Article 

Le président du CUP reconnaît les erreurs de son groupe mais regrette certaines attaques

Publié le lundi 20 juillet 2020 à 9:12 par Marius Cassoly
Après la polémique déclenchée suite au non-respect des mesures barrières de la part du Collectif Ultras Paris lors de la rencontre entre le PSG et Waasland-Beveren (7-0) vendredi dernier, le président du CUP Romain Mabille est revenu sur les événements au micro du Parisien et de RMC.

Le PSG s'est offert une nouvelle promenade à l'occasion de son deuxième match de préparation face à Waasland-Beveren (7-0) vendredi dernier au Parc des Princes mais ce sont plutôt les images des supporters du Collectif Ultras Paris ne respectant pas les mesures barrières dans le Virage Auteuil qui ont largement été commentées ces dernières heures, de plusieurs associations à l'Élysée, en passant par le ministère des Sports. Alors que la polémique a rapidement enflammé la toile, Romain Mabille, président du CUP, a été invité par Le Parisien et RMC à revenir sur ces événements. 

« Pas de mauvaise volonté de notre part »

« On s'est laissé aller par l'enthousiasme du match. On l'a très mal géré, je suis entièrement d'accord, mais on n'est pas irresponsables, a expliqué Mabille au quotidien régional. On discute depuis des semaines sur la manière de revenir au stade et en sécurité. Il n'y avait pas de mauvaise volonté de notre part ». Avant de partager à RMC les erreurs commises par son groupe : « Au lieu de se mettre tous en bas, on aurait pu mieux se répartir dans la tribune. Je pense aussi qu’on a sous-estimé le fait que les gens étaient très contents de revenir au stade et de voir leur équipe. Inconsciemment, ils se sont rapprochés les uns des autres et ils ont un peu oublié les gestes barrières ».

« Les critiques ? Je trouve ça facile »

Si Romain Mabille reconnaît donc les erreurs du CUP, il n'a toutefois pas apprécié toutes les critiques dont son association a été la cible, comme il l'a expliqué à RMC : « Je trouve ça facile, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Quand on voit le monsieur de la Ligue de rugby qui nous allume, alors que lui-même ne participe pas aux réunions depuis deux mois avec l’INS pour organiser le retour des supporters sur les événements, quand on voit aussi la ministre des Sports, deux heures avant le match dans un lieu fermé avec une cinquantaine de sportifs sans masques, qui se permet de tweeter sa photo avec fierté puis de nous critiquer, je ne comprends pas ». 

« On s’est débrouillé seuls »

Toujours au micro de RMC, Romain Mabille a expliqué que malgré la volonté de son collectif de prendre part au dialogue, les instances n'ont pas forcément assumé leur rôle : « On prend part à toutes les discussions, on est à l’INS, à l’ANS, on est vraiment dans le dialogue et on cherche des solutions. Le fait qu’on nous laisse dans la nature, qu’on nous laisse nous débrouiller avec le PSG pour ensuite nous tomber dessus, ce n’est pas correct. Ni le ministère ni la fédération n’ont donné de recommandations au PSG pour organiser la rencontre. On s’est débrouillé seuls ».

À la recherche de la « meilleure formule » face au Celtic

Alors que le PSG reçoit le Celtic Glasgow ce mardi au Parc des Princes, le responsable du CUP a expliqué au Parisien que son groupe sera présent : « Je pense qu'on viendra mardi. On va essayer de démontrer qu'on est capable d'avoir un comportement responsable, même si l'ambiance en pâtit. Le PSG aimerait qu'on soit là en respectant toutes les consignes. C'est faisable, on cherche la meilleure formule. On n'a pas de volonté de désobéissance ». La meilleure formule ? « Il faudra faire, je pense, plusieurs blocs distincts, avec une rangée sur deux condamnée », a complété Mabille auprès de RMC. 

Quoi qu'il en soit, ce troisième match amical du PSG sera forcément scruté de la pelouse aux tribunes... 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

vendredi 27 novembre

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

dimanche 22 novembre

samedi 21 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux