Article 

Nos Power Rankings du début de saison au PSG

Publié le jeudi 13 octobre 2016 à 23:21 par Philippe Goguet
L'an passé, nous vous avions publié à quelques reprises nos «Power Rankings», ce classement un peu particulier des joueurs. La première partie de la saison est passée, il est temps de publier nos premiers Power Rankings.

Rappel

Les Power Rankings, c'est quoi ?

Très présents dans les sports américains, les Power Rankings sont une sorte de classement parallèle, entre des équipes qui ne vont pas forcément s'affronter dans l'immédiat (voire pas du tout). Ils peuvent être basés sur des algorithmes comme sur des ressentis et permettent d'obtenir une hiérarchie parfois plus réaliste que celle des simples résultats et du classement au nombre de victoires. En foot US (dont les saisons régulières se jouent en peu de matches) ou dans des sports qui se jouent au contraire sur un nombre très important de matches (basket, hockey, baseball), les Power Rankings offrent une autre vision des forces du moment. 

Exemple : Les Power Rankings de TouchdownActu, site spécialisé dans le football US. Leurs Power Rankings de cette semaine placent par exemple une équipe avec un bilan négatif devant une en positif, notamment par rapport à la forme du moment. 

Voilà, grossièrement, l'idée.

Nos critères :

Dans notre cas, classer les clubs en France n'a aucun intérêt vu l'écart entre le PSG et les autres tandis que tenter un classement pareil à l'échelle européenne nous semble un peu trop prétentieux vu le nombre de matches à observer. Nous avons donc adapté le système pour le faire coller aux joueurs du PSG. 

Pour classer nos joueurs du premier au dernier, trois critères ont été retenus : la forme du moment, leur importance dans le vestiaire et leur historique au PSG. Par exemple, un Verratti est plus important que bon nombre de joueurs même quand il est absent deux mois. Pour ces premiers Power Rankings de la saison, les dernières semaines ont plus compté que les premières. A la fin du mois d'août, Thiago Silva, alors blessé, aurait été devancé par un Pastore aujourd'hui retombé dans ses problèmes physiques.

Nos Power Rankings à l'issue des deux premiers mois de la saison (11 matches officiels) :

  1. Edinson Cavani : Conforté en fin de saison dernière par Nasser Al-Khelaïfi alors que la succession de Zlatan Ibrahimovic était ouverte, il s'est positionné au fur et à mesure des buts qu'il a inscrits comme le joueur majeur de l'attaque parisienne. Aujourd'hui, ses performances et son statut de seul joueur sans doublure en font un membre clé du PSG.
  2. Marquinhos : Pratiquement absent tout l'été entre la Copa America et les JO, Marquinhos a pourtant retrouvé le PSG avec encore plus de place pour lui, David Luiz ayant été transféré à Chelsea le dernier jour du mercato. Désormais titulaire indiscutable, il est même en position de force pour négocier sa prolongation, bien aidé par ses prestations de grande qualité.
  3. Thiago Silva : Le capitaine parisien n'a pas perdu son brassard malgré le changement de coach, un signe fort, mais il a en revanche loupé tout le début de saison et revient à peine à son meilleur niveau. Et son lobby quant à sa prolongation pourrait même payer sous peu.
  4. Thiago Motta : Longtemps désigné comme l'un des plus grands perdants potentiels de l'arrivée d'Emery, le malin Thiago Motta n'a pas mis longtemps à retourner la situation. Promu vice-capitaine après le départ de Zlatan Ibrahimovic, il a même renvoyé Krychowiak sur le banc de touche alors que ce dernier semblait pourtant lui avoir pris sa place. 
  5. Angel Di Maria : Il n'est pas dans la forme de sa vie, loin de là même, mais Angel Di Maria occupe toujours une place à part au PSG. S'il ne marque pas, il distribue toujours des offrandes et est le meilleur passeur du club avec 5 passes décisives. Surtout, comme Cavani, il a un statut à part de par le manque total de concurrents le concernant, ce qui explique aussi pourquoi il est le joueur qui a le plus joué.
  6. Marco Verratti : Petit à petit, le petit Italien retrouve son niveau de jeu et seules ses trop nombreuses blessures l'empêchent de se situer plus haut dans ce classement. Il est évident qu'il sera à l'avenir le joueur majeur du PSG mais ses absences répétées retardent cette prise de pouvoir. 
  7. Serge Aurier : Le spécialiste des faits divers a encore frappé (et c'est le cas de le dire vu son actualité judiciaire). C'est dommage pour lui car Emery lui avait témoigné énormément de confiance en début de saison, lui confiant même le brassard de capitaine en fin de match. Sur le terrain, il est intouchable à son poste mais se pénalise régulièrement tout seul par ses déboires extra-sportifs.
  8. Adrien Rabiot : Le départ de Laurent Blanc rebattait les cartes au milieu du terrain et il a parfaitement su en profiter avec un excellent début de saison. Son mois de septembre est en revanche légèrement moins bon, en plus d'être marqué par une petite blessure, et le retour en force de Blaise Matuidi le place de nouveau en danger à son poste. Cette concurrence féroce, probablement la plus intéressante du PSG actuel, est dure pour le jeune milieu de terrain.
  9. Blaise Matuidi : Comme Thiago Motta, il a fait partie des joueurs qui semblaient les plus menacés suite au départ de Laurent Blanc. Invisible en août et dans la suite d'une fin d'Euro ratée, il a peu à peu repris de l'épaisseur et postule désormais très sérieusement à une place de titulaire. Emery n'attendait pas grand chose de lui mais Matuidi a semble-t-il une nouvelle fois prouvé sa capacité à retourner une situation en sa défaveur.
  10. Alphonse Areola : Attendu dans les buts du PSG, il a pourtant commencé la saison sur le banc de touche mais Emery l'a intronisé dès le premier gros test venu. Il n'est plus jamais ressorti du onze depuis et semble être le grand vainqueur de la guerre des goals. Face à Ludogorets, il a même probablement signé l'armistice, avec lui dans le rôle du vainqueur.
  11. Layvin Kurzawa : Le gros tube du mois d'août est revenu sur terre en septembre avec une nouvelle blessure musculaire, son talon d'Achille depuis Monaco. Et celui qui était jusque là un intouchable d'Emery se retrouve soudainement dans la peau d'un titulaire bien moins établi, voire même en danger.
  12. Maxwell : Son statut d'extra-communautaire est apparu comme un boulet tout l'été, particulièrement quand Kurzawa brillait de mille feux. Une fois septembre venu, la situation a changé et Maxwell est redevenu le joueur sûr et si parfait techniquement que tous ses coaches ont adoré. Décisif de façon très régulière, le nom du véritable titulaire au poste d'arrière gauche est désormais inconnu, un sacré bouleversement survenu en à peine un mois.
  13. Lucas : Le deuxième joueur le plus utilisé de l'effectif reste malgré tout l'un de ceux qui est le plus en danger quant à sa place dans le onze de départ. S'il a pour lui un très bon bilan statistique, son irrégularité le place malgré tout sur la sellette de façon régulière, les mauvais matches de Lucas étant en général d'un grand vide. Contre Arsenal, c'est lui et pas Di Maria qui est allé sur le banc quand Emery a fait le pari de titulariser Matuidi comme ailier gauche. Attention au retour des concurrents.
  14. Grzegorz Krychowiak : Joueur le plus cher débarqué à l'intersaison, son début de saison est pour le moins compliqué et il a dû attendre plus d'un mois de compétition pour faire ses débuts officiels. Passé titulaire durant quelques rencontres, il a alors montré d'énormes limites dans le jeu de possession qui l'ont envoyé sur le banc de touche. Si son statut au sein du vestiaire ne plaide pas pour lui, il joue pratiquement à tous les matches et a un profil unique qui lui fera forcément jouer.
  15. Presnel Kimpembe : Joueur en pleine progression, il a largement profité des absences de l'été pour faire son trou et griller David Luiz dans la hiérarchie des défenseurs centraux parisiens, le match à Monaco signant même la fin du Brésilien. Mais une fois les titulaires revenus, Kimpembe est parti sur le banc et il ne constitue pas aujourd'hui une menace pour Marquinhos et Thiago Silva malgré son nouveau statut de joueur international. 
  16. Javier Pastore : Le départ de Zlatan et le changement d'entraîneur annonçaient une période faste pour Pastore mais celle-ci n'a même pas atteint la fin du mois d'août. Brillant contre l'OL le 5, il rechute dès le 28 avant d'aller affronter Monaco. Et celui qui devait être le dépositaire du 4-2-3-1 d'Emery se retrouve une nouvelle fois chef de l'infirmerie, rappelant sa saison passée.
  17. Thomas Meunier : Le Belge s'est vite adapté, à grands coups de punchlines et de déclarations fracassantes sans pour autant être méchantes envers ses coéquipiers, bien au contraire, mais il ne constitue pas pour autant une menace pour le titulaire. Aurier peut aujourd'hui dormir sur ses deux oreilles, les doutes entourant les capacités défensives de Meunier étant toujours présents.
  18. Kevin Trapp : Titulaire durant les cinq premiers matches, il n'a jamais fauté (et même brillé contre Metz) mais Emery a tranché et le titulaire se nomme Alphonse Areola. Pour l'Allemand, le coup est dur à encaisser un an à peine après son arrivée. Aujourd'hui, son avenir paraît bien bouché.
  19. Jesé : Arrivé en provenance d'un club mythique, l'Espagnol est tout simplement hors de forme et n'a signé que 20 bonnes minutes, ses premières sous le maillot parisien à Bastia. Pour le reste, entre un réel embompoint et une opération de l'appendicite bien mal tombée, son début de saison est un énorme fiasco.
  20. Hatem Ben Arfa : Il était présenté comme la star du PSG, il en est déjà pratiquement le paria. La situation s'est certes améliorée avec Emery au cours des dernières semaines mais le joueur, arrivé dans une forme physique des plus douteuses, a malheureusement compris un peu tard qu'Emery n'était pas Puel et que Paris n'était pas Nice. Aujourd'hui, il a tout à prouver
  21. Jean-Kevin Augustin : L'Euro U19 lui a certes permis de se montrer aux yeux de tout le monde mais il a alors loupé la possibilité de s'intégrer à l'équipe durant la préparation. Aujourd'hui, il peine à rattraper ce retard et reste le 6ème choix en attaque malgré une bonne entrée à Caen (un but et une passe décisive).
  22. Jonathan Ikoné : L'une des grandes découvertes de la préparation a connu un début de saison pas forcément évident avec un retour en CFA après avoir joué et brillé tout l'été avec les pros. Il n'a jamais déçu avec la réserve, se montrant même excellent, et a été récompensé dernièrement avec deux entrées en jeu. Comme pour Kimpembe, Emery apprécie son travail au quotidien et le lui a montré. 
  23. Christopher Nkunku : Révélation de l'été il y a un an, Christopher Nkunku a sévèrement reculé dans la hiérarchie suite au départ de Laurent Blanc et n'a pas eu droit à la moindre minute avec les pros cette année. Il apparaît en revanche présent sur le banc de touche dès qu'il y a des absents dans son secteur.
  24. Lorenzo Callegari : Petite star de la présaison, il a complètement disparu des radars depuis et se retrouve en équipe réserve. A l'exception du premier match contre l'OL, il n'a même jamais fait partie du groupe pour les matches et Nkunku lui a été préféré quand il y avait des absents.
  25. Alec Georgen : Vu durant les matches amicaux, il fait partie de l'équipe réserve depuis le début des matches officiels même s'il s'entraîne avec les pros. Plus ennuyeux, il n'est pas du tout apparu dans le groupe pro même quand il y avait des absents à son poste ou plus généralement en défense.
  26. Rémy Descamps : Troisième gardien du PSG, il fait ses gammes en CFA avec un certain talent et une belle régularité, ce qui est nouveau. Si ses chances de jouer sont maigres, il fait en revanche bien partie du groupe, en témoigne sa présence pour le lointain déplacement en Bulgarie.
  27. Hervin Ongenda : Blessé d'entrée, jamais dans le groupe, un seul match avec la réserve, une forme douteuse, sa dernière saison au PSG ressemble à un chemin de croix. Le joueur qui nous émerveillait quand il avait 16 ans semble aujourd'hui très loin.
Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux