Article 

Pochettino : « La Ligue des champions nous aime moi et mon staff »

Publié le mardi 27 avril 2021 à 9:49 par Renaud Lagord
Dans un entretien accordé au Guardian, Mauricio Pochettino est revenu, à quelques jours de PSG/Manchester City, sur ses premiers mois à Paris, son goût pour la Champions League, ainsi que sa relation avec Kylian Mbappé et Neymar. Morceaux choisis.

A quelques jours de PSG/Manchester City, Mauricio Pochettino s’est livré au Guardian. Le coach du PSG a ainsi abordé son rôle au sein du club de la capitale, son appétence pour la Champions League, et sa relation avec certains joueurs. « Je ne suis pas un acteur, explique-t-il d’entrée, en abordant la question du management d’un vestiaire de stars propre au PSG. Neymar, Verratti, Navas, Mbappé, et bien sûr... Di María. Il y a beaucoup de joueurs talentueux, de grands personnages. »

Kylian Mbappé, mordu de football

Des personnages, parlons-en. Kylian Mbappé n’a pas fini de l’impressionner. « Il n'a que 22 ans mais est très mature, confiant dans son talent et ouvert. Il parle français, bien sûr, mais aussi parfaitement anglais et espagnol, constate Pochettino. Je parle en anglais et en espagnol avec lui - plus en anglais qu'en espagnol. L'autre jour, je lui ai dit : "J'ai besoin de pratiquer mon français avec toi, pour m'améliorer", et il m'a répondu : "Bien sûr, mais c'est mieux pour moi de parler en anglais". Il adore pratiquer différentes langues. »

Il poursuit : « Kylian aime le football, il aime parler de football. Il pose des questions sur l'Angleterre - comment est le jeu, la mentalité et la culture là-bas ? - mais aussi sur l'Espagne et l'Argentine. Il va regarder, tous les jours, des matches d'Angleterre, de France, d'Italie, d'Allemagne. »

L'humilité de Neymar

Preuve, selon lui, de la facilité de travailler avec un tel vestiaire : le professionnalisme de Neymar. « C'est tellement facile avec [lui] parce que vous n'avez pas besoin d'en faire trop, estime-t-il. Dès le premier jour, il s'est montré très ouvert au travail. Il est très humble, il écoute et accepte toujours toutes les instructions d'une très bonne manière. Les joueurs brésiliens ont quelque chose de spécial en eux. Ils aiment jouer au football parce que c'est comme une danse. Ils jouent comme s'ils dansaient. Ronaldinho était mon coéquipier lorsque j'étais joueur du PSG et maintenant Neymar. Ils ont besoin de se sentir bien, de se sentir heureux pour donner le meilleur d'eux-mêmes. »

La recette pour gérer de telles stars : « être naturel, authentique, spontané. Je suis un entraîneur de football, je ne vais pas changer. Je suis comme je suis. J'essaie d'avoir de l'empathie, de savoir comment sont les joueurs pour créer un bon lien émotionnel. » 

Si l'un des joueurs est dans une mauvaise passe, il doit donc lui apporter le soutien qu'il faut. Comme lorsqu'il apprit qu'Angel Di Maria s'était fait cambriolé son domicile pendant le match de PSG/Nantes : « Au moment où nous l'avons su, le match était terminé, dit Pochettino. La famille passe en premier. Nous avons fait exactement ce que nous devions faire toujours pour mettre la famille avant toute chose. »

Sa relation avec la Champions League

Le match contre City est aussi l’occasion de retrouver une compétition qui lui est chère. « La Ligue des Champions nous aime. Chaque fois que nous sommes impliqués dans des matches de Ligue des Champions, les gens ne sont pas indifférents. "OK, c'est le staff de « MP » impliqué dans la Ligue des Champions, nous devons regarder.” Contre Barcelone, contre le Bayern Munich, nous avons capté l'attention parce que les deux matches étaient fantastiques. Contre le Bayern, c’était “Oh, c’est encore eux, la meilleure équipe du monde.” Personne n’a cru en nous, et voilà où on en est. »

« Toutes les discussions ici avant le match retour portaient sur La Remontada, se souvient le technicien argentin au sujet de l'ambiance française autour du PSG en C1. C'était un sentiment un peu étrange. Seules quelques personnes à l'intérieur du club et, bien sûr, les joueurs - le facteur le plus important - n'étaient pas un peu nerveux et paranoïaques à ce sujet. Mais nous étions vraiment calmes. »

Cette fois, changement de paradigme, il se frotte au « meilleur entraîneur du monde ». Et peu importe que Mauricio ait connu des scénarios incroyables en Ligue des Champions, notamment face à l’Espagnol - lors du double quart de finale épique en 2019 remporté par les Spurs - « si de telles situations se produisent à nouveau, elles devraient être plus faciles à gérer », assure l’Argentin. Réponse dans les prochains jours.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

vendredi 14 mai

jeudi 13 mai

mercredi 12 mai

mardi 11 mai

lundi 10 mai

dimanche 09 mai

samedi 08 mai

vendredi 07 mai

jeudi 06 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux