Article 

Mbappé, PSG/City à froid, le mental de son équipe, le retour, etc, la conf' complète de Pochettino avant PSG/Lens

Publié le vendredi 30 avril 2021 à 21:32 par Fouzia
A la veille de PSG/Lens, il a surtout été question de PSG/Manchester City et du match retour lors de la conférence de presse de Mauricio Pochettino. L'Argentin est revenu, à froid, sur la rencontre et a donné son avis sur quelques-uns des points soulevés par la presse ces derniers jours. Il a aussi évoqué Mbappé et a défendu sa gestion.

Mbappé n’est pas dans le groupe demain. Sa présence mardi pourrait-elle être remise en cause ? Quel impact son absence pourrait-elle avoir sur votre groupe ?

« Mbappé souffre d’une gêne au mollet droit. On espère que ce n’est pas trop grave et qu'il pourra être parmi nous le plus rapidement possible. Ensuite, Kylian est un joueur important pour nous et c’est vrai que chaque fois qu'un joueur important pour l'équipe n’est pas disponible, ça a un impact. Mais nous avons des joueurs à disposition dans l’effectif qui peuvent réaliser de bonnes performances s’ils le remplacent avec l'objectif de décrocher la victoire. »

Dans quel état d'esprit avez-vous retrouvé vos joueurs après la défaite contre Manchester City ? Étaient-ils abattus ou au contraire très motivés par la revanche ?

« Nos joueurs savent qu’ils peuvent inverser la situation au match retour »

« J'ai retrouvé une équipe de Ligue des Champions qui a perdu 2-1, des joueurs qui voulaient retrouver très rapidement la compétition pour évacuer cette frustration intérieure. Nos joueurs se sentent bien, ils ont perdu 2-1 le premier match mais ils sont toujours motivés, et savent qu’ils peuvent inverser la situation au match retour. Avec tout le respect qu'on a pour Manchester City, nous irons chez eux pour jouer. Notre équipe se sent bien, elle a un bon état d’esprit et elle est maintenant déterminée à gagner le match de demain, ce qui est le plus important avant de retrouver Manchester City. »

A quels ressorts psychologiques allez-vous faire appel pour préparer le match de mardi ?

« Nous réutiliserons toutes les choses positives que nous avons faites pendant le match aller et il y en a beaucoup »

« Avant tout, nous réutiliserons toutes les choses positives que nous avons faites pendant le match aller et il y en a beaucoup. Il faut les valoriser parce que nous avons fait une grande première mi-temps, durant laquelle notre équipe a été bien supérieure à Manchester City. Je trouve qu’elle l’a été aussi par moments dans la seconde période malgré la frustration d’avoir encaissé deux buts “accidents” qui ont été deux coups durs en plus de l’expulsion de Gana (Gueye) qui nous a fait jouer en infériorité numérique pendant 15 minutes, l’équipe s’est montrée présente et très forte mentalement et psychiquement contre un grand rival comme Manchester City. D’abord, nous devons confirmer les choses positives et ensuite améliorer les autres points parce qu’il y en a toujours à améliorer en football. Mais au niveau tactique et mental, l’équipe est prête à livrer une nouvelle bataille (à Manchester). Ensuite, c'est le football qui décidera si nous méritons ou pas d'aller en finale, d'atteindre la finale. »

Comment faire abstraction du match retour à City pour préparer Lens ? Est-ce une évidence pour vous de faire tourner pour introduire une concurrence et avoir déjà en tête l’équipe qui débutera mardi ?

« Non, pour nous le plus important, c'est le match de demain. Nous choisirons la composition que nous penserons la plus adaptée au niveau footballistique, mental et aussi physique parce que nous jouons tous les trois jours donc il faut gérer la fatigue. Demain, nous rencontrerons un adversaire très difficile, très physique, qui est une des révélations du championnat et qui joue une place en Europe. Mais nous, nous jouons le titre et nous devons remporter les trois points. Bien sûr qu’il y aura des changements, avec des joueurs plus frais, parce que nous en avons besoin et surtout parce qu’il faut gagner le match de demain. Et c’est seulement à la fin du match qu’il faudra penser au retour contre City mardi. »

Arsène Wenger a déclaré que le PSG s’était écroulé mentalement selon lui à cause de vos huit défaites en championnat et que l'aspect psychologique avait été prédominant dans votre échec. Etes-vous d’accord avec son analyse ? 

« J'ai beaucoup de respect pour Arsène pour sa carrière à Arsenal, à Monaco, et au Japon. Mais je n'ai pas suivi les déclarations qu’il a faites et je ne préfère pas les commenter sans savoir dans quel contexte elles ont été formulées, ni s’il fait référence à l’aspect psychique ou à l’aspect mental, ni comment il est arrivé à cette conclusion après ce match. En revanche, je peux dire que d’après notre analyse à nous, l’équipe a été forte sur le plan mental et le plan psychique même après avoir encaissé trois coups durs, entre les deux buts  “accidents” très difficiles à accepter et une infériorité numérique pendant 15 minutes face à un City qui a gagné la Carabao Cup et qui est sur le point de gagner la Premier League. City est une équipe qui se construit depuis six ans avec une philosophie de jeu précise et une structure solide et pourtant l'équipe du Paris Saint-Germain a commencé le match en étant bien meilleure sur les 45 premières minutes. Sincèrement, je ne peux pas commenter une opinion, a fortiori avec tout le respect et l’admiration que j’ai pour une personne comme Arsène Wenger, qui a marqué le football et laissé un tel héritage. 

« Je ne crois pas qu’un groupe qui n’est pas fort sur le plan psychique, ou qui n’a pas de qualités mentales, puisse rivaliser à un tel niveau, et éliminer des équipes comme Barcelone ou le Bayern »

Et pour compléter ma réponse et notre analyse, je ne crois pas qu’un groupe qui n’est pas fort sur le plan psychique, ou qui n’a pas de qualités mentales, puisse rivaliser à un tel niveau, et éliminer des équipes comme Barcelone ou le Bayern. Je me souviens qu’il y avait beaucoup de titres dans les médias après les victoires à Barcelone et à Munich qui louaient la mentalité ou la force de notre équipe. Soit on a la mentalité, soit on ne l’a jamais. Mais on ne peut pas dire qu’on a la mentalité un jour et qu’on ne l’a plus le lendemain. Je crois qu’on doit surtout répondre à des problématiques d’ordre footballistique. Par exemple, en seconde période, nous n’avons pas eu le même volume de jeu qu’en première alors que nous aurions dû le maintenir pendant 90 minutes. Ce sont des choses strictement liées au football plutôt qu’à l’aspect mental ou psychique. Je crois que le secret réside plus dans le fait de se concentrer sur le football, sur le physique, sur le travail, sur la progression, sur tout ce que nous essayons d’améliorer depuis près de quatre mois. »

Si on parle de physique, du fait que vos joueurs n’aient pas réussi à tenir le ballon pendant 90 minutes pour réussir une belle deuxième période, est-ce que les cas de Covid qui ont été nombreux dans votre équipe peuvent expliquer ça, puisque l’on sait que les sportifs de haut niveau peuvent avoir des problèmes à récupérer après ? 

« Nous avons augmenté considérablement notre volume de jeu, notamment avec le ballon, mais il faut être régulier pendant 90 minutes »

« Vous avez tout dit et j’aime votre question parce que c’est ce qu’il s’est passé et ce qu’il se passe dans ce club depuis que nous sommes arrivés en janvier. Non seulement nous avons trouvé des joueurs blessés comme on en trouve dans une saison normale mais aussi d’autres joueurs affectés par le Covid et par un calendrier de compétitions qui demandait de jouer tous les trois jours. C’est probablement la clé : trouver la capacité, dans le temps imparti, d’absorber ce volume de jeu parce que ce sont parfois ces facteurs externes qui nous empêchent de jouer pendant 90 minutes de la façon dont nous avons joué les 45 premières face à City. L’équipe sait ce qu’elle a à faire. Elle est forte mentalement, elle est forte tactiquement, elle est forte techniquement. Nous avons augmenté considérablement notre volume de jeu, notamment avec le ballon, mais il faut être régulier pendant 90 minutes. Après avoir analysé le match et notre ressenti, je pense que c’est la clé. Nous savons ce qu’il y a à faire mais il nous manque du temps pour pouvoir le mettre en pratique. Le défi, c’est de trouver un moyen de supporter toute cette charge de travail dans un contexte que nous n’avons jamais connu auparavant et de finir les matches de la manière dont nous les commençons. La réalité, c’est que nous avons réalisé une première mi-temps exceptionnelle contre City. »

Vu le calendrier, l’enchaînement des matches, l’état physique des joueurs, Mbappé n’a t-il pas trop joué ou n’est-il pas resté trop longtemps sur le terrain parce qu’il a tellement envie de jouer, puisqu’au lieu de sortir après la 70e, il restait jusqu’à la 89e ? Auriez-vous peut-être dû le sortir un peu plus tôt dans certains matches ?

« Je crois que Kylian n’a jamais été aussi bien physiquement »

« En fait, nous en parlons d’abord avec tout le staff : technique, médical et performance et Kylian nous rejoint ensuite pour participer aussi parce que nous voulons en parler avec lui. Mon ressenti, que j’ai partagé avec le joueur aujourd’hui, c’est que lors du match contre Metz, j’avais l’impression qu’il courait sans toucher le sol. Physiquement, il semblait voler. On l’avait laissé au repos contre Angers en Coupe de France puisqu’il n’a pas joué une seule minute. Il avait joué le match d’avant (contre Saint-Etienne). La gestion a donc été parfaite mais il a reçu un coup, qui aurait pu arriver à la première minute du match comme à la dernière, et ça l'a déstabilisé. Après le match contre City, il souffrait d’une gêne pas très grave au mollet. Il s’agit d’un déséquilibre musculaire après un coup mais je ne veux pas entrer dans les détails parce que je ne suis pas médecin. Je crois que Kylian n’a jamais été aussi bien physiquement. Personne ne remet en question ses performances sportives mais en tout cas, sur le plan physique, il est à son meilleur niveau. »

Vous pensez qu’une défaite comme celle contre City et la possibilité de ne pas gagner une Ligue des Champions avec le PSG peut pousser Kylian à prendre la décision de rester au PSG et de partir l’été suivant ?

« C’est une question à poser à Kylian, pas à moi. De toute façon, nous sommes encore en lice, nous avons perdu un match mais nous savons que tout peut arriver en Ligue des Champions, à domicile comme à l’extérieur. Nous pensons que nous pouvons arriver en finale et que nous pouvons réaliser un bon match à Manchester, et nous allons y aller avec cet état d’esprit. Kylian a encore un an de contrat ici et je l’ai déjà dit, le club et moi-même voulons tout faire pour qu’il reste le plus longtemps possible au Paris Saint-Germain. Le club y travaille et Kylian est content de notre collaboration. Il n’y a aucune négativité à ce sujet. Nous travaillons pour atteindre nos objectifs très élevés et il nous reste un mois de compétition avant de savoir si nous avons réussi. »

Vous aviez gagné le match aller contre Barcelone, le match aller contre Munich, qu'est-ce que ça change, notamment dans le cadre de la préparation contre Lens, d'avoir perdu le match aller contre City ?

« Cela ne change rien. Nous sommes conscients que chaque compétition est unique et nécessite une approche différente. Depuis le premier jour, nous travaillons en pensant toujours que le match suivant est toujours le plus important et en essayant de prendre la meilleure décision pour arriver au résultat souhaité, c'est-à-dire la victoire. Qu’on y arrive ou pas, c’est notre travail et notre responsabilité de gagner chaque match, même si nous n’avons pas gagné tous nos matches, et de nous concentrer sur le plus important qui est aujourd’hui le match contre Lens, sans penser à City. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

vendredi 14 mai

jeudi 13 mai

mercredi 12 mai

mardi 11 mai

lundi 10 mai

dimanche 09 mai

samedi 08 mai

vendredi 07 mai

jeudi 06 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux