Article 

Adrien Rabiot, relayer pour regrouper

Publié le jeudi 3 novembre 2016 à 19:25 par Ryan Chase
Adrien Rabiot vient d'être appelé en équipe de France pour la première fois, l'occasion de se plonger en profondeur sur le profil très moderne du milieu de 21 ans.

Il dispute actuellement sa cinquième saison avec le PSG et a déjà franchi la barre des 130 matches compétitifs, mais Adrien Rabiot n'en demeure pas moins un élément nouveau. Loin des milieux relayeurs français qui faisaient le paradigme d'hier, et de ceux qui ont décidé de changer pour exister aujourd’hui, Adrien constitue un nouveau point de départ, en rupture totale avec ses prédécesseurs. Et si son âge invite à se montrer prudent quant à la direction qu'il prendra, il démontre, match après match, un jeu bien défini.

Les adversaires domestiques se montrant déterminés à laisser l'initiative, la phase de jeu dans laquelle Rabiot s’exprime le plus est la phase offensive. Et que cela soit en tant que milieu relayeur gauche, ou droit, le jeune parisien se montre impliqué et participatif au moment de faire les premières passes. Ses interventions sont courtes, souvent sous la forme d'un appui, et ont pour but de permettre à son équipe de progresser tout en gardant le contrôle du ballon. Face au jeu, une posture qu'il affectionne particulièrement, le numéro 25 parisien se montre ensuite très sérieux. Il cherche à faire progresser le ballon très prudemment et en grande majorité par sa circulation sur les ailes ou vers des relais intermédiaires si ceux-ci constituent un faible risque de perte de balle. Très tôt dans la construction, Rabiot se présente comme un relayeur-passeur qui cherche à marquer le rythme de la partie. 

Ici, Rabiot propose une solution parallèle au ballon et le reçoit dans le secteur gauche. Il a de l'espace pour progresser mais préfère servir les décrochages et solutions offertes devant lui, sans jamais chercher à progresser en conduisant le ballon.

Même s'il a de l'espace pour avancer balle au pied, dès qu'un risque de perte de balle important se présente, Adrien ne doute pas et cherche à se retourner, en s'appuyant sur une excellente protection du ballon, afin de faire une passe en retrait pour garder la possession.

Rabiot récupère la balle au milieu de terrain grace à une bonne utilisation de son corps. Il se projette en s'appuyant sur un coéquipier et continue à progresser. Dès qu'on obsctacle se présente, il décide de se retourner et de faire une passe en retrait

Une fois le PSG clairement entré dans la phase de déséquilibre de l'adversaire, on constate que Rabiot est plus à l'aise lorsqu'il occupe le poste de milieu relayeur gauche. Pas pour des questions techniques, ni même de perception, mais pour les options que lui offre cette démarcation. En effet, en initiant ses actions dans le secteur gauche, Rabiot est dans de meilleures conditions pour faire ce qu'il préfère: développer et accompagner les actions sans prendre de risques. Trouver les joueurs excentrés avec son pied gauche est plus facile et se projeter balle au pied avec des courses verticales offre un degré de confort et de sûreté qui lui plait et l'encourage même.  En tant que milieu relayeur droit en revanche, les options sont beaucoup plus risquées. Se mettre face au jeu lui offre davantage d'options puisque le champ d'action pour l'intérieur de son pied gauche est plus ample. Mais la nature risquée de ces options, qui ont beaucoup plus d'obstacles devant elles, lui déplaît fortement. Pour cela, ses interventions dans cette position sont généralement plus horizontales. 

Quelque soit la position de départ qu'il occupe, Rabiot illustre cependant qu'il a la fois des carences et une grosse marge de progression dans le jeu sans ballon. D'abord parce qu'il est par nature, un joueur peu mobile qui se déplace à faible intensité sur le terrain. Et ensuite parce qu'il présente régulièrement des signes de déconnexions (problèmes de concentration), que l'on peut expliquer par son jeune âge. De ce fait et malgré une bonne lecture des espaces démontrée avec le ballon, le jeune parisien éprouve des difficultés à offrir des solutions à ses coéquipiers pour faire progresser la balle quand les espaces se compriment. Il se présente fréquemment pour offrir son aide, ce qui témoigne d'une intention de participer, mais l'effet magnétique que le ballon exerce sur lui, conditionne fortement ses déplacements et le jeune français finit très souvent par négliger la qualité des lignes de passe qu'il offre.

Le PSG est en phase de construction. Di Maria décroche pour s'occuper de la relance. Rabiot demande la balle, à plusieurs reprises, mais n'offre jamais de ligne de passe claire. Il finit par être servi entre les lignes par Di Maria, qui est forcé à faire une différence pour le trouver : 

Lorsqu'il prend le soin d'offrir de bonnes lignes de passe, le joueur présente, encore et toujours, une envie de se montrer prudent quant à la conservation du ballon. Peu importe qu'il ait de l'espace pour progresser. Rabiot s'installe quasi automatiquement dans une posture rigide, faisant dos au but adverse, et s'applique ensuite à servir de point d'appui pour changer la direction de la circulation ou permettre à un coéquipier de se servir de lui pour aller vers le but.

Rabiot perçoit de l'espace dans le dos des attaquants marseillais et décide d'offrir une solution à Motta. Le joueur n'hésite pas ni ne cherche à progresser, il oriente la balle vers le coté sans prendre de risque :

Entre les lignes, Rabiot a de l'espace pour recevoir la balle mais sa ligne de passe reste difficile d'accès, et la position de son corps le met dans une posture difficile pour créer un déséquilibre : 

Cette volonté de servir de point d'appui avec des interventions courtes n'est toutefois pas toujours adaptée. Surtout lorsqu'il se présente proche de la défense adverse. Et il n'est pas rare de voir son impact limité par sa position corporelle dans des situations où il aurait la possibilité de faire beaucoup plus de dégâts grâce notamment à son excellente conduite et sa frappe de balle.

A deux reprises, Rabiot s'offre comme un point d'appui. D'abord derrière les attaquants de Metz, et ensuite derrière les milieux. Dans les deux cas, sa posture dos au but le limite au moment de participer :

C'est toutefois bien sa vision du jeu et son envie de faire progresser l'équipe en bloc, grâce à une circulation prudente du ballon, qui le conditionnent le plus. Car même dans les rares cas où il trouve une situation favorable entre les lignes pour avancer vers le but, Rabiot montre qu'il n'aime pas le risque, ni résoudre individuellement.

Suite à un dégagement, Motta dévie le ballon sur Rabiot, qui se retrouve entre les lignes, dans l'axe, avec de l'espace pour avancer. Le joueur décide sans hésiter de s'orienter vers l'aile gauche pour combiner et avancer progressivement : 

Si cette tendance peut régulièrement le rendre inoffensif, il contraste toutefois avec des situations où il décide de verticaliser. En effet, lorsqu'il reconnaît que son équipe a clairement la main mise sur l'adversaire et perçoit une claire possibilité de s'approcher du but, le jeune parisien n'hésite pas. La connexion entre lecture et décision est quasi instantanée et sa technique une vraie source de déséquilibre.

Le PSG récupère la balle et décide d'attaquer rapidement. Rabiot tente un premier ballon profond une première fois en envoyant une parabole au second poteau. S'en suivent plusieurs rebonds et le PSG récupère finalement la balle. Bâle complétement replié et le PSG en position favorable, Adrien tente une passe verticale au sol pour servir un appel en profondeur. L'action conduit à un but :

Dans l'ensemble, il dispose donc de peu de variété dans ses déplacements. Il se projette peu avec le ballon et les situations où il prend l'initiative d'attaquer l'espace sont rarissimes. Son équipe gagnerait fortement à le voir dans des zones plus avancées, mais son manque de mobilité tant en terme de quantité que de qualité des appels, couplé à son désir d'évoluer face au jeu, en font un milieu de terrain souvent éloigné des situations propices à cela. S'il n'offre pas le même dynamisme que ses coéquipiers parisiens Verratti et Matuidi, Rabiot compense quelque peu en offrant de l'ordre sur le plan tactique. Sa faible mobilité implique regulièrement qu'il se retrouve comme l'un des joueurs les plus en retrait et ceci le met dans des situations privilégiées pour effectuer les couvertures défensives, qu'il effectue avec sérieux. 

En phase défensive justement, on retrouve un joueur excessivement agressif, aux prestations irrégulières mais qui garde toutefois un énorme potentiel. Les sautes de concentration se font plus rares lorsqu'il est directement impliqué dans un repli défensif et, si sa lecture des situations reste basique, il illustre régulièrement une très bonne technique défensive, en plus de grandes capacités physiques qui en font un joueur dominant dans les airs. Ici, il semble déjà avoir fait des progrès notables en comparaison à la saison dernière. Rabiot met d'ailleurs plus souvent ses qualités physiques et techniques dans les transitions attaque-défense, durant lesquelles il est souvent derrière le ballon et prêt à faire barrière et presser l'adversaire, que défense-attaque, où sa nature prudente le laisse trop souvent non impliqué. 

Le PSG est dans une phase de repli. Rabiot évolue comme milieu axial gauche. Il bascule en se montrant trop attiré par le ballon. Si bien que malgré une bonne posture, il perd le contrôle de ce qui se passe dans son dos. Il finit néanmoins par récupérer suite à une bonne interception : 

Bien sûr, ses qualités sont amenées à évoluer encore quelques années, comme le joueur dans son ensemble. Mais à 21 ans, Rabiot se présente clairement comme un milieu relayeur avec un jeu défini. Sa forte préoccupation pour le contrôle du ballon, son inclinaison très claire à le faire progresser par des passes et sa détermination à faire avancer son équipe en groupe sur le terrain, en font un joueur unique. Un milieu relayeur éloigné du moule français et fortement inspiré par la vague espagnole. Par le désir de s'équilibrer autour du ballon et de déséquilibrer avec sa circulation. Il apparaît comme un pionnier, et son évolution au PSG s'avère passionnante. 

Ryan Chase.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

dimanche 07 mars

samedi 06 mars

vendredi 05 mars

jeudi 04 mars

mercredi 03 mars

mardi 02 mars

lundi 01 mars

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux