Article 

PSG/Celtic (7-1), les performances individuelles

Publié le jeudi 23 novembre 2017 à 2:29 par Philippe Goguet
Le PSG s'est brillamment imposé 7-1 face au Celtic FC ce mercredi en Ligue des Champions. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : Sa partie débute et s'arrête pratiquement sur ce but concédé d'entrée sur lequel il apparaît très douteux. Celui qui avait jusque-là fait des miracles en Ligue des Champions est surpris par la frappe de Dembélé, possiblement déviée et très trompeuse, mais sa main pas assez ferme apparaît de façon bien visible. Il enchaîne dans la foulée une sortie douteuse sur un centre qui confirme ce mauvais début et il n'aura pratiquement rien à faire ensuite pour se rattraper, assurant la plupart du temps. Une prestation frustrante donc, et une erreur sans conséquence vu le match de ses partenaires.

Dani Alves : Il est, avec Areola, celui qui a probablement le mieux symbolisé les débuts difficiles du PSG puisque c'est une passe complètement ratée de sa part qui offre le corner de l'ouverture du score. Sur ce coup de pied arrêté, c'est d'ailleurs lui qui perd Dembélé dans le trafic. Il va largement se rattraper par la suite, même si les Ecossais vont souvent tenter d'exploiter l'espace dans son dos pour contre-attaquer. Toujours aussi juste techniquement et intéressant dans la construciton, il se signale notamment sur son ouverture superbe vers Neymar pour le 3-1 et par ce but tardif absolument improbable, une frappe puissante sans aucun recul et parfaitement placée.

Marquinhos : Alors que la défense parisienne tangue sérieusement en début de partie, il se montre heureusement bien présent, avec notamment quelques interceptions salvatrices et des dégagements importants. Peu à peu, le Celtic recule et la partie de Marquinhos va surtout se résumer à un gros duel avec Moussa Dembélé, le puissant et très mobile attaquant adverse. Si Marquinhos va être parfois dominé dans les airs, il va régner au sol et gagner les duels les plus importants, ceux dans la surface. A noter aussi une belle présence offensive, avec une passe décisive bien qu'un brin chanceuse.

Thiago Silva : Le capitaine n'a pas eu grand chose à faire de la première période, Marquinhos s'occupant de Dembélé et il a été peu en vue, à part quand on le retrouve dans la surface adverse avant la pause sur une montée qu'il est proche de conclure par un but. Plus sollicité par la suite, il se montre toujours serein et très propre face à une équipe adverse limitée et facile à gérer pour un défenseur de sa trempe. Dans la relance, on l'a parfois vu jouer un peu plus rapidement que d'habitude, à bon escient.

Kurzawa : De retour dans le onze de départ sur son côté gauche, il va d'abord se signaler par une participation offensive moindre qu'à l'accoutumée. Neymar étant très axial, le latéral est souvent isolé sur son côté et peu servi. On le voit un peu plus après la pause, le Brésilien étant plus sur le côté, et c'est d'ailleurs la star brésilienne qui va le mieux utiliser ses courses. La première mène à un duel perdu dans la surface, la seconde permettra à Kurzawa de donner un ballon parfait à Cavani sur le but du 6-1. Défensivement, le latéral français a encore été un peu trop moyen, laissant souvent son adversaire avec un peu trop d'espace.

Rabiot : Dans la nasse en début de rencontre à courir derrière le ballon, il lance sa partie et celle du PSG en général sur son éclair qui aboutit à l'ouverture du score : interception, percussion et décalage pour Neymar qui conclut comme un roi. Le duc était lancé et il va ensuite être au four et au moulin, alternant son rôle défensif de sentinelle avec ses fameuses percées balle au pied dignes d'un relayeur. Sa complémentarité avec Verratti fait merveille et il a encore signé un match très complet.

Verratti : Le petit Italien était une fois de plus partout et il s'est montré bon dans pratiquement tout ce qu'il a fait. Toujours aussi accrocheur et tenace à la récupération, il a également su prendre en main son équipe et être l'habituelle rampe de lancement idéale d'un collectif parisien en état de grâce. Comme Rabiot, il a su alterner présence devant la défense pour relancer et aux abords de la surface pour apporter la dernière passe, son une-deux royal avec Neymar amenant un but magnifique pour le 2-1. Pas fatigué par sa nouvelle sortie très commentée en boîte de nuit du début de la semaine, il a continué à couvrir un terrain immense et se retrouve ainsi dans les 18m adverse pour conclure d'une jolie frappe croisée du droit. Comme contre Anderlecht, il marque puis peine à célébrer, visiblement toujours pas habitué à ce rôle. Remplacé par Lo Celso, passeur décisif pour Alves.

Draxler : Dans cette orgie de football, l'Allemand est probablement la seule déception du soir. Aligné comme milieu relayeur gauche, il n'a jamais réellement su trouver sa place dans le milieu à trois et a paru gêné par le positionnement souvent très axial de Neymar. Alors que Rabiot et Verratti ont su régaler le Brésilien, Draxler va se promener entre les lignes sans jamais totalement parvenir à exister. Il claque bien quelques passes intelligentes, à l'image de son renversement vers Alves sur le 3-1 mais l'impression laissée est contrastée. Pastore l'a remplacé pour les 20 dernières minutes, avec plus de vie et d'apport, mais sans toutefois être décisif. La bataille pour le poste de milieu relayeur gauche aurait-elle (re)commencé ?

Mbappé : De retour dans le onze de départ, Mbappé va commencer sa partie en jouant comme un soliste, avec beaucoup de prises de ballle pour accélérer le jeu balle au pied mais peu de connivence avec ses coéquipiers, à l'image de quelques passes complètement ratées et inhabituelles chez lui. Peu à peu, il va retrouver ses marques dans le collectif parisien et apporter sa pierre à l'édifice. Son but va le rassurer et le vrai Mbappé va revenir sur le terrain au fur et me sure de la partie, à l'image de son superbe débordement suivi d'un bon centre en retrait qui aboutira au but de Verratti. Ce sera sa dernière action avant de céder sa place à Di Maria, l'Argentin n'ayant pas vraiment le temps de se mettre en vue.

Neymar : C'est peu dire que le Brésilien a éclaboussé de sa classe la partie et, après un match moyen contre Nantes, il a cette fois-ci été tout bonnement prodigieux. D'entrée, il montre qu'il est dans un jour de grande fantaisie technique avec beaucoup de tentatives complètement folles mais un peu de déchet. Son premier but, sur lequel il faut souligner la qualité de sa prise de balle, lance réellement sa partie et les pauvres Ecossais vont alors assister à un show de très haut niveau, le Brésilien se montrant insaisissable. Le deuxième but est à peine moins génial et Neymar va régaler tout au long de la soirée. Passant de génial soliste à passeur exceptionnel au gré des actions, il va livrer ce qui est peut-être son match le plus abouti avec le PSG. Et la meilleure des réponses aux rumeurs le concernant ?

Cavani : Si son jeu a été forcément moins brillant que celui de ses partenaires d'attaque, le Matador a encore fait fort et marqué des points, autant qu'il a parfois semblé retomber dans ses travers. Toujours aussi généreux dans ses courses, il a semblé techniquement un cran en-dessous de ses derniers matches, à moins que ce ne soit ses coéquipiers qui aient augmenté de niveau. Devant les buts, on l'a également vu louper quelques belles occasions. Et pourtant, il finit avec un nouveau doublé avec un but d'opportuniste à la Cavani et une volée splendide digne d'un pur avant-centre. Le paradoxal Cavani continue sa route, et celle-ci est toujours pavée de nombreux buts.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 14 décembre

mercredi 13 décembre

mardi 12 décembre

lundi 11 décembre

dimanche 10 décembre

samedi 09 décembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux