Article 

Que retenir de Dresde/PSG (1-6) ?

Publié le mardi 16 juillet 2019 à 23:50 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 6-1 face à Dresde pour sa première sortie de la saison 2019/2020 grâce notamment à un excellent Mbappé. Retour sur les points marquants de cette première sortie parisienne.

Un PSG en 4-4-2 dès son premier match

Le premier dispositif tactique de cette saison 2019/2020 aura finalement été un 4-4-2 dans la pure lignée de ce que le PSG a très régulièrement proposé au cours de la saison dernière. On a ainsi retrouvé des paires partout sur le terrain et des schémas souvent vus : Verratti associé à un autre milieu plus défensif (Herrera), des milieux offensifs de côté très libres dans leur placement, Mbappé et Jesé associés devant mais aussi régulièrement sur leur côté respectif. La jeune équipe parisienne qui a fini la rencontre a elle aussi joué en 4-4-2 avec Kouassi dans le rôle particulier de Herrera entre milieu et défense, donnant parfois l'impression d'un 5-3-2.

Un onze de départ parisien à la fois très logique et folklorique

Pour rappel : Areola - Meunier, Kehrer, Kurzawa, Bernat - Herrera, Verratti - Sarabia, Draxler - Jesé, Mbappé

Une fois son 4-4-2 choisi et basé sur la colonne vertébrale Areola-Kehrer-Verratti-Draxler-Mbappé, Thomas Tuchel n'avait finalement pas vraiment de choix pour composer son onze de départ. A l'exception de Kevin Trapp, aucun des joueurs sur le banc de touche n'est d'ailleurs un professionnel établi et le onze de départ a pratiquement coulé de source concernant les noms alignés. Le coach allemand a toutefois fait quelques choix à noter avec notamment le placement de Layvin Kurzawa en défense centrale. Plutôt que de placer le jeune Mbe Soh en titulaire, il a préféré le latéral gauche parisien. A son poste favori, Kurzawa a donc vu son principal concurrent qu'est Bernat jouer comme titulaire, ce qui est rarement bon signe. A noter aussi la première association de Verratti et Herrera devant la défense ou encore les multiples échanges de positions entre Sarabia et Draxler. 

Mbappé et le reste du monde

Entre sa fin de saison prolongée avec l'équipe de France puis sa tournée commerciale aux Etats-Unis puis au Japon, Kylian Mbappé n'a pas eu beaucoup de repos cet été mais le jeune Français a affiché une forme étincelante sur la pelouse de Dresde. Autant le dire de suite, il y avait lui, puis le reste de l'équipe, puis les 11 malheureux en face qui n'ont jamais su l'arrêter durant l'heure de jeu qu'il a disputée. Inarrêtable balle au pied, tranchant dans ses appels, clinique face au but, Dresde a vu du très grand Mbappé. Le bilan statistique en dit d'ailleurs long avec deux buts, un poteau et deux passes décisives...

Concernant le reste des joueurs, il faut souligner la belle forme de Verratti, déjà apparu prêt physiquement et toujours aussi fort avec le ballon. Kehrer a lui aussi semblé plutôt affûté, signant d'ailleurs quelques interventions bien physiques, tandis que Meunier a montré un bon coffre pour une rencontre après une semaine de préparation. Le Belge va en revanche être assez neutre en terme de football, de même que Bernat sur l'aile opposée qui va surtout jouer sur sa conservation de balle. Draxler va apporter par séquences, comme souvent, tandis que Jesé a marqué des points avec une bonne frappe sur le poteau et un centre parfait pour Meunier qui aurait mérité un meilleur sort. Concernant les recrues, leurs performances ont été décrites dans cet article spécifique.

Du bon dans le jeu, mais aussi des ajustements défensifs à faire : 

S'il est difficile de décrire la dernière demi-heure avec une équipe parisienne très jeune face à des Allemands désabusés, la première heure de jeu avec une équipe parisienne composée de nombreux joueurs établis a été plutôt bonne. Malgré un large déficit de préparation, le PSG a largement dominé Dresde et fait courir les Allemands. Bien trop forts techniquement, portés par la justesse technique de Verratti, Draxler ou encore Mbappé, les Parisiens ont fait tourner jusqu'à trouver la faille avec un certain brio. Les attaques sont passées aussi bien dans l'axe que sur les côtés et Paris a su être dangereux aussi bien par des combinaisons dans un petit périmètre, par des ballons en profondeur que par des centres. 

Si la diversité offensive a donc été au rendez-vous, c'est finalement d'un point de vue défensif que le match n'a pas été totalement réussi. Bien sûr, Dresde n'a été dangereux qu'en de rares occasions, marquant sur un penalty concédé un peu bêtement par Mbe Soh tandis que sa plus grosse occasion des 70 premières minutes vient d'un coup de pied arrêté indirect. En revanche, il faut noter les difficultés parisiennes en transition, le duo Verratti/Herrera étant en souffrance dans ces moments-là face aux gros gabarits adverses arrivant lancés. La charnière expérimentale Kurzawa/Kehrer n'a pas non plus donné totalement satisfaction, particulièrement en début de partie, mais le manque de repères n'a probablement pas aidé.

Zagre se montre, Postolachi et Aouchiche aussi

En alignant un onze de départ expérimenté, Thomas Tuchel n'a laissé qu'une petite part du gâteau aux jeunes et celui qui en a le plus profité se nomme bien évidemment Arthur Zagre, premier entré en jeu avec Mbe Soh puisque dès la pause. Le but du tout jeune joueur est magnifique avec un bel enchaînement mais Zagre a aussi montré sa technique en mouvement et sa capacité à accélérer balle au pied. A noter qu'il n'a pas évolué à son poste d'arrière gauche mais comme milieu axial.

Autres buteurs, Virgiliu Postolachi et Adil Aouchiche se sont forcément fait remarquer aussi. Le premier a justifié son statut de pur buteur en transformant de façon impeccable un bon centre de Mbappé mais a été peu servi sur la fin de match. Concernant Aouchiche, Tuchel lui avait donné une mission très défensive et un rôle plus bas que que d'habitude. Il n'a pas loupé son rare passage dans les derniers mètres adverses d'un but clinique. Pour le reste, il a aussi montré sa première touche de balle et sa capacité à casser des lignes balle au pied.

Pour le reste, Mbe Soh a assuré jusqu'à ce penalty évitable, Kouassi a eu du mal à débuter mais s'est bien repris, Nsoki n'a pas eu grand-chose à faire, Toufiqui a tenté de jouer simple et a réussi en se trouvant impliqué dans deux buts tandis que Yapi a beaucoup couru, mais souvent dans le vide vu la configuration du match. Vu la proximité du match face à Nuremberg, ils pourraient bien avoir plus de temps de jeu dès samedi prochain en Bavière.

Match lié 


News 

Aujourd'hui

jeudi 22 août

mercredi 21 août

mardi 20 août

lundi 19 août

dimanche 18 août

samedi 17 août

vendredi 16 août

jeudi 15 août

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux