Article 

Messi, Neymar, Di Maria, le travail au quotidien, ses séances, etc, la conf' complète de Pochettino avant PSG/Lille

Publié le jeudi 28 octobre 2021 à 19:36 par Fouzia
À la veille d'affronter un LOSC qui l'avait privé de son premier titre de champion la saison passée, l'entraîneur du PSG Mauricio Pochettino était en conférence de presse. L'occasion pour lui de discuter de ce nouveau duel avec le LOSC, Lionel Messi et de son positionnement, de la forme de Neymar, ou encore de son travail quotidien.

AU MICRO DE PSG TV

Entre Angers et Bordeaux, il y a eu pas moins de 6 matchs. Comment organise-t-on la récupération des joueurs ?

« Nous mettons en place des séances d'entraînement courtes mais intenses pour tenter d’activer les mécanismes qui aident à la récupération »

« C'est très intéressant comme question parce que tous nos staffs - médical, performance, technique - s’emploient à mettre les joueurs dans les meilleures conditions pour récupérer. La clé, ce n’est pas tant la manière dont ils s'entraînent, mais qu’ils arrivent en parfaite condition et prêts à jouer au prochain match. C’est vraiment très important. Avec le nutritionniste, l’équipe médicale et le service performance, nous essayons de leur permettre de récupérer de l’énergie et nous mettons en place des séances d'entraînement courtes mais intenses pour tenter d’activer les mécanismes qui aident à la récupération. En parallèle, nous nous consacrons à la préparation des matchs, par plus de vidéos notamment, plutôt qu’à passer trop de temps à s’entraîner sur le terrain. Nous préparons différentes vidéos pour les aider à comprendre la façon dont ils doivent jouer et agir pendant le match. »

Côté tactique, il y a souvent des absents et vous êtes obligé d’adapter votre animation en fonction de l'adversaire. Votre priorité est-elle de conserver vos habitudes de jeu, votre empreinte, ou vraiment de vous adapter en fonction des hommes à disposition ?

« Merci pour cette question encore intéressante. Depuis le début de la saison, je crois que nous changeons toujours le onze de départ pour différentes raisons et circonstances. Le plus important, ça reste le collectif, l'équipe. Nous avons un effectif très fourni avec 33 joueurs qui viennent s’entraîner tous les jours. C’est important que chacun d’entre eux sache ce que nous attendons de lui et ensuite, nous devons évidemment en choisir onze. Mais avec le grand nombre de matchs,  les obligations internationales, l’Euro, la Copa, les suspensions, beaucoup de choses donc, ce n’est pas l’idéal pour garder notre ligne directrice.

« Dans le football moderne, nous devons nous adapter au quotidien aux circonstances »

Dans le football moderne, nous devons nous adapter au quotidien aux circonstances, et je pense que nous avons un staff incroyable au club pour nous aider nous, le staff technique, à prendre des décisions et nous en sommes heureux. Nous sommes premiers (au classement, N.D.L.R.) en Ligue des Champions, premiers en championnat mais ça ne nous suffit pas. Nous voulons nous améliorer, faire mieux, mieux jouer, nous développer selon notre philosophie de jeu, progresser individuellement aussi et je crois que nous sommes sur la bonne voie. Aujourd’hui, nous sommes dans une bonne position, ce qui nous permet de pouvoir concentrer nos efforts à nous améliorer au quotidien. »

En parlant de progression, seules deux équipes ont réussi à battre le PSG : Rennes et… Lille lors du Trophée des Champions. C’est votre objectif de montrer que depuis cette finale, votre équipe a progressé ?
« (Il coupe) Il faut rappeler les circonstances dans lesquelles nous avions joué. C’était lors de la pré-saison avec la moitié de l’effectif... »

Oui, c’est vrai. Donc c’est important de montrer que le PSG peut battre Lille ? 

« Bien sûr, chaque match est un challenge pour nous, et pour notre adversaire aussi. Pour nous, ce sera une véritable opportunité de gagner le match, de mieux jouer et de rester sur notre dynamique. »

EN CONFÉRENCE DE PRESSE

Quelles sont les raisons techniques et tactiques pour lesquelles vous avez décidé d'installer Messi côté droit il y a plusieurs semaines déjà ? Comprenez-vous que malgré son immense palmarès, il lui faille du temps pour s'adapter à un nouveau championnat, une nouvelle culture, un nouveau club ?

« Nous travaillons à partir d'un système de base, qui peut évoluer et qui est le point de référence »

« En fait, en termes de disposition tactique de l'équipe, nous travaillons à partir d'un système de base, qui peut évoluer et qui est le point de référence. Quand nous parlons de système en 4-4-2 ou 4-2-3-1 ou 4-3-3, je crois qu’il s’agit d’une référence qui permet au joueur de savoir quelle sera l'animation à la fois offensivement et défensivement, et comment il faudra gérer les différentes situations pendant le match. En fonction de la position sur le terrain, chaque joueur sait en principe ce que nous attendons de lui à son poste. Mais après, nous sommes également un staff technique qui laisse beaucoup de libertés aux joueurs dans le secteur offensif. 

Comme vous le savez, Leo est un joueur qui peut, comme à Barcelone, partir de la droite pour revenir vers l’intérieur du jeu ou qui peut, comme en sélection argentine, jouer dans l'axe comme numéro 10 et parfois redescendre d’un cran pour aider à la construction du jeu dans la partie médiane du terrain. C’est un joueur qui peut jouer dans n'importe quelle position. 

Quoi qu’il en soit, tout dépend du moment de l’action auquel on prend la photo parce que les joueurs évoluent souvent dans des positions différentes. Mais je n’y vois aucun inconvénient, parce que Leo est le meilleur joueur du monde et que l’une de ses plus grandes qualités est sa compréhension du jeu. Il se positionne aussi là où le jeu l'exige et là où l'équipe a souvent besoin d'aide. »

Avec l'absence de Mbappé, peut-on imaginer que Messi puisse être encore plus proche du but voire jouer en numéro 9 ? Plus globalement, en quoi l'absence de Kylian change votre animation offensive ? Est-ce le joueur le plus influent dans votre manière de jouer dans ce secteur ?

« Il est possible de voir Leo débuter dans une position plus avancée ou de voir d'autres joueurs »

« Je pense que chaque joueur a son influence dans tous les aspects du jeu. Et en phase offensive, Kylian est un joueur très important pour l'équipe. L’absence de Kylian nous offre plusieurs possibilités. Il est possible de voir Leo débuter dans une position plus avancée ou de voir d'autres joueurs (dans cette position, N.D.L.R.). Nous avons plusieurs options et nous verrons celle que nous retiendrons. 

Mais j’ai entendu récemment Pep Guardiola répondre à des questions sur Leo ; et lui qui a été son entraîneur pendant tellement d’années disait que Leo pouvait jouer comme numéro 7, 9, 11, 10, 8, 6, 5… dans n’importe quelle position en fait. Il est évident que Leo en a les capacités, que c'est le joueur “élu” qui peut jouer n'importe où sur le terrain. Donc oui, il peut être l'une des alternatives quand vous cherchez à avoir un joueur plus axial et plus haut sur le terrain. »

Ca fait bientôt un an que vous êtes entraîneur du Paris Saint-Germain…

« (Il le reprend) Ça fait dix mois. Deux mois, c’est beaucoup en football… (Il sourit) »

Oui, dix mois. Au-delà du jeu, on a vu les déclarations de Thomas (Tuchel, N.D.LR.) qui parlait d’un poste de "Ministre des Sports" au PSG avec la pression médiatique qui peut exister autour du club, avec des histoires extra-sportives. Diriez-vous que c’est un club plus compliqué à entraîner que ce que vous imaginiez en arrivant ? 

« Je suis quelqu’un qui a du respect pour tout le monde, j’ai une culture et une éducation qui mettent le respect au-dessus de tout. C'est pour cette raison que je ne permets jamais de juger quelqu’un avant de le connaître, ni de juger les endroits ou les clubs par lesquels je suis passé. J’ai connu le Paris Saint-Germain il y a 20 ans en tant que joueur et je le connais aujourd’hui, après 10 mois de présence au club. Tout d'abord, étant donné que je respecte tout le monde et que je tiens à cette valeur du respect, je ne ferai pas de commentaire sur le ressenti ou l’opinion d’une personne, surtout s’il s’agit d’un collègue et a fortiori, s’il a déjà entraîné ici. Je crois que ça n'a aucun sens de commenter ça.

La seule chose que je puisse faire est de parler de mon vécu et de mon expérience ici, et de ce que je crois être ma mission. Mon travail consiste à entraîner et à prendre les décisions que l'on pense, en tant que staff technique, être les meilleures pour le club, pour nos joueurs et pour la ligne directrice qui nous permettra d’obtenir les résultats souhaités. C’est ça le plus important, c’est pour cette raison que le club m'a engagé, pour entraîner, 33 joueurs en l'occurrence, manager, définir un cap, une philosophie, mettre en place une méthodologie dans laquelle s'inscrit notre responsabilité professionnelle et qui se concentre uniquement sur un secteur du club : le sportif et rien d’autre. En tout cas, je n'ai pas grand-chose de plus à dire parce que pour tout le reste, je ne suis pas au courant. »

Diriez-vous que le jeu de Neymar a évolué, soit depuis votre arrivée, soit par rapport à l’image que vous aviez avant du joueur qu’il était ? 

« Le problème des critiques et de certaines analyses, c’est que les situations ne sont pas comparables. Et elles ne sont pas comparables parce que les moments, les périodes et le contexte sont toujours différents. C’est pour ça qu’on entend souvent que “les comparaisons ne sont jamais justes, elles sont odieuses”. C’est comme ça qu’on dit, c’est l’expression. Et je pense que c’est vrai, qu’il y a une certaine vérité à ça, si on peut le dire ainsi. Pour moi, Neymar est un joueur avec un talent énorme, l'un des meilleurs joueurs du monde, ce n’est pas moi qui vais vous l’apprendre.

« Nous essayons d'améliorer la situation actuelle de Neymar, de lui donner les outils pour qu’il prenne du plaisir à jouer au football

Concernant le contexte, depuis que nous sommes ici, au Paris Saint-Germain, depuis 10 mois, nous essayons d'améliorer la situation actuelle de Neymar, de lui donner les outils pour qu’il prenne du plaisir à jouer au football, qu'il puisse s'exprimer à son meilleur niveau et montrer toutes ses capacités footballistiques. En 10 mois, nous avons vécu différents types de situations, c’est ça la réalité. Mais je suis satisfait de lui. Pour moi, c’est un joueur très talentueux pour lequel, comme pour tout autre joueur, nous attendons qu’il continue à progresser, à s’améliorer, non seulement au niveau individuel mais également sur le plan collectif parce que nous ne recherchons pas seulement à obtenir des résultats.

Nous sommes premiers en Ligue des Champions, premiers en championnat, mais ça ne suffit pas, il faut continuer à s'améliorer, à mieux jouer, à offrir un meilleur spectacle. Bref, que le Paris Saint Germain ne gagne pas seulement les matchs mais offre aussi un spectacle à la hauteur de ce que le club investit, et exige également. »

Êtes-vous content du début de saison de Di Maria et va-t-on le revoir tirer des coups francs, lui qui en a marqués beaucoup avec le PSG ?

« Angel était suspendu en Ligue des Champions, il est également arrivé plus tard à cause de la Copa América, il est arrivé début août alors que le championnat avait déjà commencé. Je crois qu’il faut toujours recontextualiser les choses quand vous m’interrogez sur des cas individuels. Finalement, ça ne fait pas si longtemps qu’il est revenu, comme beaucoup de joueurs, d'une situation qui n'a pas été la meilleure des préparations pour cette saison, alors que d'autres joueurs sont là depuis le début de la pré-saison. 

« Je suis donc satisfait de tous les joueurs, et d’Angel aussi

Je suis donc satisfait de tous les joueurs, et d’Angel aussi, parce qu’au-delà de ses 3 matchs de suspension en Ligue des Champions, il a dû s’absenter tous les mois avec la sélection argentine ces derniers mois, comme d'autres joueurs, et parce que nous avons aussi 33 joueurs qui pensent tous qu'ils doivent jouer, qu'ils méritent de jouer et qui méritent tous d’avoir leur chance. Donc dans l'ensemble, si on prend en compte tous ces éléments pour analyser la situation de l'équipe ici au club, je suis très satisfait de l'implication de chacun. Et dans le cas d'Angel, s'il est sur le terrain, il a la possibilité de tirer les coups francs. S'il est suspendu ou si d'autres joueurs sont alignés, il ne peut pas les tirer.

A chaque analyse individuelle sur laquelle vous m’interrogez, vous devez tenir compte de ces circonstances importantes, sinon les questions deviennent aléatoires et ça devient difficile de donner des réponses concrètes contextualisées qui puissent vous satisfaire. »

Un petit mot sur Neymar : au vu de ses performances actuelles et de son état de forme, avez-vous déjà envisagé de le laisser sur le banc ?

« Quand vous parlez de ses performances et de son état, qui détermine ce jugement sur le joueur ? C’est votre opinion, non ? Pas une question, si ? »

Le journaliste reformule sa question : “Avez-vous déjà envisagé de laisser Neymar sur le banc ?

« (Oui) Lui, comme tous les joueurs. Tous peuvent se retrouver sur le banc ou sur la feuille de match. Comme je l’expliquais précédemment, ma réponse est suffisamment claire : nous avons 33 joueurs qui pensent tous qu’ils méritent de jouer, qui sont énervés s’ils ne jouent pas ou s’ils sont remplacés (en cours de match). Et ce n’est pas propre au PSG, ça m’arrive partout dans le milieu du football. Ma réponse est plus claire, non ? (Il poursuit après la traduction) Sinon, il faudrait des effectifs de onze joueurs, et ne pas en signer un de plus. Ça règlerait le problème. »

Pourquoi Messi était-il absent ce matin à l’entraînement ? Sera-t-il présent dans le groupe demain ?

« Messi s'est très bien entraîné après le match de Marseille, sans problème. Aujourd'hui, il a ressenti une gêne musculaire et par précaution, il s’est entraîné individuellement. Nous réévaluerons son cas demain pour déterminer s’il fera partie du groupe. »

Lille ne vous a pas trop réussi la saison passée : match nul à Lille, défaite au Parc des Princes et défaite aussi au Trophée des Champions, y a-t-il un sentiment de revanche face à une équipe qui a aussi pris le titre ?

« (Il précise) Oui, mais nous les avons aussi battus en Coupe. (Il poursuit) Oui, pour nous c'est un défi. Lille est une bonne équipe, avec de très bons joueurs, une équipe forte. Je pense que quand on gagne le championnat, c'est toujours par mérite ; parce qu’il y a 38 rencontres, et il ne faut enlever aucun crédit à Lille. Au-delà du fait que nous aurions pu faire mieux de notre côté, il faut évidemment souligner le mérite de Lille. C’est un match important, qui sera difficile, il est évident que notre volonté est de le gagner et de prendre les trois points. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 28 novembre

samedi 27 novembre

vendredi 26 novembre

jeudi 25 novembre

mercredi 24 novembre

mardi 23 novembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux