Article 

PSG/Strasbourg (5-2), les performances individuelles

Publié le samedi 17 février 2018 à 22:21 par Rédaction
Le PSG s'est imposé 5-2 face à Strasbourg, ce samedi au Parc des Princes. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Areola : RAS. Il a suffit de deux tirs pour Strasbourg pour marquer. Si le but d'Aholou est une merveille dans sa finalisation technique (6e), celui de Bahoken aurait pu être évité avec une prise de décision plus rapide (67e). Rassurant une grande partie de la rencontre contre le Real Madrid mercredi soir, il a semblé retomber dans ses travers ce soir.

Daniel Alves : même problématique qu'Areola : il a semblé beaucoup plus concerné par le match de mercredi soir que par celui-ci. Comment lui en vouloir ? Sérieux dans son couloir, il a quand même amené plusieurs situations dangereuses comme sur ce centre gâché par Di Maria (62e). Timoré sur le plan défensif.

Thiago Silva : un match sérieux pour le capitaine parisien, même si sur le but de Bahoken (67e), il est facilement pris dans son dos. Sinon, du serieux, des anticipations intéressantes et un vrai bon retour sur le 2ème buteur strasbourgeois de la soirée. Il est également à l'origine du premier but de Cavani (73e).

Kimpembe : le patron derrière, c'est lui. Appliqué de bout en bout, élégant avec le ballon, dans la relance ou pour se dégager de la pression strasbourgeoise, le titulaire surprise de Madrid marque sûrement de nouveaux pints en vue de la réception du Real Madrid à venir. Que ce soit avec Thiago Silva ou Marquinhos, son profil rend la charnière centrale plus solide. Encourageant.

Kurzawa : un match sans grand rythme pour l'arrière gauche, dans lequel il est peu mis en danger derrière mais également sans apport tranchant dans les derniers mètres. Sobre, il a en a profité pour retrouver du temps de jeu et essayer de rendre une copie propre avec le ballon. À revoir.

Lo Celso : le milieu argentin semble beaucoup plus à l'aise dans une position avancée. Encore plus lorsque l'adversaire n'exerce pas une folle pression sur lui. Son pied gauche fait alors la difference. C'est d'ailleurs lui qui lance Neymar sur le but du 2-1 (21e). Malheureusement, il a participé à la mauvaise passe du milieu parisien sans le ballon. Avec seulement 4 duels remportés sur 11, il a encore montré ses limites dans ce domaine. Pastore remplace son jeune compatriote à l'heure de jeu. Peu en réussite, il tente et échoue beaucoup. Sa prestation reste tout de même efficace avec une offrande délivrée à Cavani qui éclaircit le match jusque là terne du buteur urugayen.

Lass : Clairement, l'ancien joueur du Real Madrid est monté en puissance au fil des rencontres, et même au fil de ce match. Sur le but d'Aholou (6e), il est dépassé au depart de l'action mais revient à temps dans la surface parisienne pour voir le ballon lui passer devant. Peut-être que cet effort sur 40-50 mètres lui coûte sa lucidité sur la fin de l'action. Il est toutefois apparu de plus en plus à l'aise au fil du match. Il a remporté de nombreux duels et avant de laisser sa place à Motta dans le double changement opéré à l'heure de jeu, il a fait preuve d'efficacité ballon au pied. Statistique intéressante, l'ancien milieu de Chelsea a réussi tous les dribbles qu'il a tentés aujourd'hui (5/5). De son côté, l'Italien a effectué une rentrée appliquée. Malgré un manque de rythme perceptible en cette période de reprise, ces quelques minutes rappellent que ce poste de sentinelle est le sien, tant son influence se fait sentir quand il est sur la pelouse.

Draxler : auteur du but de l'égalisation (10e), Draxler a peut-être marqué des points dans l'esprit d'Unai Emery. Aligné côté gauche dans le milieu à trois, il propose un registre intéressant, plus meneur et créateur que percutant lorsque le cuir atterit dans ses pieds. Il fait preuve d'une certaine nonchalence sans le ballon, qui peut parfois agacer lorsque l'on connait le talent du garçon. Peut globalement mieux faire, notamment dans l'intensité qu'il met sur le terrain. Il est remplacé par Nkunku à 10 minutes du coup de sifflet final. Le Français n'a pas eu le temps de véritablement se signaler, si ce n'est par une perte de balle ayant entrainé un contre.

Neymar : Sur courant alternatif, le Brésilien a fonctionné par éclairs, parfois pour le meilleur comme sur son but, conclu après une chevauchée au milieu de Strasbourgeois mystifiés. Le leader de l'attaque parisienne a néanmois été un peu trop gourmand par moments, mais visiblement résolu à marquer les esprits ce soir par ses aptitudes techniques. Il délivre une passe à Cavani de toute beauté sur le dernier but et aurait du être récompensé au moins d'une passe décisive supplémentaire quand Di Maria rate l'immanquable en fin de rencontre. Plus intéressant quand il joue dans l'axe qu'excentré.

Cavani : Porté aux nues tout au long de la rencontre par les supporters, le buteur urugayen a globalement été peu en réussite jusqu'à ses deux buts coup sur coup en fin de rencontre (73e, 79e). Il réalise un match à l'image du joueur qu'il est, capable de marquer deux buts au milieu d'une prestation peu savoureuse, mais sans ménager ses efforts. Et il continue de faire tomber les records.

Di Maria : 0 minute à Madrid. Mais un mental à tout épreuve. Aligné a droite de l'attaque, l'argentin a prouve qu'il est bien le joueur en forme du PSG en 2018. Constamment dans la provocation, il est à l'origine du 3ème but du PSG en allant presser Pablo Martinez (21e). Pas avare en efforts défensifs, l'ancien joueur du Real Madrid n'a pas négligé son repli, tentant même 2 tacles pour essayer de contrer les offensives strasbourgeoises.  Il rate une occasion en fin de match qui aurait couronné un très bon match du 4ème homme de l'attaque parisienne. 

Match lié 


News 

mercredi 19 septembre

mardi 18 septembre

lundi 17 septembre

dimanche 16 septembre

samedi 15 septembre

vendredi 14 septembre

jeudi 13 septembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux