Article 

Cavani buteur malin et passeur décisif avec la Céleste

Publié le mardi 16 octobre 2018 à 14:40 par Philippe Goguet
L'Uruguay d'Edinson Cavani s'est incliné pour la seconde fois consécutive de sa tournée en Asie, le Japon s'imposant 4-3 ce mardi, mais l'attaquant du PSG a réussi son match avec un but et une passe décisive. Retour sur la partie.

La défense uruguayenne en souffrance

Quelques jours après une défaite 2-1 face à la Corée du Sud, l'Uruguay a perdu son deuxième match consécutif sur le sol asiatique ce mardi puisque vaincu 4-3 par le Japon lors d'un match amical pour le moins vivant et agréable. La Céleste a pourtant bien débuté mais ce sont les locaux qui ouvrent le score dès la dixième minute grâce à la vivacité de leur avant-centre Minamino, bien plus tonique que la charnière Godin/Coates. Et c'est contre le cours du jeu que l'Uruguay égalise par Perreiro sur un coup-franc bien remisé (28e). Le Japon est toutefois devant à la pause, Osako reprenant de près une frappe mal repoussée (36e).

Le score est logique à la mi-temps mais l'Uruguay revient bien après deux changements et un ajustement tactique. Il ne faut pas longtemps à Cavani pour égaliser d'un but de renard, l'attaquant parisien interceptant une passe en retrait (57e). Mais la vivacité des Japonais est bien trop importante pour une Céleste qui souffre comme rarement en défense. Les Sud-Américains craquent deux fois coup sur coup (59e et 66e), frôlant même un cinquième but sur une belle montée du marseillais Hiroki Sakai. Fidèle à ses valeurs, l'Uruguay va bien réduire le score par Jonathan Rodriguez, bien servi par Cavani, mais ce sera trop tard et le Japon s'impose 4-3 dans cet amical ouvert et riche en buts.

Cavani isolé puis décisif

Dans le 4-4-1-1 de la première période, Edinson Cavani va dans un premier temps trouver un réel soutien puisque le bloc uruguayen est plutôt intéressant en début de partie mais cela ne dure pas et les 20 minutes qui suivent l'ouverture du score sont un long moment de solitude pour l'attaquant du PSG, terriblement isolé devant. Plutôt juste techniquement quand il est trouvé, il est ainsi à la base d'une des rares occasions de son équipe d'un centre du gauche bien senti au second poteau mais la reprise de son coéquipier n'est pas à la hauteur et facilement captée.  

Alors que son équipe est en difficulté, il tente de venir aider et fait ce qu'il peut, réussissant par exemple une transversale superbe juste avant la pause avant de mettre en danger son équipe sur une passe bien plus simple complètement ratée au milieu du terrain. À la mi-temps, son entraîneur Oscar Tabarez change ses plans et Cavani se retrouve désormais dans un 4-4-2 où le soutien est plus important tandis que le terrain est mieux quadrillé par la Céleste.

Dès le début de la seconde période, il est fauché dans la surface sur un contre mais l'arbitre décide de laisser jouer, considérant qu'il ne fait pas action de jeu. Quelques minutes plus tard, alors que l'Uruguay pousse mais ne concrétise pas, il manque lui aussi la cible d'une tête dans les 6m qu'il envoie au-dessus, bien gêné par le défenseur adverse qui était revenu défendre. Le Matador peut alors penser que le sort d'acharne sur lui quand un nouveau penalty lui est refusé sur une percée dans la surface. Mais l'action se continue et une passe en retrait japonaise est interceptée par Cavani qui efface ensuite le gardien et égalise, se faisant justice lui-même.

Alors que les vagues japonaises font peu à peu craquer une Uruguay coupée en deux, le joueur du PSG multiplie les courses aux quatre coins du terrain pour tenter de revenir au score, s'énervant au passage de plus en plus sur un arbitrage un peu trop favorable aux locaux à son goût. Dans cette grosse débauche d'énergie qui le voit multiplier les appels sur les deux ailes et se proposer en permanence, il a aussi le temps et la justesse pour se montrer décisif. C'est ainsi lui qui sert d'un joli d'une jolie passe lobée dans le dos de la défense Jonathan Rodriguez pour le but de l'espoir, finalement vain.

À l'issue de la rencontre, Cavani pourra toujours regretter d'avoir perdu mais il n'a pas grand-chose à se reprocher d'un point de vue individuel et il aura montré une belle forme au niveau physique, offrant un apport statistique, un volume de courses et une justesse technique rassurants avant de le voir rentrer à Paris.

Joueur(s) lié(s) 


News 

lundi 12 novembre

dimanche 11 novembre

samedi 10 novembre

vendredi 09 novembre

jeudi 08 novembre

mercredi 07 novembre

mardi 06 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux