Article 

Le Qatar se pose des questions, mais ne prévoit pas de se désengager du PSG (LP)

Publié le jeudi 2 mai 2019 à 9:12 par Jean Chemarin
Au-delà des résultats sportifs du PSG, le Qatar vivrait de plus en plus mal les critiques dont il fait l'objet en France, ainsi que la pression fiscale ou encore le fair-play financier de l'UEFA. Selon Le Parisien, l'émir du Qatar se pose des questions mais un désengagement ne semble pour autant pas d'actualité.

C'est une question que tout supporter du PSG s'est déjà posée au moins une fois : que deviendra le club le jour où les Qataris décideront de s'en aller ? Cette question n'est pourtant pas spécialement d'actualité même si beaucoup craignent un désengagement de l'état du Golfe une fois sa Coupe du Monde 2022 passée. Dans son édition du jour, Le Parisien nourrit plus que jamais ce scénario en expliquant que l'émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, vit de plus en plus mal les critiques dont son pays fait l'objet en France via son statut de propriétaire du PSG.

Si les résultats sportifs, surtout européens, n'aident pas à améliorer son image, le Qatar estimerait plus globalement que le football français lui manque de reconnaissance et ne réalise pas à quel point son investissement massif dans le PSG a servi la cause du football français, par exemple lors de la récente renégociation des droits TV. Les critiques récurrentes de Jean-Michel Aulas seraient ainsi très mal vécues au Qatar, comme celles de la presse française. Le Qatar estimerait aussi qu'il n'est pas assez valorisé pour la quantité d'argent qu'il injecte chaque année dans les caisses de l'Etat français via les impôts et charges sociales qu'il paye dans l'Hexagone. Depuis son rachat du club en 2011, le Qatar aurait ainsi payé plus d'un milliard d'euros d'impôts selon le quotidien francilien et paierait plus de charges sociales à lui tout seul que l'ensemble des clubs de première division allemande, italienne et espagnole réunis selon le syndicat des clubs français Première League..

Le Qatar aimerait ainsi plus de gratitude en France et aussi plus de respect auprès d'instances comme l'UEFA, avec qui il se bagarre sur le terrain du fair-play financier. Ces frustrations peuvent-elles pousser le Qatar à se désengager du PSG à court ou moyen terme ? Selon Le Parisien, les équipes de Nasser Al-Khelaïfi l'excluent catégoriquement. Des spécialistes du sujet comme Nabil Ennasri, directeur de l'Observatoire du Qatar, estiment qu'un «désengagement du Qatar avant 2022 est quasi-impossible». Et après 2022 ? «C'est toute la question. Je suis plutôt dans l'idée qu'ils se maintiendront car le football restera pour eux un élément majeur du soft power qatarien», ajoute ce spécialiste dans Le Parisien.

Un sentiment partagé aussi par le quotidien francilien, qui rappelle que le PSG version QSI a deux gros projets en cours, celui du nouveau centre d'entraînement qui doit voir le jour à Poissy en 2021 et celui de l'agrandissement du Parc des Princes, qui ne pourra pas se faire, au mieux, avant les JO 2024. Arrivé au PSG en 2011, le Qatar ne semble donc pas encore en passe de quitter le club parisien même s'il prévoit bien d'investir dans d'autres clubs européens selon Le Parisien (AS Rome, club de D2 anglaise), comme cela avait déjà filtré. On peut aussi penser que le Qatar ne quittera pas le PSG avant d'avoir gagné la Ligue des champions et la saison en cours a encore montré que le club avait beaucoup de chemin à faire pour y parvenir.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

jeudi 22 avril

mercredi 21 avril

mardi 20 avril

lundi 19 avril

dimanche 18 avril

samedi 17 avril

vendredi 16 avril

jeudi 15 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux