Article 

Verratti, Modric, Neymar, Maxwell, Leonardo commente son passage et l'actualité du PSG

Publié le lundi 30 octobre 2017 à 14:03 par Philippe Goguet
L'ancien directeur sportif du PSG Leonardo a accordé un entretien au Canal Football Club et il est revenu sur plusieurs dossiers du PSG, de son époque comme de l'actuelle.

Son passage au PSG :

«Le PSG m’a donné 100% de confiance, il m’a donné la carte blanche pour gérer le club. Quand j’ai parlé la première fois avec le propriétaire du PSG, je pouvais même revenir comme entraîneur. Maius au niveau de l’union, on est arrivés à la conclusion que c’était mieux de me placer à la direction parce que le PSG avait besoin de tout. Avec Nasser, il y avait une complicité totale, on se parlait 24 heures par jour. On pensait à chaque détail, à chaque chose, pour construire une base cela me procurait énormément de plaisir. »

Le rôle du Cheikh Tamim-al-Thani dans le recrutement de Verratti :

«Oui, c’est vrai. Il a eu une importance dans la décision. Il connait le football et on a parlé. Pour dire la vérité, on essayait de signer Modric. Ce n’était pas possible. On avait déjà fait signer Thiago Silva et Ibrahimovic. Modric en plus, c’était un peu trop. On a viré vers quelque chose de plus faisable. Tout le monde était convaincu par Verratti, alors on l’a fait.» 

L'arrivée de Neymar à Paris :

«Neymar au PSG, c’est formidable. On parle d’un joueur qui est charismatique. C’est un très bon joueur. Il incarne la joie de jouer, il est complètement irrévérent, c'est un peu une star de cinéma. Mais la gestion de tout ça est très importante. Pas seulement pour les égos. Quand la structure monte, monte et monte, le club doit rester le plus fort. Peut-être que ce soit Neymar ou Cristiano Ronaldo. Le club est une institution à respecter. Le club va guider le projet, ce n’est pas Neymar [...]. On a parlé avec Neymar. C’était en 2011. On voyait déjà qu’il allait devenir le Neymar d’aujourd’hui mais son projet était de rester au Brésil jusqu’en 2014.»

L'arbitrage français :

«L'arbitre français a besoin de démontrer qu'il commande. Et c'est pour moi un symbole de fragilité. Je ne sais pas si les arbitres anglais sont mieux mais, quand ils arrivent au stade, ils te saluent. Il fait partie du jeu, il te salue, c'est une relation normale. En France, non (il mime un arbitre ronchon). Cela le met déjà en difficulté au niveau de la décision. Il peut rater, c'est évident, mais si tu te mets dans une décision où tu décides, c'est plus compliqué pour l'arbitre.»

La reconversion de Maxwell :

«Sa reconversion me fait plaisir. Quand il a commencé à jouer au Brésil, tout le monde le comparait un peu à moi et ça me faisait déjà plaisir. C’est presque une reconversion normale. Avec Antero Henrique, c’est une combinaison très forte. Il y a quelqu’un de très expérimenté et quelqu’un qui a vécu le PSG sur le terrain. Maxwell a toutes les qualités au niveau personnel pour bien faire comme directeur sportif. » 

L'entretien complet :

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux