Article 

Echouafni avant PSG/Montpellier : « Se mettre tout de suite dans le bon sens »

Publié le vendredi 26 mars 2021 à 23:16 par Bruno Hermant
Deux jours après la défaite contre l'OL en Ligue des Champions, l'entraîneur du PSG Olivier Echouafni était de nouveau face à la presse, à la veille de la rencontre opposant ses troupes à Montpellier. S'il a beaucoup été question de la rencontre précédente, le technicien du PSG a voulu rappeler que le match à venir était très important, avant de rebasculer sur la Coupe d'Europe. Transcript complet de la conférence de presse.

PSG/OL digéré par le staff et les joueuses ?

« Il faut bien le digérer même si j'ai envie de dire que la fin de la rencontre est un peu illogique au vu de la physionomie du match, mais c'est comme ça. Maintenant, on a de grands, grands espoirs pour la suite, j'en suis persuadé, les filles aussi. On n'est pas passés loin de réaliser une performance aboutie. Notamment au vu de la première mi-temps, le score n'aurait pas dû être de 0-0 à la pause, peut-être 2-1 ou 3-1 en notre faveur. Et puis finalement, c'est un coup du sort qui a décidé du résultat final. »

Comment sont les filles psychologiquement après cette défaite illogique ? 

« Cela fait partie des aléas du haut niveau. Cela s'est joué encore sur des détails qui n'ont pas été en notre faveur, il manque peut-être encore ce petit brin de réussite. Mais elles sont conscientes, surtout, du contenu qu'elles ont pu faire, pu avoir, en ayant eu juste une semaine d'entraînement et quinze jours sans compétition. C'est pour ça que je soulignais l'état d'esprit et ce qu'elles avaient réalisé au cours de ce match. Parce que ce n'est pas donné à tout le monde d'être capable de réaliser ce qu'elles ont fait face au champion d'Europe en titre. Et cela nous donne vraiment une motivation énorme en vue du match retour, parce qu'avec une semaine de préparation en plus, un match demain, automatiquement, ca va nous donner plus de rythme, plus de compétition et on sera certainement plus prêts que ce mercredi. »

Montpellier qui arrive, facile de se repencher sur le championnat malgré une sensation de puissance ?

« Je pense qu'il n'y a même pas de question à se poser. En plus, le championnat, c'est notre pain quotidien. On est tellement bien lancés, on est dans une très bonne dynamique. On sait que le match qui nous attend demain va être très difficile. Surtout après un match d'une telle intensité qu'on a vécu ce mercredi. Mais on a un groupe. Un groupe qui va nous permettre aussi à un moment donné d'apporter de la fraîcheur, mais en même temps (permettre à) certaines d'aider dans ce sens là. On doit s'appuyer la dessus et bien faire la part des choses. (Il insiste) Le match qui nous attend en Coupe d'Europe, c'est mercredi, d'abord, on a le match de Monptellier demain, on sait que ce sont toujours des matches difficiles face à eux. Le match aller a été compliqué même si on se l'est rendu facile au départ. A nous d'être présentes et de tout de suite se mettre dans le bon sens. »

Une crainte de revoir un coup de pompe physique contre Montpellier en fin de rencontre ?

« Là, on peut revenir sur une demande qui a été faite en début de saison, en cours de saison, puis en fin d'année, puis en début d'année, celle de pouvoir faire cinq changements. Malheureusement, demain, on en aura que trois. L'UEFA, elle, a bien compris au vu des circonstances sanitaires qu'on se devait d'avoir plus de profondeur de banc. Parce que physiquement et psychologiquement, pour les joueuses, c'est très difficile et très compliqué. Il y a deux approches dans deux compétitions différentes. Le championnat me tient énormément à coeur parce que, vous savez, quand une équipe remporte le championnat 14 fois de suite, vous avez l'envie d'arrêter une série, donc on est là. Et pour nous, l'objectif, c'est demain. Je n'ai pas envie forcément de me projeter sur l'OL, il faut faire par étapes. Vous me posez des questions sur Lyon, l'après Lyon, mais mon objectif, c'est demain. »

La blessure de Luana, qui revenait bien, une grosse perte pour l'équipe ?

« Oui, c'est une grosse perte pour l'équipe mais c'est déjà (une grosse perte) pour elle. On est très tristes pour Luana parce qu'elle avait montré de très, très belles choses. Elle s'était très très bien intégrée avec l'aide de Formiga et elle avait pris vraiment du volume. Elle avait énormément progressé aussi. C'est vrai que ca a été une grande déception déjà pour elle. Après, vous savez dans ce genre de blessure, et je suis bien placé pour en parler, soit vous êtes dans une période où vous êtes fatigués et ce sont des choses qui arrivent, soit vous êtes au top et il vous arrive aussi ce genre de blessure. Pour Luana, c'était plus le second cas. Elle était arrivée au top de sa forme. Elle va nous manquer. Parce qu'en termes de profondeur de banc, automatiquement au milieu de terrain, on est un petit peu plus juste même si on a des jeunes joueuses de qualité. Sur ce genre de match avec une grosse intensité, on a aussi besoin d'expérience, c'est vrai qu'elle va nous manquer. »

Comment va Diani après sa sortie contre Lyon ? 

« Kadi, comme d'autres, après ce genre de confrontations et de matches à forte intensité, il y a des sequelles bien sûr, des courbatures notamment. Des crampes pour certaines. Ca va un petit peu mieux aujourd'hui, ca ira bien demain, mais tout va bien pour Kadi. »

L'absence de VAR en Coupe d'Europe, des choses à redire sur l'arbitrage du match aller ?

« Le VAR, oui, on aimerait bien sûr pouvoir l'utiliser chez les filles, après ça demande aussi des moyens financiers importants dans des stades qui permettent de l'installer. Ce n'est pas le cas dans tous les stades. On était au Parc des Princes, donc automatiquement, c'était plus simple, plus facile. On l'avait eu au Final 8 au mois d'août dernier et ça avait été plutôt intéressant. Je pense que pour les grandes compétitions, ce serait plutôt bien de l'avoir, mais comme je l'ai dit... Peut-être à un certain moment, quand les enjeux deviennent plus importants, peut-être à partir des quarts de finale... Il y aurait eu certainement des choses à redire en vue du dernier match face à Lyon mercredi. »

Une explication concernant l'absence des 5 changements en D1F ?

« En fait, il faut déjà bien dissocier la Ligue 1 de la D1. La Ligue 1 est soumise à la LFP, d'ailleurs au passage, j'ai entendu parler de la professionnalisation en Espagne, puis en Angleterre, donc il va falloir à un moment donné prendre les choses en main parce que la concurrence est de plus en plus forte et qu'à un moment, on risque d'être lesé. Moi, la première idée là -essus, après le premier confinement, c'était de protéger les joueuses, leur intégrité physique, donc on ne savait pas trop où on allait en début de championnat. Donc on avait demandé, éventuellement, d'avoir cinq changements, comme cela avait été le cas en Coupe de France. Du coup, on nous a plutôt répondu à la FFF que ce n'était pas possible pour l'instant, parce que cela pouvait entraîner des différences en fonction des résultats, parce qu'on avait commencé avec trois changements et le faire en cours de saison, ce n'était pas possible. Il y avait la possibilité de le faire après les matches aller. Cela n'a pas été fait non plus, donc on s'adapte, en espérant que la saison prochaine, ils puissent tenir compte de tous les paramètres. (Pourquoi pas en début de saison comme en Ligue 1 ?) On l'a demandé, cela n'a pas été accepté. Parce qu'on est soumis aux règlements de la FFF qui sont complétement différents de ceux de la LFP. (Mais la FIFA l'imposait ?) Pour les compétitions internationales oui. Mais au niveau des différentes fédérations et championnats nationaux, chacun faisait le choix de faire 3 ou 5, nous c'est 3. En Allemagne et en Espagne, c'est 5 je crois. Mon idée principale concernait surtout l'intégrité physique des joueuses. Parce que quand vous avez passé un confinement de pratiquement 4 mois sans vous entraîner... Et nous avons repris par la Coupe de France et le Final 8, en termes d'intensité, les 5 changements étaient essentiels. Après je ne comprenais pas pourquoi on n'a pas pu passer à cinq changements. »

Montpellier, difficile à lire, une équipe forte contre les gros, mais en difficulté contre les petits, un jugement sur cette équipe ?

« De toute façon, toutes les équipes qu'on peut rencontrer, il y a toujours une grande motivation en face. On va avoir en face de nous des joueuses qui seront très motivées, qui voudront se montrer. Elles ont réalisé de belles performances, vous le soulignez, contre l'OL, elles perdent 2-1 mais elles ont la balle d'égalisation à 20 minutes de la fin. Après, à l'intersaison, il y a eu beaucoup de changements dans cette équipe, avec des joueuses cadres, du cru qui sont parties. Donc, il y a peut-être aussi un petit temps d'adaptation notamment avec les joueuses qui sont arrivées. Mais malgré tout, elles sont capables bien sûr de réaliser de bonnes performances et elles l'ont déjà fait. »

Une crainte de voir le championnat français décliner au vu des moyens à l'étranger ?

« Oui, avec les fameux droits TV qui ont été multipliés par 4 ou 5 sur ce qu'il se faisait avant. Donc une visibilité magnifique, c'est top. Après, oui, quand vous avez une rentrée d'argent plus importante, vous avez plus de moyens pour aller chercher les meilleures joueuses. Quand vous voyez City qui va chercher deux Américaines championnes du Monde (Mewis et Lavelle), quand vous voyez Chelsea aller chercher les meilleures joueuses (la Danoise Harder, l'Australienne Kerr), il faut s'attendre à un exode massif des joueuses du championnat français. Il va falloir à un moment donné, vite, que cette concurrence là (soit prise en compte), et ce n'est pas d'aujourd'hui, cela fait déjà deux ou trois ans que ca mijotait un petit peu, que les droits TV en Angleterre allaient être importants ; et là, il va falloir que la FFF travaille, je sais qu'elle travaille là-dessus, mais il va falloir qu'elle prenne des décisions. »

Prendre des décisions, lesquelles ?

« Quand on voit toutes les différentes ligues étrangères, même italienne, qui commencent à se structurer, il faut être vigilant. Après, ce sont aux instances de prendre les décisions, je ne fais que constater le futur exode de nos meilleures joueuses parce que malheureusement, on ne va peut-être pas pouvoir s'aligner sur plein de points. C'est pour ça que je parle de prendre des décisions, et ça, ça peut prendre du temps. Pendant ce temps, la concurrence va se renforcer et cela va devenir de plus en plus difficile de garder nos meilleures joueuses dans le championnat. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

mardi 11 mai

lundi 10 mai

dimanche 09 mai

samedi 08 mai

vendredi 07 mai

jeudi 06 mai

mercredi 05 mai

mardi 04 mai

lundi 03 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux