Article 

Gueye peut-il maintenir un tel niveau de jeu toute la saison ?

Publié le mercredi 16 octobre 2019 à 12:03 par Philippe Goguet
C’est l’événement de ce début de saison, côté parisien : l’intégration d’Idrissa Gueye dans l’effectif se déroule à merveille et le milieu aligne les performances de haut niveau. Adoubé par Neymar, chéri par Tuchel, régulièrement loué par ses coéquipiers qui saluent ses efforts défensifs, il semble être le chaînon manquant de ce PSG pétri de talent mais loin d’être irréprochable en termes d’engagement, d’intensité et de sacrifices défensifs. Alors que le scepticisme régnait en partie sur ses qualités et sa capacité à faire franchir un cap au PSG, il est en train de faire taire tous ses détracteurs. Retour en détail et en chiffres sur le début de saison du nouveau numéro 27 préféré des supporters parisiens.

Une stat a récemment été reprise un peu partout pour mettre en avant le « Gana effect » sur la nouvelle mentalité du PSG : en 8 titularisations, Ligue 1 et Champions League confondues, le PSG n’a pas encaissé un seul but et a signé 8 victoires. Mais cela va-t-il durer ? Est-ce un feu de paille ou bien est-il en mesure de maintenir un tel niveau sur la durée ?

Nous vous proposons dans cet article de revenir en détail sur les statistiques du Sénégalais afin d’essayer de répondre à cette question : le Gueye que nous voyons à l’œuvre depuis fin août au PSG est-il le vrai Gueye ou aligne-t-il des performances supérieures à son supposé niveau réel ? En d’autres termes, l’ancien Toffee surperforme-t-il aujourd’hui et le soufflé va-t-il retomber ?

A l’aide de ses stats en carrière, mais également de comparaisons avec celles des joueurs du PSG, nous allons essayer de répondre à cette interrogation, et plus globalement, de revenir sur les performances générales de Gana Gueye. Cet article sera donc divisé en deux parties : dans la première nous mettrons en avant les domaines où le Sénégalais affiche des stats supérieures à ses performances en carrière ; dans la seconde, nous verrons les secteurs où il présente, au contraire, des stats stables voire inférieures à son passé anglais et lillois.

Sur le podium des meilleurs joueurs de Ligue 1 à l’évaluation statistique

Un constat tout d’abord, l’évaluation statistique globale d’Idrissa Gueye est exceptionnelle. A tous points de vue. Exceptionnelle par rapport à la Ligue 1 et à ses coéquipiers du PSG. Exceptionnelle également par rapport à ses évaluations en carrière.

Il présente à l’heure actuelle en effet un rating (selon le site spécialisé Whoscored) de 7.71 en Ligue 1.  Cela le classe au 3ème rang de tout le championnat, derrière Neymar (8.06) et le néo-Monégasque Slimani (8.02)

Cette performance est pour le moins remarquable pour un joueur qui arrive dans une nouvelle équipe et à qui on demande en priorité de réaliser le « sale boulot », pas forcément visible a priori dans les stats.

A titre de comparaison, il n’avait jamais fait mieux que 7.25 en Angleterre (sa 1ère saison, à Aston Villa en 2015-2016). Sa moyenne anglaise est de 7.14, signe néanmoins de sa constance à un très bon niveau. A Lille, il était monté jusqu’à 7.41, lors de sa dernière saison, en 2014-2015.

Cette saison, depuis son arrivée, il enchaîne les prestations de haut niveau, comme en témoigne le graphique ci-dessous de son évaluation par rencontre.

Lors de tous les matches qu’il a disputés, il a réalisé une prestation générant un rating supérieur à celui de l’équipe (sauf contre Galatasaray). Son meilleur match, statistiquement parlant, est le dernier contre Angers (8.97) et il n’a jamais fait moins que 7.25 en championnat.

Jamais donc dans sa carrière, Gueye n’avait produit de telles stats. Rentrons maintenant dans le détail des secteurs de jeu ayant permis à Gueye d’afficher un tel rating en insistant sur les domaines où il présente des indicateurs bien supérieurs à ceux affichés en carrière.

Déjà dans ses standards annuels de buts et passes décisives

En huit matches, Gueye a inscrit un but (contre Angers) et donné une passe décisive (pour Di Maria face au Real). Est-il coutumier du fait ? Pas vraiment.

Après même pas un quart de la saison disputé, il a déjà atteint ses moyennes annuelles en carrière. Il a en effet inscrit 9 buts en 9 saisons (maximum sur une saison : 4 avec Lille en 2014-2015), et distribué autant de passes décisives (maximum 2 avec Everton en 2018-2019 et avec Lille en 2014-2015). Son challenge sera donc d’atteindre, voire de dépasser, les chiffres affichés lors de sa brillante dernière saison lilloise où il a cumulé 4 buts et 2 assists.

Signalons au passage qu’ils ne sont que 5 joueurs (Di Maria, Sarabia, Choupo-Moting, Mbappé et Gueye) dans l’effectif parisien à avoir à la fois marqué et donné une passe décisive, toutes compétitions confondues, depuis le début de saison.

Plus de passes clé par match que Neymar !

Déjà en avance par rapport à ses stats en carrière en matière de buts et d’assists, Gueye l’est encore plus concernant les passes clés. Et c’est peut-être ce qui a le plus surpris dans les premiers pas de Gueye au PSG : sa capacité à exister offensivement alors qu’il était catalogué comme pur nettoyeur. Son positionnement fréquent en relayeur et le luxe de pouvoir encore compter sur Marquinhos derrière lui au milieu, lui permet de s’impliquer offensivement, et de produire des stats impressionnantes en la matière.

Il est en effet le joueur parisien qui délivre le plus de passes clés en Ligue 1. Il tourne à 2 passes clés de moyenne, contre 1.8 pour Neymar. Qui l’eut cru ? L’obscur milieu de terrain en provenance d’Everton qui alimente plus ses attaquants que la superstar planétaire brésilienne.

Il en a effectivement réalisé 12 en 6 matches de Ligue 1, dont 10 lors des 3 derniers matches (4 à Lyon). Il en avait aussi distribués3 face au Real.

Logiquement, il explose ses stats en carrière puisqu’il n’avait jamais fait mieux qu’une passe clé (/90 minutes) en moyenne sur une saison.

Bien évidemment, le niveau de jeu du PSG et la qualité de ses coéquipiers facilitent ce style de stats et les comparaisons avec ses années anglaises et lilloise doivent être analysées avec prudence. Néanmoins, l’écart est tel, et surtout, le fait qu’il domine ce classement au sein du riche effectif parisien, témoignent d’une performance de top niveau du natif de Dakar.  

Pas de déchet technique

Autre thématique où Gana surprend depuis le début de saison : sa capacité à se mettre au niveau technique requis au PSG. On le sait, d’autres milieux de terrain par le passé se sont cassé les dents et n’ont pas réussi à atteindre le niveau de maitrise technique nécessaire pour cohabiter avec Verratti & co. Et des doutes existaient sur son aptitude à relever ce challenge. Il les a vite balayés.

Avec 86.5 % de réussite aux passes en carrière, il présentait déjà un taux tout à fait excellent. Et bien, il fait encore mieux en ce début d’exercice puisqu’il tourne à 92.1 % en Ligue 1.

Le pire c’est qu’avec un tel taux, il n’est que 11ème du PSG ! L’équipe de Tuchel présente 13 joueurs au-dessus des 90 % de réussite aux passes. Naturellement, 7 Parisiens figurent dans les 10 premiers de Ligue 1 à ce classement.

Pour en revenir à Gueye, il n’a jamais raté cette saison plus de 10 passes dans un match (à Bordeaux, avec quand même 87 % de réussite). Son record étant atteint contre Angers : 118/123 passes, soit 95.9 % de réussite. 

Duels aériens : 75 % de duels gagnés

Autre surprise de ce début de saison de Gana : sa capacité à batailler dans les airs avec plus grands et plus costauds que lui (1.74 m et 66 kgs). Alors qu’il est en effet l’un des plus petits de l’effectif, c’est lui qui présente le ratio de duels aériens gagnés le plus important (75 %).

Là aussi, avec 1.5 duel aérien gagné toutes les 90 minutes, il surperforme nettement par rapport à ses stats en carrière. Il n’avait jusque-là jamais gagné plus d’1.1 duel aérien par match et sa moyenne de succès était de 53 %.

Plus de passes par match que n’importe qui en Ligue 1 !

Enfin, les stats aux passes résument parfaitement le regard que l’on peut porter sur la performance de Gueye sur ce début de saison : compte tenu du style de jeu du PSG, on n’est pas plus surpris que ça de voir le finaliste de la dernière CAN présenter des stats supérieures à ce qu’il proposait en carrière. Néanmoins, là où la performance de Gueye interpelle, c’est dans l’écart qu’il avec ses en carrière et surtout, c’est quand on se rend compte qu’il domine tous les autres joueurs du PSG dans cet indicateur statistique.

Il réalise en effet 91 passes par match, soit 24 de plus que lors de sa meilleure saison dans ce domaine. Sa moyenne en carrière était jusque-là de 58, soit un bond de plus de 50 % réalisé au PSG.  Surtout, il est le 1er joueur du PSG dans cette catégorie statistique, devant Verratti (90.3). Plus incroyable encore, il domine toute la Ligue 1 !

Il est également le Parisien qui touche le plus de ballons par match (108), devant Verratti (105), Thiago Silva (94) et Neymar (93). Lors de 4 de ses 6 matches de Ligue 1, il a joué plus de 100 ballons, avec un pic à 143 contre Angers. Des stats à la Verratti donc, pour un joueur souvent catalogué simple « marathonien-récupérateur de ballons » ! Plutôt qu’à Matuidi, c’est plutôt à Thiago Motta, que ses actuelles amènent à le comparer…

Trop beau pour durer ?

N’en jetez plus, la coupe est pleine : décisif devant le but adverse, à la bagarre avec les costauds dans les airs, à l’aise techniquement, Gueye coche toutes les cases du joueur moderne ultra polyvalent. Il apparaît vraiment comme le chainon qui manquait à ce PSG.

Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que tout ceci est trop beau pour être vrai. Il est logique qu’il produise plus de stats avec le PSG qu’avec Everton, mais l’écart avec ses stats en carrière est vraiment trop important pour ne pas s’interroger sur sa capacité à maintenir un tel niveau dans tous les domaines. On ne demande qu’à être contredit dans le temps, mais ses stats actuelles paraissent vraiment trop exceptionnelles, dans tous les sens du terme, pour ne pas revenir à des hauteurs plus « humaines » sur la durée.

Nous verrons cependant, dans une deuxième partie, qu’à l’inverse il existe certains domaines où il affiche avec Paris des stats inférieures à ses productions anglaises et lilloises.

Joueur(s) lié(s) 


News 

mardi 12 novembre

lundi 11 novembre

dimanche 10 novembre

samedi 09 novembre

vendredi 08 novembre

jeudi 07 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux