Article 

Rennes/PSG (1-1), les performances individuelles

Publié le lundi 10 mai 2021 à 2:09 par Philippe Goguet
Le PSG n'a pu faire mieux que 1-1 sur la pelouse de Rennes après avoir pourtant ouvert le score. Retour sur les performances des Parisiens au cas par cas.

Navas : Le portier costaricien a mis un certain temps à être vraiment sollicité, des frappes sans danger puis une sortie tranquille lançant tout d'abord sa partie. Il l'a été bien plus par la suite, notamment lorsque Flavien Tait l'a testé sur plusieurs frappes de loin, et il a toujours su repousser les tentatives du milieu rennais peu importe le style de tir. Seul Guirassy d'une tête imparable qui touche le montant avant de rentrer est parvenu à tromper le gardien parisien, mais cela a suffi.

Dagba : Avec l'alternance habituelle, c'est lui qui a débuté côté droit et il a assez peu souffert face à Doku, à l'exception de quelques longs ballons pas toujours bien lus. Défensivement, il n'a d'ailleurs pas grand-chose à se reprocher sur la durée puisque Rennes n'a pas beaucoup attaqué de son côté. Offensivement, son match résume très bien la partie du PSG : très volontaire pour aller de l'avant en début de partie avec de nombreuses montées et une bonne entente avec Di Maria, on ne l'a pratiquement plus vu dans ce registre après la pause. C'est bien dommage car il a régulièrement été une solution sur son flanc en première période.

Florenzi l'a remplacé pour la fin de match et il a tenté d'apporter offensivement, ce qu'il n'a pas réussi. 

Marquinhos : Le capitaine parisien a beaucoup été opposé à Guirassy, un gros gabarit qu'il n'aime guère en général, et l'attaquant l'a d'ailleurs effacé d'entrée sur une incursion dans la surface. Marquinhos a ensuite plutôt géré l'attaquant adverse, même s'il a souvent eu du mal à le contourner pour intervenir. Cela ne l'a pas empêché de signer une partie des plus sérieuses, une rencontre au cours de laquelle il a assuré dans la relance depuis l'arrière. Il finit même avant-centre pour tenter d'arracher la victoire en fin de partie...

Kimpembe : Le défenseur central parisien a vécu un match déjà vu plusieurs fois cette saison, lorsqu'il craque sur la fin après avoir été des plus corrects auparavant. Concentré et simple tout en étant rugueux dans ses interventions, il n'avait pas laissé passer grand-chose jusqu'à ce tacle désespéré sur Doku où il semble choisir de se sacrifier plutôt que d'ouvrir le chemin du but. Dans la relance, il avait aussi fait de bonnes choses mais est une nouvelle fois expulsé cette saison. Pour autant, c'est largement avant ce tacle raté que le PSG ne gagne pas la partie.

Kurzawa : Relancé après son match catastrophique à Metz, il profite de ce PSG qui penche à gauche pour se montrer en début de match et n'hésite pas à monter. S'il est parfois en difficulté techniquement, il parvient à délivrer quelques centres dangereux pour la défense et l'un d'entre eux est d'ailleurs repris par Herrera en très bonne position. Après le passage de Doku sur son aile, sa partie est bouleversée puisqu'il doit avant tout se concentrer sur la défense même si c'est bien lui qui provoque le penalty parisien juste avant la pause. L'ailier belge aux jambes de feu va régulièrement le faire souffrir, toutefois Kurzawa l'a aussi dominé à plusieurs reprises, mais le début de seconde mi-temps est plus compliqué et il apparaît alors proche de la rupture. C'est finalement Kimpembe qui le blesse sur un tacle après que le Belge se soit échappé.

Diallo l'a remplacé et s'est mis immédiatement dans la partie. Plus défenseur dans l'âme que Kurzawa, il a mieux su gérer le feu follet adverse, utilisant notamment son corps pour l'empêcher de prendre de la vitesse. Il n'a en revanche pas été précis dans ses centres et est surtout dominé par Guirassy dans le duel sur le corner de l'égalisation.

Danilo : Le grand Portugais a été une belle digue pour sa défense pendant un peu plus d'une heure avant de lâcher sur la fin. Il y a ce retour très viril sur Guirassy peu avant la pause mais il a aussi assuré une couverture défensive de bonne qualité durant un long moment. Son jeu aérien lui a permis de gagner de nombreux ballons et empêché quelques contres tandis qu'il a peu été mis en défaut au sol, parvenant souvent à repousser ou ralentir les attaques. Alors qu'il avait été sobre et simple avec le ballon pendant les deux premiers tiers du match, il se montre beaucoup moins précis dans les 20 dernières minutes avec plusieurs pertes de balle ennuyeuses qui ont failli coûter cher. 

Herrera : Le milieu axial droit a plus joué comme un relayeur que Danilo et cela s'est notamment vu par sa présence proche des buts adverses avec deux belles occasions à son crédit, certes pas converties. Dans le jeu, il a été moins utile que d'habitude pour ses coéquipiers, notamment par ses déplacements, même s'il a souvent tenté de jouer vers l'avant. Défensivement, il a comme toujours beaucoup couru mais n'a eu que peu d'impact. Il a toutefois plusieurs fois réussi à couper devant Doku alors que celui-ci quittait le côté pour s'insérer dans l'axe et aller vers le but. A noter un avertissement après une perte de balle.

Gueye l'a remplacé pour la fin de match et, dans un rôle de relayeur peu clair, il n'a eu pratiquement aucun impact. Peu de ballons récupérés et une utilisation de la balle très quelconque quand il fallait attaquer.

Di Maria : L'Argentin n'a réellement joué qu'une période, la première, mais il est à la base de pratiquement toutes les bonnes actions de la meilleure mi-temps parisienne. D'abord très à droite puis un peu partout sur le terrain, il a souvent fait le bon choix dans les 30 derniers mètres, Rennes ne parvenant jamais à le cadrer, et il a bien utilisé Dagba pour s'ouvrir le chemin du but. C'est aussi lui qui trouve Kurzawa sur le penalty après un joli numéro. Malheureusement, on l'a de moins en moins vu au fur et à mesure que Neymar prenait le leadership du jeu et il a même dû se contenter d'un rôle de joueur qui ferme son couloir après la pause, défendant plus qu'il n'attaquait.

Rafinha l'a remplacé pour la fin de partie et le Brésilien est entré dans un rôle de milieu relayeur. Il a bien tenté de se mettre en évidence mais il n'a pas fait grand-chose des nombreux ballons touchés, comme depuis de nombreuses semaines.

Draxler : Positionné côté gauche, il entre plutôt bien dans la partie et est en vue sur la première demi-heure avant de disparaître peu à peu, laissant cette place dans le demi-espace gauche à Neymar quand lui part dans l'axe. A de rares exceptions et notamment pour presser, il n'a jamais plus existé en première période et il est carrément fixé un cran plus haut en seconde période. Il a réussi un bon début de second acte, utilisant notamment sa belle technique, mais disparaît de nouveau assez vite. Son exceptionnel enchaînement de la 56e minute aurait mérité un meilleur sort mais cela reste trop peu pour peser sur une partie.

Icardi l'a remplacé pour la fin de match et n'a absolument rien apporté. 

Neymar : D'abord discret en début de rencontre, il entre peu à peu dans son match et se met alors à jouer de façon un peu alternative. Il est régulièrement bien inspiré dans ses orientations mais terriblement peu efficace dans ses dribbles avec un coup de rein qu'il n'arrive plus à passer. Plus le temps passe, plus Neymar perd en justesse et les ballons rendus après des initiatives ratées s'enchaînent. Il finit toutefois cette mi-temps par un penalty transformé, comme très souvent. Plus haut sur le terrain après la pause, il tente de mener les actions parisiennes mais n'y parvient que très peu malgré quelques jolies ouvertures et décalages. C'est surtout en fin de match qu'on le retrouve lorsque, dos au mur, il tente le tout pour le tout afin de ramener son équipe. Il ne renonce jamais, se multiplie même, mais n'y parviendra pas pour autant.

Kean : Préféré à Icardi en pointe, l'attaquant italien montre rapidement qu'il n'est pas dans sa forme de l'automne, entre conduites de balle une nouvelle fois douteuses et reprise en pivot complètement ratée. Pour autant, il se livre à un réel travail sur la défense et pèse en appui dos au jeu mais peine à être bien servi par ses partenaires. Dagba a bien réussi à le faire marquer mais le jeune latéral était sorti du terrain. En seconde période, Kean passe à gauche et son profil offre de vraies solutions au début. Il apporte sa puissance et permet de sortir en contre grâce à ses appuis en début d'action à plusieurs reprises mais cela n'a pas tenu sur la durée. On l'a d'ailleurs très peu vu dans le dernier tiers du match et sa dernière action marquante est une jolie frappe enroulée sans élan qui ne passe pas si loin de la lucarne. Comme beaucoup, son match a été très incomplet et insuffisant pour marquer.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 21 juin

dimanche 20 juin

samedi 19 juin

vendredi 18 juin

jeudi 17 juin

mercredi 16 juin

mardi 15 juin

lundi 14 juin

dimanche 13 juin

samedi 12 juin

vendredi 11 juin

jeudi 10 juin

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux