Article 

Que retenir de THW Kiel-PSG Hand (28-27) ?

Publié le mercredi 28 septembre 2016 à 11:46 par Yorgos Bonos
Défait lors de la première journée de la Ligue des Champions du côté de Kiel, Paris démarre mal une campagne européenne qu’il espère victorieuse. Que faut-il ressortir de cette première ?

Le match

Tout avait pourtant bien commencé pour les Parisiens. En se basant sur une défense très performante qui lui permet de récupérer des ballons de contre, Paris prend tout de suite les devants au score avec 3 buts d'avance (4-1 - 4ème). Pourtant la belle mécanique va se dérégler. En confondant vitesse et precipitation, les Parisiens vont permettre à Kiel de se remettre dans son match. Pertes de balle, tirs précipités et poteaux permettent aux zèbres de Kiel de prendre la tête après une série de 6 buts marqués pour 1 encaissé (7-5 - 11ème).

C'est Nikola Karabatic qui sonne la révolte et dans la foulée d'un Omeyer excellent, les Parisiens refont surface en revenant au score puis en prenant la tête à la 16ème minute mais l'élan du début de la rencontre est brisé et les rouges et bleus peinent à faire le break face à une défense allemande qui a pris la mesure de l'attaque parisienne. Heureusement, le PSG a du répondant avec sa défense et un Gensheimer de feu en attaque qui se permet de mettre les 4 derniers buts de son équipe avant la mi-temps pour permettre au PSG de rester au contact.

Score à la mi-temps : 15-15

Alors que la première mi-temps aurait pu très clairement tourner en leur faveur, la seconde commence plus difficilement pour des Parisiens qui butent sur Andreas Wolff, le gardien de l'équipe d'Allemagne recruté cet été. Le remplaçant de Niklas Landin va rester un long moment autour des 50% d'arrêt et le THW va en profiter pour porter son avance à deux unités, le plus gros écart du match en faveur de Kiel (18-16 - 35ème). Chaque équipe défend à la perfection et la tension se fait de plus en plus palpable alors que les minutes avancent et qu'aucune des deux équipes ne fait le break. Comme un symbole, c'est Edouard Kempf, arrivé cet été et pensionnaire du centre de formation, qui remet les deux équipes à égalité à l'heure d'aborder les 15 dernières minutes du match (20-20 - 43ème).

Le climat est houleux, chaque décision en faveur des Parisiens provoque la bronca du public allemand. Pourtant, alors que Paris aborde le sprint final en tête de deux buts, 22-24 à la 52ème minute, ce même public n'aura pas trop à se plaindre de l'arbitrage. Tout d'abord avec des décisions contestables comme cette suspension pour deux minutes très discutable infligée à Luka Karabatic qui permet au Kielers de recoller (25-25 - 54ème), ou avec des refus de jeu signalés très rapidemement et qui ne permettent pas aux rouges et bleus de développer leur jeu.

Mais ce sont deux décisions très ligitigieuses qui pourront alimenter le courroux du PSG et de ses supporters. D'abord, sur une action de Nikola Karabatic, Wiencek par ailleurs excellent en défense sur les pivots vient couper la zone pour empêcher le tir. Une telle action aurait dû être logiquement sanctionnée d'un pénalty mais le duo arbitral ne siffle pas cette faute grossière. C'est encore pire à 15 secondes du terme alors que Paris ne peut plus espérer qu'un nul. Sur le jeu rapide parisien, Nikola Karabatic est tout bonnement descendu par ce même Wiencek. Logiquement le pivot de l'équipe d'Allemagne écope d'un deux minutes mérité mais avec les nouvelles règles d'arbitrage, MM. Badura et Ondogrecula, la paire slovaque au sifflet, aurait dû sortir le carton rouge et accorder un pénalty aux Parisiens. En effet, dans les trentes dernières secondes d'un match, quand une faute flagrante d'antijeu est commise en vue de sciemment empêcher un but, le joueur fautif doit être sanctionné d'un carton rouge et un pénalty doit être tiré. Il n'en fut rien et Stepancic va par deux fois gaspiller la dernière cartouche qui aurait pu permettre à Paris d'accrocher un point.

Score final : 28-27

La fiche technique

Kiel-Paris : 35-26 (19-11) – Sparkassen Arena (GER) – Arbitres : Badura et Ondogrecula (SVK)

THW Kiel : Nilsson (5), Bilyk (4), Santos (4), Zeitz (4), Weinhold (3), Ekberg (2), Brozovic (1), Duvnjak (1), Sprenger (1), Toft Hansen (1), Vujin (1), Wiencek (1), Jaanimaa, Lackovic, Landin, Wolff

PSG Hand : Gensheimer (10), Stepancic (5), Hansen (3), N.Karabatic (3), Nielsen (3), Kempf (1), Narcisse (1), Remili (1), Accambray, L.Karabatic, M'tima, Mollgaard, Omeyer, Skof

Réactions et résumé

Une défaite et des questions

Cette première défaite est-elle une contre-performance ?

Non. La Sparkassen Arena, la salle de Kiel, est une des citadelles les mieux défendues au monde. Sur les dix dernières saisons seules 5 équipes ont réussi à l'emporter ici en Champions League :

  • 2005-2006 : SG Flensburg Handewitt 28-32
  • 2007-2008 : BM Ciudad Real 25-31
  • 2010-2011 : F.C. Barcelone 30-32
  • 2011-2012 : Montpellier 23-24
  • 2015-2016 : Paris Saint-Germain Handball 26-30

L'an dernier, si on excepte la victoire parisienne, Kiel s'est toujours imposé à la maison contre rien de moins que Flensburg (4 buts d'écart), Veszprèm (1 but), Szeged (7 buts) ou Barcelone (5 buts) qui font partie du gratin du handball mondial.

Paris a-t-il montré ses limites ?

Oui et non. L'impression laissée par les Parisiens est très bonne. Notamment avec une défense de très haut niveau. Kiel a néanmoins sû appuyer sur certains points faibles de cette défense en attaquant du côté du jeune Kempf ou sur Hansen qui aura connu une soirée compliquée aussi bien en attaque qu'en défense. Dans les cages, Omeyer en première période puis Skof en seconde ont profité de ce travail pour arrêter de nombreux tirs. Ils ont également fait des prouesses dans l'exercice des pénalties avec deux arrêts sur trois.

Côté offensif, Paris est tombé sur une très bonne défense mais a réussi à trouver les situations de buts avec certains très beaux mouvements offensifs. La grosse satisfaction est l'apport des nouveaux avec un Uwe Gensheimer stratosphérique avec 10 buts ou Stepancic et ses 5 buts. Ce dernier a toutefois eu quelques difficultés avec la balle comme sur cette dernière possession du match complétement ratée. Collectivement, Paris n'aura pas géré de la meilleure façon ses phases de domination au score avec beaucoup de perte de balle et de précipitation. 

Cette défaite est-elle très préjudiciable pour la suite ?

Non. L'an dernier, Paris avait démarré de la même manière avec une défaite en Allemagne lors de son premier match de Champions League. Cela ne l'avait pas empêché de terminer en tête du groupe et de vivre son premier Final Four en mai dernier. Il reste encore 13 matches à jouer et toutes les équipes perdront des points. Même s'il était préférable de l'emporter, une défaite à Kiel n'a rien de rédhibitoire.

Dans ce groupe, six équipes sur huit seront qualifiées. La pression de la qualification pour les 8èmes est donc loin d'être forte mais le classement du groupe est très important au handball. En effet, le premier de chaque groupe est qualifié directement en 8ème et le classement décidera de la difficulté de l'équipe rencontrée en phase à élimination directe.

Dans les autres rencontres

Parmi les favoris, cest la Barça qui prend la tête du groupe A avec Kiel avec sa victoire contre Plock (28-23) après un début de match compliqué puisque Plock était encore devant de quatre buts après vingt minutes de jeu (10-6 - 21ème). Flensburg et Veszprèm sont déjà distancés après leur match nul arraché par les Allemands en fin de match.

Pour la prochaine journée, le week-end prochain, le PSG aura l'occasion de se refaire une santé pour son premier match de la saison dans sa salle rénovée de Coubertin qui peut désormais accueillir les matches de Champions League. Quelques clichés diffusés sur les réseaux sociaux permettent d'entrevoir le résultat des travaux d'aménagement.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

jeudi 29 juillet

mercredi 28 juillet

mardi 27 juillet

lundi 26 juillet

dimanche 25 juillet

samedi 24 juillet

vendredi 23 juillet

jeudi 22 juillet

mercredi 21 juillet

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux