. En s'intercalant avec intelligence plein axe avant de décaler parfaitement Di Maria, il lance le but du 2-0 et va se montrer particulièrement disponible pour ses partenaires durant toute la seconde période, étalant aussi sa technique toujours aussi sûre.

Marquinhos : Il y a un peu moins de cinq mois, il coulait à Anfield comme milieu de terrain et semblait perdu pour le poste, quelle revanche pour celui qui aura été l'un si ce n'est le meilleur Parisien du match. Il y a tout d'abord cette utilité de tous les instants pour ses partenaires, ses courses de compensation et ses couvertures. Il y a aussi ce duel intense avec Pogba qu'il va largement gagner, sortant complètement le Français de son match. À la fois ultra-mobile et d'une agressivité parfaitement juste, Marquinhos va signer un marquage individuel de qualité exceptionnelle. Dans le jeu, il a aussi affiché tous ses progrès. Intéressant et fluide dans ses transmissions la plupart du temps même s'il a aussi eu deux passes loupées qui auraient pu coûter cher, il va se montrer sous son meilleur jour et apparaît désormais comme un milieu très complet, capable d'éteindre le meilleur milieu adverse comme de faire vivre le ballon avec justesse. 

Verratti : Après une heure contre Bordeaux, c'est 75 minutes qu'a tenu le petit Italien et son début de match a d'abord été assez éloigné du grand Verratti. Certes présent avec le ballon, il peine à peser autant que d'habitude et lui qui est d'ordinaire si précis va avoir du déchet, louper quelques ouvertures et perdre des ballons. Tout n'a pas été négatif, loin de là, et il coupe de façon superbe un contre qui partait bien juste avant la pause. C'est un autre homme qui revient ensuite, plus Verrattiesque que jamais. Plus sûr de lui, plus inspiré, il redevient ce distributeur insaisissable capable d'éclairer n'importe quel match. Il va y parvenir jusqu'à sa sortie, ajoutant à ce génie balle au pied une abnégation remarquable pour défendre. Paredes l'a remplacé pour un gros quart d'heure et, après un petit temps d'adaptation au cours duquel il a semblé chercher ses repères, il a plutôt bien fini. Son activité défensive reste toutefois encore à être évaluée.

Dani Alves : Pas totalement milieu offensif quand le PSG attaquait ni quand il fallait défendre, le Brésilien a d'abord semblé chercher sa place sur le terrain et n'a que peu pesé sur le premier acte, bien qu'il se montre irréprochable dans l'engagement. Lui aussi est monté en régime après la pause et il a signé une seconde période de très grande classe. Incroyablement juste et intelligent dans ses choix à l'image de son centre parfait qui aboutit à la tête de Mbappé sauvée par De Gea, il se montre aussi redoutable dans les duels, quitte à écoper d'un avertissement pour excès d'engagement, et il aide formidablement Kehrer face aux assauts répétés de MU sur cette aile. Neuf jours après avoir souffert à Lyon, il rayonne à Old Trafford, la réponse d'une immense champion.

Di Maria : Sifflé pour son retour à Manchester et secoué par des anciens partenaires qui semblaient vouloir lui faire passer un message à l'image d'un Ashley Young particulièrement agressif envers lui, l'Argentin va globalement se montrer bien peu inspiré en première période à l'exception de la première frappe du match. Il multiplie les mauvais choix et montre ses mauvais côtés. Plus que n'importe qui, il se transforme après la pause, retrouve sa justesse et crucifie son ancienne équipe de deux passes décisives, sa signature absolue depuis sa venue à Paris, et aurait même pu en ajouter une troisième si Mbappé avait mieux géré son duel face à De Gea. Défensivement, El Fideo aura également pas mal travaillé pour aider Bernat avant de laisser sa place à Dagba pour les dernières minutes, se délectant de sa douce revanche sur un club qui n'a pas su l'apprécier. Entré côté gauche pour défendre face aux montées de Young, le jeune latéral droit va s'en sortir et rester simple dans l'utilisation du ballon pour sa première en Ligue des Champions.

Draxler : Placé entre l'axe et le côté droit dans un rôle pas forcément simple, l'Allemand va avoir bien du mal à exister dans le premier acte, se montrant très peu inspiré dans ses tentatives ou même carrément invisible, à l'exception de sa superbe déviation pour Mbappé. S'il n'est pas forcément beaucoup plus présent après la pause, il se montre en revanche plus juste, participant à la meilleure utilisation du ballon des Parisiens. En fin de partie, il va aussi se montrer important sur les ballons aériens dégagés par sa défense et gagne un nombre non négligeable de duels. Pas un grand match de sa part, mais au service de son équipe.

Mbappé : La dernière étoile de la MCN encore sur pied était très attendue à Old Trafford et elle a répondu présent. Dans un rôle d'attaquant axial qu'il ne connaît que très peu, le Français va pourtant souffrir de son isolement une bonne partie de la première période. Dur à trouver, il faut attendre pratiquement une demi-heure pour le voir entrer en action avec une grosse accélération côté droit. S'en suit un duel raté de peu face à De Gea, un premier carton jaune provoqué et la machine était lancée. Danger permanent en pointe, il va réussir à faire mal à Manchester United de façon très régulière par ses prises de balle et offre le but du break au PSG d'une frappe précise après une course impeccable. Il va certes manquer le but du 3-0 face à un De Gea impeccable mais ce match dans un rôle inhabituel restera une réussite. 

Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 18 avril

mercredi 17 avril

mardi 16 avril

lundi 15 avril

dimanche 14 avril

samedi 13 avril

vendredi 12 avril

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux