Article 

Rennes/PSG (1-6), les performances individuelles

Publié le lundi 8 janvier 2018 à 1:34 par Max DC
Le PSG s'est imposé 6-1 à Rennes en 32 de la Coupe de France grâce à des buts de Mbappé, Neymar et Di Maria. Les Parisiens ont réalisé un festival offensif et un match de belle facture. Retour les performances individuelles, au cas par cas.

Kevin Trapp : Après avoir vécu une première période très tranquille, le portier allemand a été davantage sollicité après la pause multipliant les parades notamment face au remuant Firmin Mubele puis encaissant un penalty de Benjamin Bourigeaud sur lequel il part toutefois du bon côté. Une prestation solide malgré l'absence de clean sheet.

Daniel Alves : Très facile avec le ballon à l'instar de sa jolie passe aveugle pour relancer son équipe dans sa surface de réparation ou de son service en début de match pour Kylian Mbappé qui ne parvient pas à cadrer à 6 mètres, le latéral brésilien a toutefois semblé en difficulté défensivement, perdant ainsi plusieurs duels face à Bourigeaud et Mubele. Il a même réussi à échapper au carton malgré un excès d'engagement sur plusieurs interventions et une brouille avec l'arbitre en fin de rencontre.

Thiago Silva : Patron assumé de la défense, le capitaine parisien a, une nouvelle fois, parfaitement tenu son rang, enchaînant les interventions décisives et les bonnes couvertures pour pallier les quelques erreurs de ses coéquipiers. Sobre et élégant, il s'est également montré décisif offrant en effet une merveille de balle en profondeur à Mbappé pour l'ouverture du score parisienne.

Presnel Kimpembe : Moins propre que son partenaire de la charnière centrale, il a parfois souffert face à la vitesse et aux appels de Mubele. Malgré le manque de prise de risques offensifs, il a cependant connu en seconde période une saute de concentration notable avec une perte de balle dangereuse finalement bien compensée par une intervention salutaire de son capitaine.

Yuri Berchiche : Prudent, il a su monter à bon escient avec opportunisme et pragmatisme, réalisant ainsi une magnifique passe décisive pour Angel Di Maria sur l'un de ses rares débordements côté gauche. Dans le ton du collectif parisien, le latéral basque a dominé efficacement son couloir lors du premier acte avant de subir quelque peu la vivacité du nouvel entrant Faitout Maouassa.

Marco Verratti : Étincelant au milieu de terrain pendant l'heure qu'il a passée sur la pelouse, il Gufetto a éclaboussé la rencontre de toute sa classe, dans la lancée de sa belle fin d'année 2017. Brillant à la récupération et éblouissant dans la distribution, il sert Neymar sur un plateau pour le but du break, est à l'origine de deux autres buts parisiens et a, plus globalement, été l'un des grands acteurs majeurs d'une première mi-temps superbement maîtrisée par le collectif parisien. Remplacé par Thiago Motta qui a eu le temps de concéder un penalty avant de sortir, touché à la cheville gauche, et suppléé, seulement sept minutes plus tard, par Christopher Nkunku qui n'a pas vraiment profité de ce temps de jeu pour se mettre en valeur.

Giovani Lo Celso : Auteur d'une prestation très solide face à Caen pour conclure la première moitié de saison, il a entamé la seconde de la même manière, participant activement à la domination du milieu de terrain parisien grâce à son volume de jeu important et à la sobriété de son jeu de passes. Véritable rampe de lancement du PSG, il a parfaitement combiné et permuté avec Rabiot et Verratti, oscillant entre pointe basse et pointe haute du milieu sans pour autant multiplier les touches de balle ni rechigner à réaliser les efforts défensifs. En progression et toujours aussi prometteur.

Adrien Rabiot : Encore une fois intéressant et actif dans le coeur du jeu mais quelque peu en retrait par rapport à ses coéquipiers du milieu de terrain, le jeune international français a maintenu une constance opportune dans la distribution du jeu et une efficacité redoutable à la récupération. Discret offensivement toutefois, il n'a que trop peu apporté dans la surface adverse avant d'être remplacé pour la dernière demi-heure par un Julian Draxler très effacé.

Angel Di Maria : Loin de ses atermoiements de la fin d'année, le maestro argentin a réalisé une partition grandiose conclue par un doublé et une passe décisive. Volontaire, incisif, juste et même souriant, el Fideo a enfin semblé prendre du plaisir au sein de l'attaque parisienne, que ce soit en relais, en soutien ou à la conclusion, et ce même s'il a parfois été oublié par les deux autres phénomènes du trident offensif.

Neymar : Dangereux sur chaque prise de balle et à l'initiative de la plupart des offensives parisiennes lors des 45 premières minutes, le feu follet brésilien, trop rapide et trop précis, a mis le feu à la défense rennaise et ajouté deux nouvelles réalisations à son compteur. Son apport statistique hallucinant, désormais 19 buts en 21 matchs, ne saurait toutefois occulter son déchet quelque peu individualiste, à la recherche de son premier triplé parisien en seconde mi-temps, ainsi que sa relative maladresse à la finition comme en atteste son manque de réussite sur coups francs. Excellent mais peut mieux faire, voilà toute la force et la complexité de Neymar.

Kylian Mbappé : La même conclusion pourrait d'ailleurs être tirée à l'égard de l'ancien monégasque, tant il a percuté, proposé mais également raté. Altruiste et pas avare d'efforts pour se démarquer et multiplier les appels en profondeur, il a été récompensé de son activité certaine sur tout le front de l'attaque parisienne par un doublé de buts et de passes décisives, malgré un manque de justesse significatif devant le but, sur quelques contrôles ou déviations en une touche. Mais quelle impression laissée encore une fois...

Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 22 janvier

dimanche 21 janvier

samedi 20 janvier

vendredi 19 janvier

jeudi 18 janvier

mercredi 17 janvier

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux