Article 

Le Barça actuel, Verratti, Paredes, gérer une double confrontation : notre interview de Luis Fernandez avant Barça/PSG

Publié le mardi 16 février 2021 à 17:31 par La cellule enquête du podcast
Avant le grand choc Barça/PSG du soir, Luis Fernandez était notre invité dans le podcast CulturePSG d'hier soir. A peine sorti du Fooball Show qu'il anime sur beIN Sports, l'ancien joueur et coach du PSG s'est longuement confié concernant le match, le Barça actuel, comment gérer une confrontation en match aller-retour ou encore les premiers choix de Pochettino comme Paredes et Verratti.

Q : L'idée est d'échanger un peu sur le Barça, puisque qui d'autre à part toi connaît aussi bien cet adversaire ? Avoir premièrement ton ressenti sur l'équipe, sur le PSG, ce que tu as pu voir du Barça et comment on peut aborder ce match.

« C'est une équipe qui ne défend pas très bien et qui a toujours la volonté de faire du jeu, d'être en possession de la balle »

Luis Fernandez : « Ce que je vois du Barça, parce qu'on est suffisamment informé quand on travaille sur BeIN Sport vu qu'on a les droits sur la Liga, on les voit souvent jouer et j'ai eu l'occasion de les commenter aussi dans un match au Bétis Séville. Ils avaient réussi à gagner en une mi-temps car Messi était rentré et avait tout changé. Mais maintenant, le Barça connaît pas mal de problèmes avec des garçons qui ont des blessures pour certains d'entre eux, des garçons qui n'ont pas encore retrouvé le meilleur niveau et un joueur comme Messi qui reste toujours un joueur aussi dangereux parce qu'il a le talent. Il n'est pas pour rien le joueur qu'il est ou qu'il pourrait encore être sur le terrain. Ensuite, il y a des garçons français qui sont dans l'équipe, Griezmann, Dembélé qui est de mieux en mieux. J'aime beaucoup ce que fait Dembélé. Après il y a Lenglet qui est un petit peu plus en difficulté, Umtiti qu'on aimerait tous revoir à son meilleur niveau, il est en période de reprise. Le Barça a toujours des qualités pour transformer les occasions s'ils en ont. Ensuite, ils ont des problèmes sur le plan défensif. C'est une équipe qui ne défend pas très bien et qui a toujours la volonté de faire du jeu, d'être en possession de la balle. Cependant, lorsque tu récupères le ballon, tu peux leur poser pas mal de problèmes.

Tu penses que c'est sur cette phase-là qu'ils sont les plus prenables. Toi qui les as suivis toute la saison, est-ce que tu estimes que c'est une équipe meilleure maintenant qu'en début d'année ? Selon toi, Koeman a trouvé une formule en associant Pedri, Griezmann et Messi dans l'axe notamment ?

« C'est un Barça avec certaines difficultés, avec des garçons qui ont déjà un certain âge, qui ont tellement donné, qui ont tellement apporté. »

On va dire qu'ils sont mieux, depuis 2021 ça a l'air d'être mieux. J'ai regardé un match de l'Espanyol face à l'Athletic Bilbao d'il y a quelques temps en arrière et qui traversait une période assez difficile et pourtant ils se sont mis à regagner. Avec les problèmes actuels du Covid, avec personne dans les stades et où la préparation mentale, psychologique, physique pour que des groupes puissent arriver à 100 %, c'est très compliqué. Après, le Barça, depuis le début (d'année), ça n'est plus le même Barça qu'on avait l'occasion de connaître dans une période. C'est un Barça avec certaines difficultés, avec des garçons qui ont déjà un certain âge, qui ont tellement donné, qui ont tellement apporté. Par exemple, Busquets, ça n'est plus le Busquets que j'ai eu l'occasion de voir, Messi n'est plus le Messi des années du Ballon d'Or. Toutefois, il restera toujours un joueur dangereux. Piqué est blessé tandis que d'autres jeunes sont en train d'arriver et de monter, par exemple Trincão ou Pedri. Pjanic pourrait bien s'imposer ou De Jong qui est peut-être le meilleur, peut-être le plus efficace. Et après, Griezmann, même s'il est un peu mieux, ça n'est pas encore le grand Griezmann que l'on a connu, puisqu'à ce poste-là il y a lui et Messi et c'est Messi qui joue, qui a le statut qu'il a au Barça.

Luis, le terrain du Camp Nou, il est vraiment très grand ? Est-ce que le poids du stade est perceptible lorsque tu t'approches de ce match et que dire quant à l'absence du public ?

« S'ils n'ont pas le stade plein, cette ambiance, je pense qu'ils ne réussissent pas la Remontada »

Tu sais, pour le public, côté Paris, on a le souvenir de la Remontada, et ce soir-là s'ils n'ont pas le stade plein, cette ambiance, je pense qu'ils ne la réussissent pas. Parce que, malgré tout nos dires, le stade plein, avec une ambiance, les supporters qui sont derrière, qui poussent et qui arrivent à te faire surpasser... Ça ne veut pas dire que dans un stade vide on ne peut pas le faire, oui, on peut élever son niveau. C'est vrai que le Camp Nou est un stade où le Barça a réussi de belles choses, mais là, c'est un 8e de finale, c'est un PSG qui retrouve un Barça, ça n'est pas le Barça de l'année de la Remontada. Le 4-0 à l'aller est pour moi le plus beau match que le PSG a joué au Parc des Princes, ce match était exceptionnel. Le retour a vu un retournement de situation. Maintenant il y a des retrouvailles et parmi ce qui change, il n'y a plus personne dans le stade et c'est certain que pour l'aller comme pour le retour, on a tous envie de jouer devant ses supporters, pour être motivés pour se surpasser, pour retourner la situation. Là, il n'y a pas un résultat à retourner, il y a un résultat à faire sur les deux matches à venir en espérant que le PSG va réussir son premier match, même si Neymar n'est pas là et pour moi, c'est une grosse absence pour le Paris Saint Germain. C'est un garçon qui avait envie de retrouver son ancien club et voulait montrer de belles choses. La dimension du stade, ça n'est pas ce qui va perturber, le manque de supporters éventuellement. Ceci dit, c'est le football, il faut s'adapter à cette nouvelle situation.

Si on se met dans la peau de Luis qui était entraîneur du PSG en 95, sur quoi tu insisterais si tu prépares l'équipe aujourd'hui ? Que veux-tu voir en place tactiquement et en termes de mentalité pour faire un bon résultat dans les 90 minutes de demain ?

« On a des garçons qui savent aller vite, qui aiment les espaces, c'est aussi à eux de faire les bons appels »

Premièrement, c'est de voir cette équipe qui refait surface. Elle refait surface mais elle montre qu'il y a des lacunes. Ces lacunes sont ce sur quoi il faut appuyer, c'est-à-dire qu'il faut aller vite dans les transitions, aller vite dans la verticalité, une qualité est d'éviter de trop se faire des passes. Dès que tu as récupéré un ballon dans une position assez basse, tu vas avoir des espaces, il faut savoir en profiter, il faut jouer dans la profondeur. On a des garçons qui savent aller vite, qui aiment les espaces, c'est aussi à eux de faire les bons appels. Dans le milieu de terrain, il faut avoir un œil sur la position de Messi, faire très attention à son placement, à là où il se trouve parce qu'en aval, dès qu'on le laisse prendre de la vitesse, il est capable d'enchaîner, d'éliminer, de faire des différences, c'est pour ça que je dis toujours qu'il faut faire attention, c'est un joueur qui peut faire des grosses différences. Il faut bien défendre, sur des garçons comme Dembélé, sur Messi, sur Griezmann, il faudra faire très attention et, au milieu de terrain, il faut être hyper réactif puisque ceux qui jouent mettront toute l'activité qu'il faut pour faire des différences au milieu.

Tu parlais des transitions, il y a un poste qui est en balance, notamment sur le côté droit, tu es plutôt Moise Kean ou Sarabia ?

Moise Kean est un garçon que l'on voit de plus en plus se faire une place, être efficace, être bon, présent, avoir une bonne attitude. J'aime le garçon parce qu'il a envie de montrer qu'il a une certaine qualité, qu'il a envie de s'imposer, il le fait bien. Je l'aime bien, il a de la vitesse, de la profondeur, si tu alignes Kean avec Mbappé et Icardi c'est quand même pas mal ! Ce sont des garçons qui ont de la qualité dans la finition. Mbappé et Kean aiment les espaces et pour Icardi, si tu arrives à avoir des ballons dans la surface, il montre une certaine efficacité dans la surface de réparation.

Moise Kean ne te rappelle pas un attaquant que tu avais dans les années 90 ? Ton avant-centre à l'époque...

George (Weah) ? Non, non, non, il avait un profil beaucoup plus posé, plus tranquille... Oui techniquement, je pense que George était plus fort. Moise Kean est plus un garçon d'espaces, d'appels, de profondeur, ça n'est pas lui qui va prendre le ballon et qui va faire l'action que George avait fait contre le Bayern à Munich. Chaque attaquant a toujours un profil différent et il y a des garçons qui sont plus statiques, d'autres beaucoup plus mobiles, plus remiseurs que d'autres. Kean est un garçon qui a cette qualité, cette capacité à être performant, qui a la motivation. J'aime bien son style à Moise Kean.

Tu as parlé des forces, des faiblesses du Barça, est-ce que tu penses que Paris doit gérer pour essayer d'avoir un résultat positif, ou, du fait que le barça est prenable défensivement emballer la rencontre en vue d'envisager un gros résultat dès demain.

« Un bon résultat, c'est se laisser toutes les chances pour le match retour »

Pour moi, personnellement, il ne faut pas penser au match retour. Tu vas au match aller. Après, mauvais exemple, Manchester United, battus au match aller et on s'était fait éliminer au match retour où ils sont venus amoindris avec pas mal de blessés, pas mal de suspendus, on avait pensé que ça y est c'était fait, on était qualifié du côté du Paris Saint Germain. On a diminué notre motivation et envie et cela a coûté cher. Déjà, le premier match, il faut le faire avec engagement, intensité, il faut monter en puissance et essayer de faire un bon résultat. Un bon résultat c'est se laisser toutes les chances pour le match retour parce que je suis convaincu que le PSG va passer.

Tu as balayé plein de points et je voulais avoir ton avis sur Pochettino que tu connais bien. Comment penses-tu qu'il va aborder cette rencontre, lui qui est là depuis six semaines, qui n'a pas encore totalement la main sur l'équipe, comment tu penses qu'il va aborder ce match et qu'est-ce qu'on peut attendre demain ?

Ce qui est important, c'est qu'il commence à prendre ses marques, qu'il commence à connaître de mieux en mieux son groupe, le mettre dans de bonnes conditions. Je trouve que depuis qu'il est arrivé, il a un schéma dans lequel il ne change pas, il est parti avec quatre défenseurs, il joue avec deux milieux de terrain dans un 4-2-3-1 qui peut être un 4-3-3. Il a toujours deux milieux de terrain et un joueur à vocation un peu plus offensive pour accompagner les 3 attaquants et puis des latéraux. Ils vont essayer de mettre ce dispositif, cette animation, à lui de bien les intégrer, qu'ils soient bien appliqués, à faire qu'ils adhèrent à son projet. Si les joueurs sont confiants, cela fait que tu joues avec une équipe qui accepte ce que tu essayes de mettre en place pour gagner. Après, il faut aller doucement, il ne faut pas se précipiter, il y a une saison à terminer, il y a la phase de recrutement, il faut qu'il aille chercher un titre de champion et pour la Ligue des Champions, pourquoi pas, tout est possible.

Oui, c'est ouvert pour toi. Comment à ton avis on gère bien une double confrontation, toi qui en as connu beaucoup et notamment des épopées victorieuses. Que faut-il faire pendant les trois semaines qui séparent les deux matches ?

« Il faut enchaîner les matchs de championnat pour augmenter ton rythme de match, ne pas baisser le rythme »

D’une, un bon résultat au match aller, ensuite, enchaîner les matches de championnat pour augmenter ton rythme de match, ne pas baisser le rythme. Au contraire, il faut toujours rester motivé, rester concentré. Ça va tellement vite, il ne faut pas de relâchement. Cela dit, dans le championnat, cette année, même si à la dernière journée Lille et Lyon n'ont pas réussi à gagner, il faut que ces équipes-là se maintiennent pour que l'équipe du PSG ait de l'intensité, du rythme et si le championnat n'est pas facile à gagner, ça peut aider pour les matches de Ligue des Champions.

Je voudrais avoir ton opinion sur un des gagnants de l'arrivée de Pochettino, Leandro Paredes qu'on trouve assez rayonnant, au milieu en ce moment. Qu'est-ce que tu en penses, avec un Verratti qui joue un cran plus haut ?

« On pourrait dire à Paredes « attention, doucement », mais ce n'est pas grave, je préfère un joueur qui garde son intensité, son engagement »

Paredes apporte ce que les autres peuvent apporter et il met aussi cet engagement qui est utile quand on est dans le cœur du jeu. Connaissant bien ce secteur-là, il faut être présent dans l'activité, dans l'engagement, dans le pressing, il faut être bien dans sa tête, mentalement et psychologiquement et Paredes le fait. Et de temps en temps, on pourrait lui dire « attention, doucement », mais ce n'est pas grave, je préfère un joueur qui garde son intensité, son engagement. C'est bien, il est motivé, il y a de la motivation dans ce qu'il fait, dans le jeu. Techniquement c'est un garçon qui a cette qualité de passe, qui voit vite, qui voit assez rapidement vers l'avant, qui dégage de la sérénité, qui dégage un calme et une tranquillité qu'il donne à tout le monde qu'il faut avoir dans la ressortie du ballon, quand tu as le pressing qui s'instaure. Même Gueye j'adore aussi, il est en train de retrouver ses jambes, sa bonne position comme Paredes. Paredes est en train de prendre place, il me fait penser à Thiago Motta, comme Arteta que j'ai eu comme joueur, ce sont ces joueurs là qui techniquement ont des facilités, de par leur orientation et leur gestuelle technique, à s'imposer dans le milieu de terrain.

Intensité et qualité technique, c'est un milieu que tu ne peux qu'aimer. Et Verratti un peu plus haut, en 10, qu'est-ce que cela t'évoque ?

« Dès qu'on sait qu'un joueur comme Verratti ou Paredes touche le ballon, on peut tout de suite demander à ceux qui sont mangeurs d'espaces, Mbappé ou Kean, d'y aller. »

C'est un choix de Pochettino de le mettre là, il a les qualités techniques, s'il arrive à savoir qu'il faut jouer vite et bien, il peut le faire, il a ce style de joueurs qui ralentissent un peu trop le jeu alors qu'il pourrait être un accélérateur pour Kean ou Mbappé qu'il faut vite servir. Et là où Pochettino l'a positionné, cela pourrait lui convenir puisque, à ce poste-là, il lâche plus vite le ballon. Et des relations se créent entre les uns et les autres, des connivences entre joueurs. Dès qu'on sait qu'un joueur comme Verratti ou Paredes touche le ballon, on peut tout de suite demander à ceux qui sont mangeurs d'espaces, Mbappé ou Kean, d'y aller. Di Maria également a cette qualité de passe qui permet de les mettre dans des positions où marquer un but.

Verratti, pour toi, pour qu'il brille à ce poste, c'est dans sa capacité à peut-être limiter les touches et à vite toucher Mbappé et Kean lancés.

Oui, il a le jeu et les qualités pour. Ces garçons là ont la facilité et la gestuelle, ils ont cette possibilité que d'autres n'ont pas, de voir vite et bien et donner les ballons.

Une dernière question que j'ai failli oublier, tu as éliminé le Barça de Cruyff (en 1995), est-ce le plus grand moment de ta carrière ?

Non, le plus grand moment de ma carrière c'est lorsque j'ai gagné la coupe d'Europe avec le Paris Saint Germain, avant d'arriver en finale qui était plutôt annoncée facile face au Rapid de Vienne, j'ai éliminé à Parme, Zola, Stoichkov et Cannavaro, ce sont des grands joueurs Italiens, avec Ancelotti comme entraîneur et après on a éliminé le Super Deportivo qui était un grand club à l'époque avec beaucoup de Brésiliens, comme Bebeto. J'ai beaucoup aimé ces deux éliminations même si celle du Barça elle restera spéciale. On avait éliminé le Real Madrid, je n’étais pas là, l'entraineur était Artur Jorge avec Antoine Kombouaré qui a marqué ce fameux but de la tête contre le Real. Après avoir éliminé le Real de Madrid on a éliminé le Barça, les deux grands. C'est dommage que l'on n'ait pas pu les battre en finale de la Coupe des Coupes l'année d'après. J'aurais bien aimé que Ricardo la gagne aussi. Éliminer le Barça de Cruyff au Parc des Princes c'était un grand moment pour le club, pour les joueurs, pour nous tous, c'était une progression dans les compétitions européennes, on avait déjà gagné, on était contents, on était heureux. »

Un immense merci à Luis Fernandez pour sa disponibilité et le temps qu'il nous a accordé. Vous pouvez l'écouter en version audio dans le podcast CulturePSG d'hier soir à partir d'1h15 :

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

mardi 23 février

lundi 22 février

dimanche 21 février

samedi 20 février

vendredi 19 février

jeudi 18 février

mercredi 17 février

mardi 16 février

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux