Article 

Les attaquants parisiens loin de leur rôle face à Leipzig

Publié le mercredi 25 novembre 2020 à 17:59 par Nathan Menez
Malgré un retour à quatre joueurs offensifs à Monaco le week-end dernier, Thomas Tuchel a préféré en aligner seulement trois pour recevoir le RB Leipzig. Ainsi, la formule qui a fait les beaux jours du club en août dernier pour le final 8 a été reconduite : Neymar axial, Mbappé devant lui à gauche et Di María à droite. Le résultat a été pour le moins mitigé.

Neymar se positionne dès le début de match en faux numéro 9, épaulé sur la même ligne par Mbappé et Di María, jouant ainsi comme des ailiers. Cependant, les trois attaquants ont beaucoup de liberté : on retrouve parfois Neymar plus proche des milieux et Di María alors plus à gauche. Quand Paris récupère le ballon dans sa partie de terrain, les trois s’orientent vite vers le but allemand et on cherche Mbappé dans la profondeur.

Lorsque les Parisiens tentent de construire dans la moitié de partie allemande, ils ne s’éternisent pas. On ressent une volonté de jouer vertical pour prendre de vitesse la défense du RBL et marquer le plus vite possible. Le jeu long de Navas et la recherche constante de Neymar par les milieux vont dans ce sens.

Le but arrive effectivement rapidement et est la conclusion d’un pressing bien maîtrisé à droite. Herrera met la pression sur la relance allemande, permet la récupération de Florenzi qui joue vite sur Di María. L’Argentin provoque un penalty que Neymar se charge de convertir : deux des trois attaquants sont décisifs.

Le PSG mène 1-0 dès la 11e minute et la tactique change. Les Parisiens sont moins agressifs sur le porteur et laissent le ballon à Leipzig. La consigne est simple : rester organisés. Malgré une absence totale des trois attaquants parisiens sur la première contre-attaque allemande suivant le but, ils se montrent disciplinés par la suite et participent à l’animation désormais très défensive du bloc parisien, positionné en 4-3-3 plus que jamais dans ce match et permettant de limiter les contres du RBL.

Les offensives parisiennes sont de plus en plus rares après le quart d’heure de jeu et surtout ne sont pas suivies ni par les latéraux ni par les milieux, excepté Herrera qui multipliet davantage les courses que ses deux associés du soir, Paredes et Danilo. Ces quelques offensives sont le fruit de récupérations suite au jeu long de Navas mais n’aboutissent à rien. Les Parisiens perdent le ballon de plus en plus vite et ne semblent plus tellement animés par l’envie de marquer. Si les trois attaquants enchaînent les courses c’est la plupart du temps sans le ballon et les maigres percées de Mbappé ou Neymar aboutissent à des coup francs qui eux, ne mènent à rien…

La seconde période est encore plus pauvre offensivement. A la 64 minute, Rafinha remplace  Di María et le PSG passe en 5-3-2. Rafinha et Herrera, les deux relayeurs, viennent épauler les attaquants au pressing dans le camp allemand mais rapidement le pressing s’éteint pour laisser place à une véritable attaque-défense. Quelquefois, Neymar et Mbappé ont l’occasion de mener le contre mais le Brésilien s’entête dans ses dribbles et des un-contre-un qu’il perd avec plus en plus de ridicule tandis que le Français se contente de passes en retrait, ratant de toute façon chaque passe vers l’avant. Finalement pas son jour. 

Si le plan de jeu de Tuchel était effectivement de marquer rapidement pour ensuite passer à une animation très défensive, cela a fonctionné. Les attaquants se sont montrés plutôt disciplinés dans cette organisation malgré un poids offensif bien trop faible. On peut notamment déplorer l’absence totale de contre-attaques abouties en seconde période, la relation technique entre Neymar et Mbappé étant déficiente comme rarement. Finalement, les attitudes défensives des attaquants parisiens ont été plus satisfaisantes que les offensives

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux