Article 

Echouafni après Soyaux/PSG : «Notre patience a été récompensée»

Publié le dimanche 18 octobre 2020 à 18:03 par Bruno Hermant
Suivant la victoire de son équipe sur la pelouse du Stade Lebon d'Angoulême, le coach parisien Olivier Echouafni est revenu sur le bon match de son équipe, qui s'est imposée 3-0 en forçant le résultat en seconde période. Il a été également été interrogé sur la situation du club local et du coach sur le départ, ainsi que sur la tactique mise en place et les très bons derniers matches de Sandy Baltimore.

Un match long à se décanter ?

« Je pense que notre patience a été récompensée, tout simplement. Après, on se doutait que cela n'allait pas être évident : un terrain plutôt compliqué à jouer, une équipe très regroupée derrière, qui sortait très très peu. Elles ont retardé l'échéance notamment en première mi-temps parce que notre première mi-temps n'est pas si mauvaise que cela. On a manqué un petit peu d'efficacité dans le dernier geste, on n’a pas beaucoup de situations mais on en a quelques-unes. Et finalement, il a fallu une deuxième mi-temps où on a élevé notre niveau de jeu et puis en même temps, on a su utiliser les espaces qu'on leur avait donnés avant le match. »

Une défense peu inquiétée ?

« C'est toute la problématique. C'est-à-dire que tant que vous n'avez pas marqué ce premier but, derrière, on n'est pas à l'abri d'un coup de pied arrêté, d'une erreur et au bout du compte, ça devient deux fois plus compliqué. Donc, je trouve que les filles ont plutôt été calmes, plutôt sereines, et puis à partir du moment où on a marqué, c'est vrai que la confiance est vite revenue. Et puis on a fait quelques très très bons enchaînements. »

Une attaque qui pêche un peu dans la finition ?

« J'avais surtout fait le choix de faire évoluer mon équipe cet après-midi en 4-4-2, avec pratiquement 50% de joueuses non titulaires pour ce match. Il faut savoir que quand vous faites cela, la première mi-temps est souvent plus compliquée. Et la deuxième, les filles retrouvent un peu plus de rythme, c'est vraiment ce qu'il s'est passé à tous les niveaux. Même si j'aspirais à ce qu'on puisse marquer ce but en première mi-temps. Mais nos deux attaquantes devant ont fait leur deuxième match en tant que titulaires, elles ont marqué toutes les deux, je suis bien content, sachant qu'on avait encore Kadi Diani et Nadia Nadim sur le banc. On a la chance d'avoir un groupe bien étoffé, un groupe de qualité et qui répond à mes attentes. »

Le départ de son ami Sébastien Joseph (coach de Soyaux) ?

« On est toujours un peu triste pour les collègues. Je lui ai dit avant, Sébastien va quitter le club mais il a fait des choses énormes avec des moyens très difficiles. Il connaît très bien, même par cœur ce monde du football féminin, je pense que c'est une grosse perte pour Soyaux. Maintenant, j'espère que pour lui qu'il va retrouver quelque chose d'ambitieux et le terrain. Parce que c'est quelqu'un qui donne beaucoup pour les autres, pour ses équipes et il va laisser je pense un grand vide à cette équipe. »

Où placer Soyaux ?

« Pour les avoir vues en vidéo, je les trouve plutôt assez cohérentes. Maintenant, la problématique est qu'il va falloir tenir dans la durée et je ne suis pas sûr qu'en termes d'effectif, elles aient ce qu'il faut. Après je les ai vues vraiment convaincantes sur certains matches, sur coup de pied arrêté avec une capitaine qui montre l'exemple, avec son expérience. Il ne faut pas qu'elles lâchent surtout, qu'elles s'accrochent. Dans le football, tout va vite, il y a aussi ce qu'on appelle la loi des séries aussi, elles en ont eu une bonne au départ, maintenant elles sont un petit peu dans le dur. Mais c'est peut-être l'atmosphère générale (autour de Soyaux) qui veut ça aussi. »

Déception pour Baltimore de ne pas être appelée en France A ?

« Moi, la seule réponse que j'ai envie d'apporter à votre question, c'est qu'elle continue comme ça. Qu'elle continue comme ça et toutes les performances qu'elle pourra faire sur le terrain vont certainement attirer l'œil. Automatiquement. Après, elle est sélectionnée avec les U20 françaises en vue de la Coupe du monde donc c'est aussi un gros défi pour elle. Elle a le temps d'aller en A. Elle va y arriver. Elle y sera. Je peux vous le dire déjà aujourd'hui. Elle y sera. Maintenant, le timing, quand ? On va lui laisser du temps. En plus aujourd'hui, elle a joué à un poste qui est un peu différent par rapport à ce qu'elle a fait jusqu'à présent. Mais elle a fait un match très sérieux, c'était vraiment bien. Elle marque, elle est décisive, c'est ce qu'on demande à ce type de joueuses-là. Elle emmagasine aussi de l'expérience en commençant les matches. Elle commence à trouver de la régularité, à bien s'épanouir aussi, je sais que si elle débute ou si elle rentre, elle apporte toujours du dynamisme, de la fraîcheur et elle est souvent décisive dans les deux cas de figure. »

Le 4-4-2 avec Däbritz et Katoto en ailières ?

« Sara n'avait pas trop de repères, après Marie a été formée sur des postes d'excentrée. Sur ce match, c'était le choix de pouvoir mettre mes deux attaquantes axiales aussi devant. Je trouve qu'il a été relativement payant puisqu'au bout du compte, les deux ont marqué. Marie et Sara ont contribué à amener des bons ballons et de bons enchaînements. »

Propos recueillis par Air1_16TV 

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

vendredi 30 octobre

jeudi 29 octobre

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux