Article 

Le match, Messi et sa sortie, Di Maria, ses choix tactiques, la conf' complète de Pochettino après PSG/OL (2-1)

Publié le lundi 20 septembre 2021 à 0:51 par Arthur Verdelet et Fouzia
C'est un Mauricio Pochettino content du match de son équipe qui s'est présenté en conférence de presse après la victoire 2-1 contre l'OL. Pour une fois plutôt ouvert à l'idée de commenter ses choix, il a également mis au clair la sortie de Lionel Messi avant la fin du match, expliquant que le joueur n'avait d'ailleurs pas vraiment créé de problème.

Comment avez-vous trouvé votre équipe, notamment avec le rôle que vous avez donné ce soir à Messi plutôt en créateur derrière les trois attaquants ?

« Je pense que nous avons fait un bon match. C’est dommage que nous nous soyons mis en difficulté en seconde période. Mais bon, je crois qu'il y a eu de très bonnes choses, qu'il y a eu une évolution et même une amélioration depuis le match contre Bruges, contre une très bonne équipe, il faut le reconnaître. Mais notre équipe a totalement mérité sa victoire. Même si c’est un peu à l'arraché, elle a fait un bon travail et de très bonnes choses. » 

Pourquoi ce changement de Lionel Messi à la 76e alors qu’il y avait match nul ? Et quelle a été sa réaction ?

« Tout le monde sait que nous avons de grands joueurs dans un effectif qui en compte 35. Nous prenons des décisions en début de match avec les onze titulaires, on ne peut pas en aligner plus, et ensuite en cours de partie en pensant à ce qui est le mieux pour l’équipe, pour chaque joueur. Tous les entraîneurs font leur choix en pensant à ça. Parfois, ils payent, d’autres fois non. Parfois ils plaisent, d’autres fois non. Mais au bout du compte, ce sont des décisions que les entraîneurs doivent prendre depuis le banc. La réaction (de Messi) ? Je lui ai seulement demandé comment il allait, il m'a répondu “très bien, aucun problème” et c’est tout. C’était ça la conversation qu’on a eue près du banc. » 

Quel bilan faites-vous de votre animation offensive ? Vous aviez décidé ce soir, contrairement à ces dernières semaines, de jouer en 4-2-3-1 avec les quatre offensifs. En termes d'équilibre collectif, comment avez-vous trouvé votre bloc et vos 4 joueurs stars devant ?

« L'équipe a montré un équilibre relativement bon entre défense-attaque et attaque-défense. Je crois que l’organisation a plutôt bien marché. Peut-être avons-nous manqué de cette part de chance pour marquer en première période mais l'équipe a bien travaillé offensivement en se créant des occasions et aussi défensivement, surtout à certains moments en première mi-temps où nous étions sous pression et où nous avons dû récupérer des ballons et forcer les adversaires à faire des erreurs. C’est ce à quoi nous aspirons sur la durée pour l'évolution de l'équipe et je suis certain que nous y parviendrons avec le temps. »

Que pensez-vous de la prestation d’Angel Di Maria ? Il semble avoir très bien fait le lien entre attaque et milieu comme vous aviez demandé à Julian Draxler de le faire à Bruges (1-1) mercredi soir.

« Je suis content de la performance de l’équipe en général. La fonction d’Angel était, sur le plan offensif tactique, de donner de l’amplitude à droite au jeu et logiquement, cela ouvrait des espaces dans l’axe, dont Messi a profité, lui qui préfère jouer centre-droit. La position de Kehrer était surtout de maintenir l’équilibre dans la zone défensive, et presque plus de jouer comme un milieu qu’un latéral. Sur le plan défensif, Angel devait presque revenir comme un troisième milieu pour aider l’équipe dans cette zone et que Herrera et Gueye n’aient pas de trop grands espaces à couvrir au milieu. Donc, il m’a plu, bien sûr ! »

Que cherchiez-vous à obtenir avec l’entrée d’Achraf Hakimi à la place de Lionel Messi ? Quel avantage offrait cette entrée ?

« Le but était d’essayer d’obtenir plus d’amplitude sur le côté droit, plus de profondeur sur ce côté. Il devait jouer plus à l’intérieur du jeu que comme latéral. Il devait à certains moments se transformer en wing-back (mix arrière latéral-ailier) qui devait utiliser la profondeur dans ce secteur et apporter un peu plus de déséquilibre. Après les efforts qu’il a fallu à l’équipe pour revenir à 1-1, nous avions besoin de maintenir l’équilibre défensif, qu’Hakimi pouvait nous offrir, sans renoncer à rejoindre le dernier tiers adverse pour recevoir le ballon et tenter de marquer un second but afin de gagner le match. »

On a vu mercredi contre Bruges, puis à nouveau ce soir que le PSG ne fait pas encore peur comme il pouvait le faire il y a quelques mois encore à ses adversaires. Que manque-t-il pour retrouver cela et leur inspirer la crainte ?

« Il faut que l’on fasse peur ? Cela veut dire quoi ? (Le journaliste répond : impressionner vos adversaires) Eh bien, je crois que nous évoluons à un niveau professionnel au sein duquel nous respectons tous nos adversaires. Je crois que ce serait un manque de respect de dire qu’ils devraient craindre plus le PSG. Dans le football, on ne peut pas dire cela. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

vendredi 22 octobre

jeudi 21 octobre

mercredi 20 octobre

mardi 19 octobre

lundi 18 octobre

dimanche 17 octobre

samedi 16 octobre

vendredi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux