Article 

Retour sur la riche saison des U19 Nationaux du PSG

Publié le samedi 28 mars 2020 à 13:31 par Dubdadda
Engagés dans quatre compétitions, les U19 Nationaux du PSG ont soufflé le chaud et le froid cette saison à l'image du naufrage à Madrid en Youth League et de l'éclatante victoire à Lyon en Coupe Gambardella. Propulsée sur le devant de la scène après la suppression de l'équipe réserve, CulturePSG vous propose de dresser un premier bilan de cette catégorie.

Une large revue d’effectif en championnat

Malgré une victoire en trompe-l’œil acquise sur la pelouse de Lille (1-2), le début de saison des Parisiens est poussif à l’image des deux premières rencontres à domicile au cours desquelles les coéquipiers de Pembélé se font rejoindre dans les arrêts de jeu. Si la Youth League est présente dans toutes les têtes, les protégés de Stéphane Roche rectifient le tir en championnat et enchaînent les victoires au mois de septembre. Auteur d’un triplé sur la pelouse de Chartres pour sa deuxième titularisation en U19 (2-4), Nagera (2002), tout comme la recrue estivale Simons (2003), symbolisent la jeunesse aux dents longues au sein d’un effectif pléthorique.

Au cours de l’automne, entre la Youth League et la Premier League Cup, le PSG est branché sur courant alternatif en championnat. Mi-novembre, comme un symbole, le club de la capitale prend cependant la tête du classement avec une charnière centrale Kamara (2004)/Coulibaly (2003) alignée au coup d’envoi face à Caen (1-2). Après une victoire pleine de réalisme acquise contre Lille (3-0), les coéquipiers de Aouchiche terminent finalement l’année à deux points du leader amiénois.

Concentrés sur leur parcours en Gambardella, les joueurs de Stéphane Roche continuent de souffler le chaud et le froid en championnat durant l’hiver. Capables d’être menés 3-0 sur le terrain d’Orléans (3-1), les coéquipiers de Mbe Soh semblent aussi irrésistibles dès lors qu’ils appuient sur l’accélérateur à l’image de leur écrasante victoire contre Chartres (8-0). Avant l’interruption du championnat, les U19 Nationaux se hissent à la troisième place du groupe A, à quatre points du Havre.

Des Parisiens trop tendres pour la Youth League

La première journée de Youth League offre une affiche alléchante entre le PSG et le Real Madrid. Malgré une première période équilibrée et un but avant la pause de Simons, les Parisiens encaissent malheureusement deux buts en deux minutes au retour des vestiaires et débutent leur campagne par une défaite frustrante. Après un beau sursaut d’orgueil sur la pelouse du Galatasaray (1-5), les protégés de Stéphane Roche abordent leur double confrontation capitale face à Bruges privés de leurs quatre mondialistes U17 (Kalimuendo, Aouchiche, Kouassi, Pembélé). Dépassés collectivement et en difficultés sur le plan physique, les coéquipiers de Mbe Soh s’inclinent logiquement en encaissant notamment six buts sur les deux rencontres (2-0, 0-4).

En dépit de ses mauvais résultats, le PSG se déplace à Madrid en conservant une chance de qualification pour la suite de la compétition. Après avoir été rapidement menés 1-0, les Parisiens renversent la vapeur sous l’impulsion de Kalimuendo, auteur d’un nouveau triplé quelques jours après celui inscrit lors de la petite finale de la Coupe du Monde U17. L’épilogue n’est cependant pas le même pour les coéquipiers du jeune attaquant qui, réduits à dix après l’expulsion de Sissako, encaissent finalement quatre buts en dix minutes et s’inclinent lourdement (3-6). Début décembre, la victoire contre Galatasaray grâce à une réalisation de Makutungu (1-0) reste anecdotique et les joueurs de Stéphane Roche quittent la compétition par la petite porte avec quatre défaites en six matches.

Un parcours frustrant en Premier League International Cup

Fin octobre, les Parisiens s’envolent en direction de Bilbao pour affronter les U23 de l’Athletic dans le cadre de la première journée de la Premier League International Cup. Face à une formation plus expérimentée, les coéquipiers de Innocent signent une belle victoire marquée par les débuts de Bakker sous ses nouvelles couleurs et une passe décisive pour l’unique buteur Fressange (0-1). Un mois plus tard, l’attaquant parisien trouve de nouveau le chemin des filets sur la pelouse de Wolverhampton qui concède finalement le nul à domicile (1-1). Pour le dernier match de l’année, les protégés de Stéphane Roche échouent dans leur quête de qualification en encaissant deux buts dans les deux dernières minutes du temps réglementaire sur le terrain de Liverpool (3-2).

La génération 2002 mord dans la Coupe Gambardella

Pour son entrée en lice dans la compétition, les U18 parisiens infligent mi-décembre un cinglant 8-0 au Evry FC, pensionnaire de R3, grâce notamment à un triplé de Kalimuendo et deux doublés signés Aouchiche et Nagera. Face à un adversaire d’un autre calibre, les joueurs de Stéphane Roche récidivent un mois plus tard en écrasant Lens sous l’impulsion d’un énorme Kouassi au milieu de terrain (2-6).

Vainqueur de la Coupe Gambardella en 1991, le club de la Capitale écarte logiquement Reims (2-0) en huitième de finale et s’offre un quart de rêve face à l’OL. Finalement, le duel au sommet tourne rapidement à la démonstration pour les coéquipiers de Ruiz, étincelant sur ses terres natales, qui surclassent leurs homologues lyonnais (1-5). En quart de finale, les Parisiens auraient dû affronter l’AC Ajaccio sur leur pelouse.

Quels enseignements tirer de la saison ?

L’équipe type : Franchi – Pembélé, Baldé, Mbe Soh, Larkèche – Simons, Kapo, Aouchiche - Nagera, Kalimuendo, Fressange

La catégorie U19 Nationaux est devenue cette saison « l’horizon majeur des jeunes joueurs en formation, avant leur passage espéré vers le groupe professionnel » comme le déclarait le site officiel du club parisien cet été à la suite de la décision de supprimer l’équipe réserve. Nouvellement nommé à la tête de l’équipe, Stéphane Roche a pu ainsi disposer d’un effectif pléthorique avec plus d’une trentaine de joueurs utilisés dans les quatre compétitions disputées.

Malgré un groupe élargi, on peut regretter comme souvent ces dernières années la prédominance des profils axiaux (de qualité) au club comme en témoigne la première composition en Youth League avec une association Kapo, Ruiz, Simons, Fadiga et Aouchiche au milieu de terrain. A l’image de son excellent parcours en Gambardella, la génération 2002 est apparue comme la grande bénéficiaire de la suppression de la réserve avec pas moins de quatre représentants convoqués très régulièrement avec le groupe professionnel et des joueurs en forte progression à l’image de Larkèche, Baldé ou encore Nagera.

En net progrès sous les ordres de Thiago Motta, la génération 2001 a quant à elle plutôt déçu même si Fressange a trouvé le chemin des filets à plusieurs reprises, notamment en Premier League International Cup, et Kapo a été l’un des joueurs les plus utilisés par Stéphane Roche. Inscrits sur la liste de Youth League pour encadrer les plus jeunes, les joueurs nés en 2000 n’ont pas vraiment su montrer la voie à suivre et on retiendra notamment surtout le rouge de Sissako lors du naufrage à Madrid.  

Du côté des jeunes pousses parisiennes (2003 et plus), le trio Simons-Coulibaly-Kamara a accumulé du temps de jeu au cours de la saison alors que les possibilités de surclassement étaient réduites. L’une des conséquences les plus visibles de la suppression de la réserve vient d’ailleurs de ce constat : avec un effectif aussi large en U19, les surclassements sont peu nombreux et cette situation exige de la patience de la part des meilleurs éléments U17 qui auraient pu frapper rapidement à la porte du groupe (on peut penser à Michut, même si ce dernier a commencé à jouer, Labila).

De même en U17 Nationaux, certains U16 observés lors de la Al Kass Cup semblaient en mesure de pouvoir se frotter à la catégorie supérieure. Si la patience n’est pas forcément une qualité qui caractérise les nouvelles générations depuis plusieurs saisons, il faut espérer désormais que des signatures puissent marquer les esprits. Si Kouassi et Aouchiche venaient à signer pro au PSG, cela validerait la thèse déjà vérifiée depuis quelques années (l’exemple de Rabiot) selon laquelle il n’est pas nécessaire de passer par la case N2 pour s’imposer chez les pros.

Cette nouvelle serait aussi et surtout un formidable signal positif envoyé à tous les pensionnaires du centre de formation.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

vendredi 05 juin

jeudi 04 juin

mercredi 03 juin

mardi 02 juin

lundi 01 juin

dimanche 31 mai

samedi 30 mai

vendredi 29 mai

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux