Article 

Sa confiance envers le futur, la progression attendue, Ramos, les gardiens, etc, la conf' de Pochettino avant PSG/Bruges

Publié le lundi 6 décembre 2021 à 21:37 par Fouzia
À la veille de la rencontre entre le PSG et Bruges, l'entraîneur parisien Mauricio Pochettino était en conférence de presse et a longuement évoqué la situation de son équipe, assurant qu'il y aurait de beaux jours à venir. Il a aussi évoqué plus rapidement la gestion des gardiens, ou encore les blessés récurrents Ramos et Verratti.

Keylor Navas a fait une erreur contre Lens, mais il a aussi fait un bon match. C'est la première erreur d'un gardien du PSG cette saison, mais la concurrence a l’air de bien marcher. Allez-vous continuer avec l’alternance pour l’instant ? Confirmez-vous qu’il n’y a pas de guerre des gardiens ?

« Je pense que cette configuration est probablement différente de celles que vous avez connues par le passé. Il y a des situations qu’on a l’habitude de voir et d’autres nouvelles auxquelles il faut faire face. Nous gérons ça de la manière qui nous semble la meilleure pour l’équipe et pour les joueurs. Ce sont deux gardiens de grande qualité et c’est une bonne chose qu'ils puissent avoir tous les deux l'opportunité de jouer. »

Depuis le début avec les matchs contre Rennes et Angers, vous faites tourner les gardiens tous les deux matchs. Est-ce la règle que vous avez choisie ?

« Ça peut être celle-ci, tout comme nous pouvons passer à une autre. »

Sergio Ramos est forfait pour demain. Est-ce une décision que vous avez prise ? Que lui a prise ? Ou que vous avez prise conjointement ?

« Aujourd’hui, c’est la première fois depuis le match contre Saint-Etienne que nous avons pu intégrer Sergio à l’échauffement collectif et le faire participer à quelques toros avec l’équipe. Il a ensuite poursuivi son entraînement individuel en salle. Nous surveillerons son évolution au cours des prochains jours. C’était prévu comme ça, ce n’est pas une décision du staff technique mais la continuité du programme défini par l’équipe médicale et le service performance. »

Qu'avez-vous appris du match aller à Bruges ?

« D’abord, que c’était un match que nous avons très bien débuté, où nous avons produit un bon football pendant les 20 premières minutes, ce qui nous a permis de prendre l’avantage. (Bruges) est une équipe combative, de qualité, avec beaucoup d'énergie. Elle a montré tout au long de cette compétition, notamment lors du dernier match, qu’elle est difficile à battre, quel que soit l’adversaire. Demain, ce sera difficile parce qu’elle tentera de se qualifier pour la Ligue Europa. Quant à nous, nous chercherons à prendre les trois points et profiter de cette opportunité pour améliorer de nombreux aspects de notre jeu qui le nécessitent, c’est le match parfait pour le faire. »

Imaginez que vous ayez en face de vous quelqu'un qui n'a jamais vu jouer le PSG cette saison, comment décririez-vous le style de jeu de votre équipe ?

« Qui ? Un extraterrestre qui viendrait d'une planète très lointaine ? (Le journaliste insiste : “pourquoi pas ?”) Pourquoi pas ? Parce que tout le monde a vu le Paris Saint-Germain jouer et chacun s’est fait sa propre opinion. Votre question est un peu opportuniste et je ne comprends pas ce que vous cherchez vraiment. Tout le monde sait comment joue le PSG, tout le monde l’a vu. Beaucoup ont des avis qui peuvent éventuellement différer du nôtre mais qui existent déjà. (Il complète en visant le journaliste) Surtout que vous avez déjà votre avis, nous le nôtre, donc je ne comprends pas. »

Depuis le début de saison, Marco verratti enchaîne deux ou trois matchs puis se blesse. Il vient de jouer deux matchs d'affilée. Demain, allez-vous le préserver ou le titulariser ?

« En principe, il est disponible et dégage une très bonne énergie. Je ne suis pas du genre à me prononcer avant d’habitude mais si demain, lors des derniers tests à l’hôtel, il se sent bien, alors il jouera. »

Comment allez-vous avec toute cette pression du résultat et des médias ?

« (Il semble touché et commence en français) Merci beaucoup pour votre question, muchas gracias. (Il poursuit en espagnol) Je me sens bien, je suis serein parce que je sens le soutien de mes joueurs (il tourne la tête vers Hakimi). Je sens aussi celui d’une structure (le club) qui sait très bien ce que nous sommes en train de faire, et connaît le processus de développement dans lequel nous nous sommes engagés et qui comprend deux volets parallèles. D’un côté, il y a la partie visible, le jeu de l’équipe, et de l’autre, la tactique, la communication, les connexions à créer sur le terrain ou dans le vestiaire pour la vie au quotidien. Tout ça demande juste du temps. Ces deux aspects sont développés parallèlement, de façon plus ou moins équilibrée. Le processus est en marche en interne : il s'agit de s'adapter, d’apprendre à se connaître entre coéquipiers, d’avoir une équipe solide qui se comporte comme un groupe uni avec un même objectif, auquel chacun veut appartenir et contribuer en donnant son maximum. 

Nous sommes dans cette démarche avec des hauts et des bas, que l’on retrouve également dans le jeu. Nous devons vraiment améliorer notre volume de jeu, parfaire notre entente, mieux développer nos idées, avoir une plus grande flexibilité face aux obstacles créés par nos adversaires. C’est cette démarche qui me permet d'être serein. Je comprends que le Paris Saint-Germain soit toujours sous le feu des projecteurs. Il est normal de faire face à des critiques quand on est premier du championnat avec 11 points d’avance parce qu’il y a des choses à améliorer et que je respecte toutes les opinions. Oui, nous devons mieux jouer. Oui, nous devons progresser sur de nombreux aspects. Mais tout le bruit autour, c’est la conséquence de faire partie d’un club comme le PSG. 

Nous, entraîneurs, joueurs et staff, sommes sereins parce que nous savons exactement ce que nous voulons et dans quoi nous sommes engagés. Personne ne pourra nous empêcher d’y croire, nous avons les idées très claires. Nous respectons tout ce qui peut se dire mais nous poursuivons notre chemin. En football, on ne doit pas renoncer à ce type de processus à cause de toute cette lumière projetée sur le club. Les processus fonctionnent tous de la même manière quel que soit le nom derrière. Nous sommes dans les temps : nous jouons, nous gagnons des matchs, nous avons une grande avance en Ligue 1, nous sommes seconds (en Ligue des Champions), nous aurions aimé être premiers mais c’était un groupe difficile avec des équipes comme Manchester City qui a réalisé un travail considérable ces six dernières années. 

Nous allons dans la bonne direction, je n’ai aucun doute à ce sujet. À chaque tempête, nous sortons le parapluie et nous nous accrochons, parce que nous savons que le soleil finira par apparaître et que nous récolterons les fruits que nos supporters attendent : voir l'équipe prendre du plaisir et jouer de la meilleure manière possible. Et bien sûr, nous aussi, nous espérons prendre du plaisir en jouant au football, passer de bons moments, marquer beaucoup de buts, c’est ça notre objectif, et que tout le monde soit fier de cette équipe. Mais avant, il y a un travail (à fournir), que nous sommes en train de réaliser et que nous allons poursuivre, sans l’ombre d’un doute, pour continuer à aller de l’avant. Peu importe ce qui se dit, peu importe les avis, nous poursuivrons notre route. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 16 janvier

samedi 15 janvier

vendredi 14 janvier

jeudi 13 janvier

mercredi 12 janvier

mardi 11 janvier

lundi 10 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux