Article 

Marquinhos, Thiago Silva, Kimpembe : les frères siamois de la défense

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 13:39 par Thibaut Brossard
Alors que près d'un tiers du championnat a été disputé, l'étude des statistiques des trois défenseurs centraux montre à quel point Marquinhos, Thiago Silva et Kimpembe sont proches, tant en terme de performance et que de style de jeu.

Après le bilan des arrières latéraux, ce deuxième volet va se pencher sur les performances des défenseurs centraux après 12 matches de championnat. Là aussi, c’est un Brésilien qui domine le « rating » élaboré par le site Whoscored, à avoir Marquinhos, mais la comparaison avec Alves s’arrête là. En effet, alors que l’on a vu que le latéral brésilien domine assez largement ces trois « concurrents », c’est beaucoup plus serré entre les trois défenseurs centraux. Et surtout, ils présentent des statistiques et donc des caractéristiques de jeu très proches qui tend à relativiser ce classement. En tout état de cause, à ce stade, c’est Marquinhos qui domine la catégorie des arrières centraux avec une évaluation moyenne de 7.26 devant son compatriote Thiago Silva (7.01) et Presnel Kimpembe (6.98).

Huit titularisations chacun

Avant d’essayer de comprendre pourquoi Marquinhos domine (de peu) ce classement, un constat s’impose : les trois défenseurs centraux réalisent des performances globalement similaires qui justifient le « ménage à trois » instauré cette année par le coach basque. 

Comme promis par Unai Emery, le temps de jeu est en effet très équitablement réparti entre les trois centraux (titulaire chacun à 8 reprises) mais, et c’est une surprise puisqu’il ne partait pas avec les faveurs des pronostics en début de saison, c’est Kimpembe qui a disputé le plus de minutes (765) en championnat. Il n’a certes pas disputé le match contre l’OM mais il a débuté l’autre gros choc de ce début de championnat contre Lyon. 

L’analyse des statistiques va nous permettre de mettre en évidence le style de jeu, très similaire dans l’esprit, des trois défenseurs centraux : un jeu très peu porté sur l’attaque, une précision mais aussi une sécurité extrêmes dans les passes et une grande qualité dans les un contre un. 

Aussi transparents en attaque…

En attaque, c’est le désert ou presque puisque à eux trois les défenseurs centraux n’ont cadré qu’un tir depuis le début de saison et cela remonte à la 3ème journée de championnat (frappe lointaine de Thiago Silva contre Toulouse). Ils n’ont donc pas encore inscrit le moindre but cette saison. L’ironie de cette stat étant que Thiago Silva a bien marqué cette saison mais contre son camp (contre Toulouse). Ils avaient mis seulement six buts sur toute la saison passée (trois pour chaque Brésilien) et ils partent donc sur des bases encore plus faibles cette saison. 

C’est Marquinhos qui a tenté le plus sa chance avec 8 tirs mais il n’a pas cadré une seule frappe (à sa décharge, ses deux têtes sur la transversale de Guingamp et Dijon sont comptabilisées comme non cadrées). Un petit souci de précision devant le but déjà entraperçu l’an passé (4 tirs cadrés seulement sur 15 tirs) pour le jeune Brésilien. Kimpembe est le défenseur central qui tente le moins sa chance face au but : une seule frappe en neuf matches. Il s’agit clairement d’un axe de progrès important pour le jeune Parisien déjà auteur de seulement quatre frappes sur toute la saison dernière de Ligue 1.

Autre symbole de leur manque d’appétence pour l’attaque : ils ont tenté trois dribbles à eux trois (pour 2 réussis) depuis le début de saison ! Kimpembe l’an dernier en tentait pourtant près d’un par match. 

… que précis dans les passes

Les statistiques relatives à la passe sont très proches pour les trois joueurs et présentent les caractéristiques communes suivantes : un nombre de passes assez important mais en baisse par rapport à l’an passé, avec un taux de réussite incroyablement haut expliqué en partie par la grande sécurité prise dans les transmissions et la baisse du nombre de passes longues par rapport à la saison dernière. 

La preuve en chiffres avec les graphiques suivants :

Les trois défenseurs centraux voient donc leur nombre de passes, et en particulier de passes longues, diminuer par rapport à la saison dernière. Ils n’en réalisent plus que 9.8 en moyenne par match à eux trois, contre 13.9 l’an passé. Marquinhos, notamment, a considérablement diminué son jeu long qui ne représente plus que 7 % de ses passes contre près de 11 % l’an passé. 

Les trois défenseurs centraux parisiens culminent par ailleurs en tête de classement du pourcentage de passes réussies de toute l’équipe du PSG, de toute la Ligue 1, et même de l’Europe entière (seul John Stones parvient à s’intercaler entre Thiago Silva et Marquinhos) avec des taux incroyablement hauts : Thiago Silva 96.7 %, Marquinhos 95.4 % et Kimpembe 95.1 %. On remarquera au passage que 7 parisiens, dont le gardien Areola, figurent parmi les 10 premiers de ce classement. Autre anecdote : Kimpembe a réussi à terminer un match sans avoir raté une seule passe (46/46 contre Saint Etienne), ce qui n’est pas (encore) le cas des deux Brésiliens (5 matches à une seule passe ratée à eux deux) ! 

Ces statistiques témoignent à la fois de la grande qualité technique des trois joueurs mais aussi du peu de risque pris dans les transmissions notamment vers l’avant. 

… et intraitables dans les duels

Autre point commun de nos trois frères siamois de la défense : leur qualité en un contre un. A eux trois, ils ont été dribblés 6 fois lors des 12 matches de Ligue 1. En moyenne, cela veut dire entre 0.1 (Kimpembe, numéro 1 des défenseurs centraux de Ligue 1 dans ce secteur) et 0.4 (Thiago Silva) dribble subi par match. 

Leur mode d’interventions défensives est assez similaire : peu de tacles (moins de 2 par match) et peu d’interceptions mais une quantité non négligeable de dégagements. La quasi superposition des trois triangles du radar ci-dessous témoigne d’ailleurs de ce style très proche. 

Quelques légères différences néanmoins

Alors, avec ce constat d’un style de jeu et de performances très proches, qu’est-ce qui explique le léger ascendant chiffré de Marquinhos et le retard minime de Kimpembe au rating de Whoscored ?

Au petit jeu des sept différences, on a trouvé… deux timides explications. En premier lieu, Marquinhos est le seul à avoir réussi une passe décisive en championnat (contre Saint Etienne pour Thiago Motta). C’est peu mais c’est déjà mieux que l’an passé où il n’en avait pas délivré du tout (contre 2 pour Thiago Silva, et aucune pour Kimpembe)

Ensuite, le nombre de fautes commises, extrêmement bas pour Marquinhos et plus élevé pour Kimpembe peut également expliquer une partie de l’écart d’évaluation. Le jeune international français fait en effet plus de fautes (12 contre 4 à Marquinhos) et a reçu plus de cartons (3 qui lui vaudront d’ailleurs une suspension contre Nantes).

Cette analyse des performances des trois défenseurs centraux après un tiers des matches de championnat confirme en tous cas le choix d’Unai Emery de les considérer, quasiment, sur un pied d’égalité. Elle montre aussi, cependant, la marge de progression importante qui existe, dans la prise de risque et l’efficacité offensive. 

Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 19 novembre

samedi 18 novembre

vendredi 17 novembre

jeudi 16 novembre

mercredi 15 novembre

mardi 14 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux