Article 

PSG/Reims (4-0), les performances individuelles

Publié le lundi 24 janvier 2022 à 2:02 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-0 contre Reims, réussissant une belle seconde période après une première bien moins aboutie. Retour sur les performances des Parisiens au cas par cas.

Navas : Forcément titulaire en l'absence de Donnarumma, le costaricien n'a pas eu à forcer son talent ; mais il a tout de même été quelque peu sollicité puisqu'il a dû réaliser trois arrêts au total. Si les deux premiers sont faciles pour un gardien de son niveau, le dernier à l'heure de jeu est plus compliqué face à Mbuku, mais il va vite et bien au sol pour repousser. Dans le jeu au pied, il a tenté d'assurer mais a parfois mis ses coéquipiers en difficulté. Sur son dernier arrêt, c'est parce qu'il place Danilo dans une posture bien compliquée au départ qu'il se retrouve à devoir agir.

Kehrer : De nouveau aligné en tant qu'arrière droit, l'allemand n'a pas brillé par sa présence offensive, même s'il a réussi un bon centre en début de partie. Pour le reste, il a plus occupé le couloir que vraiment apporté, et a eu des difficultés dans les sorties de balle en première période. Défensivement, il a été irrégulier en première période, alternant le bon et le mauvais, avant de se montrer bien plus intéressant et constant après la pause - puisqu'il a alors gagné pratiquement tous ses duels. 

Marquinhos : Comme le PSG en général, il a un peu flotté en première période, se retrouvant parfois en retard derrière Ekitike auquel il a régulièrement laissé pas mal de liberté - sans que le Rémois n'en profite totalement. Il est heureusement monté en puissance après le repos, certes moins sollicité également. Avec le ballon, on l'a vu tenter de jouer long d'entrée ou être à la base d'une occasion à la demi-heure de jeu d'un ballon bien relancé. Comme dernièrement, il a de nouveau un peu plus tenté dans la relance, sans que ce ne soit forcément très payant.

Ramos : Plus de six mois après son arrivée, il a enfin fêté sa première titularisation au Parc des Princes et a même marqué pour célébrer la chose, se montrant bien plus prompt que tout le monde au moment de conclure. Tout son match n'a pourtant pas été au même niveau et Ramos a alterné le bon et le moins bon. Dans la relance, il a en général assuré et même été performant, tant pour trouver Verratti devant lui que dans ses transversales pour ouvrir le jeu. C'est surtout défensivement que l'impression laissée est plus confuse. S'il a réussi quelques interventions impressionnantes (et a même vu l'arbitre oublier de le sanctionner sur son tacle raté en fin de partie) ; il a aussi été sur un fil à de nombreuses reprises avant la pause, tentant de mettre de l'impact sans pour autant réellement parvenir vraiment à faire parler son physique, se retrouvant parfois un peu dépassé par la vitesse adverse. Pour un joueur qui revient d'une si longue absence, cela peut facilement s'expliquer et se comprendre ; mais cela reste à être corrigé dans les prochaines semaines, sous peine de conséquences bien plus graves.

Mendes : Le jeune portugais enchaîne et ses matchs sont de qualité en ce moment, même s'ils ne se ressemblent pas forcément dans le contenu. Il a ainsi fallu attendre près de 75 minutes pour voir le gaucher monter mais il a alors offert une (nouvelle) balle de but à Icardi qui a réussi à se rater. Pour le reste, c'est surtout plus bas sur le terrain qu'il a été utilisé, et il a souvent tenté de faire parler sa technique pour s'en sortir. Défensivement, il a été l'auteur de plusieurs très bons retours grâce à sa vitesse, et n'a que peu été mis en difficulté dans les duels. 

Paredes : Relancé après son fiasco lyonnais, c'est finalement comme sentinelle qu'il a débuté la partie et a réussi un bon premier quart d'heure, se montrant aussi bien actif avec le ballon que pour le récupérer. Malgré quelques jolies passes vers l'avant pour ses attaquants, il a malheureusement complètement disparu du jeu pendant la mauvaise demi-heure parisienne, ne pesant ni à la construction, ni à la récupération. Il est en revanche revenu transfiguré au retour des vestiaires et a repris le fil de son match. De nouveau utile pour lancer le jeu, il a également récupéré des ballons de façon régulière, esquissant enfin un rebond avant de partir en sélection.

Danilo : De la même manière que contre Brest, c'est en milieu relayeur droit que le portugais a évolué et il y a eu, forcément, du bon et du moins bon dans son match. Le bon, c'est son activité défensive en général et les nombreux duels qu'il a pu gagner pour empêcher Reims d'avancer vers le but. Même en retard, Danilo s'est souvent accroché pour finir par chiper le ballon à la fin et il a été un vrai rideau pour sa défense. Avec le ballon, l'affaire est bien différente et il a souvent été en difficulté quand il s'agissait de construire ou d'aller de l'avant. Pour autant, il a fait preuve d'une réelle menace devant le but, se montrant dangereux sur deux corners avant de marquer à la fin de la partie d'une frappe certes déviée. Le paradoxal Danilo l'a encore été, puisqu'il a pratiquement été le meilleur parisien quand il s'agissait de défendre et le pire au moment d'attaquer. 

Verratti : Pochettino l'avait finalement une nouvelle fois déplacé sur le terrain, et l'italien était donc relayeur gauche ce dimanche soir. Même replacé, il a encore été excellent, et pas seulement parce qu'il a marqué d'une belle reprise du gauche son premier but depuis une éternité - avant de s'offrir même un doublé chanceux. Avec le ballon, il a encore fait des miracles, trouvant des solutions par des passes superbes et inspirées ; même s'il a lui aussi souffert de la forte densité défensive rémoise en première période. C'était tout de même lui qui avait donné à Mbappé la plus belle occasion de la première période, et il a encore régalé après la pause quand le match est devenu plus facile.

Herrera l'a remplacé en fin de match et il a été dans son style, donc avec beaucoup de touches de balle pour pas grand-chose au final, avec énormément de passes en retrait. Il en donne toutefois une belle vers l'avant en toute fin de partie.

Di Maria : Avec une semaine d'entraînement en plus dans les jambes, l'argentin a finalement sorti pratiquement le même match que la semaine passée contre Brest, et ce n'est pas une bonne nouvelle. Il a bien débuté la partie, se montrant disponible sur toute la largeur du terrain, mais a vu son déchet augmenter petit à petit, et il n'y a pas grand-chose de bon à retirer dans son match au final. Peu inspiré dans ses tentatives, il a perdu de nombreux ballons et eu bien du mal à mettre ses partenaires en orbite. C'est même sur corner qu'il a été le plus intéressant, un comble vu son historique avec le PSG. 

Messi l'a remplacé pour la dernière demi-heure et l'argentin, certes un peu dépassé par l'impact au tout départ, a vite mis la machine en route. Fin et inspiré à son entrée, il l'a montré sur le troisième but en donnant une passe superbe à Verratti en pleine surface. Le jeu parisien s'est fortement amélioré grâce à lui ;mais les changements lui ont fait mal et il n'a pas retrouvé avec Herrera et Draxler les mêmes connivences qu'avec Verratti et Mbappé, ce qui a abouti à une fin de match finalement décevante.

Mbappé : Incertain durant la semaine, il a pourtant vite montré qu'il était bien là et son début de match est bon, chaque prise de balle faisant mal à Reims. Il s'est malheureusement un peu perdu par la suite, tentant plus de gestes techniques que d'actions vraiment utiles ; et il a notamment raté plusieurs occasions d'ouvrir le score - en étant un peu trop personnel ou peu appliqué. Bien plus juste après la pause, il a alors retrouvé de sa superbe et ses coups de boutoir ont fini par payer. Il est notamment à la base du troisième, mais surtout du quatrième but où il fait exploser la défense adverse avec ses jambes. Pas mal pour un joueur avec une seule séance d'entraînement dans les jambes.

Draxler l'a remplacé pour la fin de partie et il s'est montré très disponible pour son premier match depuis deux mois et demi. Propre techniquement mais ne jouant pas toujours vers l'avant, il a malgré tout eu une bonne occasion de marquer en fin de partie, mais a manqué de justesse. 

Icardi : Nouvelle soirée pénible pour le buteur parisien. Son abnégation pour défendre est pourtant bien réelle; et on l'a encore vu harceler la défense adverse ; mais qu'Icardi est mièvre quand son équipe attaque ou qu'il doit conclure. Invisible en début de partie, pas au niveau techniquement ensuite ; il a un peu plus pesé sur le match en seconde période, notamment en apportant de la présence dans la surface en début de second acte - mais il a alors manqué de précision ou de vitesse selon les actions. Et quand Mendes lui a offert un but sur un plateau en fin de partie, il parvient à se louper avec une main improbable qui annule le but. Icardi est dans une sale spirale et chaque match le confirme, malgré la confiance que continue de lui accorder Pochettino.


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 

News 

lundi 23 mai

dimanche 22 mai

samedi 21 mai

vendredi 20 mai

jeudi 19 mai

mercredi 18 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux