Article 

Ménez : « Une revanche par rapport au PSG ? Non, pas du tout »

Publié le lundi 2 février 2015 à 20:43
Jérémy Ménez était aujourd'hui l'invité de Luis Attaque sur RMC. Interrogé sur le PSG, parfois de façon lourde, il n'a exprimé aucune rancœur envers son ancien club et a évité toute polémique avec Laurent Blanc.

Jérémy Ménez était l'invité de l'émission Luis Attaque sur RMC. Il a longuement répondu aux questions et tenté d'éviter les polémiques, pourtant lourdement recherchées par Luis Fernandez.

Milan, Inzaghi, son poste :

L’émission commence par une question sur sa situation actuelle à Milan. L’attaquant répond : « Je suis bien. J’ai toujours été heureux, je fais un beau métier, mais quand tout va bien et que tout marche bien, cela fait toujours plaisir. [...] Je pense avoir fait une belle carrière et avoir été dans des grands clubs, comme le PSG, la Roma ou Monaco. J’ai peut-être mûri, j’ai grandi et peut-être que cela se ressent sur le terrain. »

Il développe ensuite sa relation avec Inzaghi, son entraîneur à Milan : « Les gens qui me connaissent un petit peu savent que la confiance de l’entraîneur compte beaucoup pour moi. On s’entend super bien avec le coach, je peux m’exprimer sur le terrain et je me sens très bien. »

Il évoque également sa position axiale, qu’il affectionne : « Depuis le début de la saison, je joue dans l’axe, seul devant ou derrière un attaquant, et c’est la position qui me va le mieux. Quand j’étais au PSG avec Ancelotti, j’ai joué devant et c’est là où j’ai été le meilleur. Je m’y sens bien. »

Le PSG, sa mauvaise image en France :

L’émission aborde ensuite le sujet du PSG et le joueur répond, sans se cacher : « Une revanche ? Non, pas du tout. Comme je l’ai dit et redit, j’ai fait deux bonnes premières saisons et la troisième, ce n’est pas que j’ai été mauvais, c’est que je n’ai pas beaucoup joué donc c’est dur. Mais cela, on l’a oublié. Aujourd'hui, cela prouve que je suis quand même un bon joueur, que j’ai des qualités et que je peux m’imposer dans un grand club comme je l’avais fait au PSG auparavant. La carrière d’un footballeur est faite de hauts et de bas et cela se passe comme ça. Il faut prendre ce qu’il y a à prendre et continuer à prendre du plaisir. »

Le sujet de son image, écornée en France, est abordé : « Des erreurs, tout le monde en fait, surtout quand on est jeune. Depuis quelques saisons, il y a du mieux dans mon comportement sur le terrain. Pour moi, c’est une réussite et il faut continuer comme ça, tout simplement. »

Il continue sur le sujet, les questions tournant sur les mêmes thèmes : « On s’est trop focalisés sur mon attitude et cela m’a joué des tours. Revenir en Italie m’a fait du bien, pour me faire oublier et repartir sur de bons rails. On m’a collé une certaine étiquette et les gens ont du mal à l’enlever. En France, dès qu’on est dans une case, on a du mal à en sortir et c’est dommage. Chacun a le droit de faire des erreurs, de s’améliorer et de grandir. »

Son retour en Italie, l'équipe de France :

Il finit sur le sujet en évoquant l’Italie, où il est heureux : « J’ai commis des erreurs de jeunesse que je regrette mais tout le monde a droit à une deuxième chance comme on dit. Ici, les gens me jugent sur ce que je fais sur le terrain, cela compte énormément pour moi et c’est important pour un joueur. »

Le thème des Bleus est ensuite abordé, le joueur pouvant y prétendre vu ses prestations actuelles : « L’équipe de France, c’est un regret et j’ai envie d’y retourner pour remettre les compteurs à zéro. Il y a une belle équipe, quelque chose de beau à faire et j’ai envie qu’une belle aventure recommence pour moi en équipe de France. »

Après ce court intermède, il est relancé sur la question de son image et conclut : « Partout où je suis passé, j’ai quand même eu des bonnes relations avec tout le monde. Pour moi, c’est ce qui me fait le plus plaisir et c’est ce qui est le plus important. »

Le PSG (épisode 2) : 

Mais vu que les déclarations polémiques ne viennent pas, Luis en remet une couche sur le PSG et l’interroge sur son départ de Paris : « Je l’ai mal vécu parce que j’aurais préféré partir par la grande porte, même si on a été champions. Individuellement, je n’ai pas trop eu ma chance durant la saison. Comme je l’ai dit, c’est le foot, il y a des hauts et des bas, l’entraîneur avait d’autres choix en tête et il fallait les respecter. C’était mieux pour moi de partir et de rebondir ailleurs. »

Luis évoque alors une concurrence peut-être viciée au PSG : « La concurrence, j’en ai eu et j’en aurai partout. Est-ce qu’elle était saine ? Je ne sais pas et je n’ai pas trop envie de me replonger là-dessus. Je n’ai pas envie de faire celui qui se plaint. L’entraîneur a ses choix et sa composition d’équipe, il faut les respecter, tout simplement. »

Le PSG (épisode 3), ses propos sur Lucas :

RMC insiste encore sur le sujet et le joueur botte encore plus ou moins en touche : « J’aime bien parler [avec les coaches] quand tu sens qu’en face, c’est honnête. Maintenant, c’est du passé, j’ai vécu trois bonnes saisons, j’ai connu des joueurs extraordinaires et cela restera que du bonheur. »

Gilbert Brisbois, co-animateur, évoque alors ses propos polémiques envers Lucas : « Ces déclarations ont été mal interprétées parce que je n’en veux absolument pas à Lucas car c’est un grand joueur et c’est quelqu’un d’adorable. Des fois, des joueurs français sont désavantagés par rapport à certaines choses et c’est dommage. Il y a des joueurs français qui ont de la qualité et qui méritent d’être là-haut. »

Le PSG (épisode 4) :

Mais cela ne suffit pas donc la question de sa dernière saison à Paris est encore posée : « Les deux premières saisons, j’ai joué presque tous les matches, que cela soit avec Ancelotti ou Kombouaré. Ancelotti m’avait mis capitaine, il y a juste la dernière saison où je n’ai plus joué, c’est tout, cela s’est fait comme ça. J’ai toujours joué, on peut regarder les stats. »

Et on finit avec une nouvelle question sur cette dernière année à Paris, au cas où l’auditeur n’aurait pas compris que ça s’est mal passé : « Déçu parce que je n’ai pas beaucoup joué mais je peux aussi m’en prendre à moi-même, il ne faut pas rejetter la faute sur l’entraîneur. Comme je l’ai dit, l’entraîneur a ses choix, son équipe, sa tactique et il faut les respecter, même si on a parfois du mal à les vivre, quoi qu’il arrive. »

L’entretien se finit là-dessus et on félicite Luis Fernandez, plus lourd que Jean-Michel Moutier et Sammy Traoré réunis.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux