Article 

OM/PSG (1-5), les performances individuelles

Publié le lundi 27 février 2017 à 2:12 par Iaro
Le PSG a littéralement balayé l'OM ce dimanche au Stade Vélodrome, retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Trapp : L'essentiel du match de l'Allemand s'est résumé à boxer dans les airs ou relancer au pied, ce qu'il a plutôt bien fait et notamment dans des moments où le match n'était pas (encore) plié. Très peu sollicité par un adversaire qui n'a cadré que trois frappes, il est un peu abandonné par sa défense sur l'anecdotique but du 1-4, après avoir repoussé le ballon dans l'axe aux 25 mètres.

Meunier : Comme une nouvelle preuve de sa domination dans la hiérarchie actuelle des arrières droits du PSG, le Belge était encore titulaire et il a donné pleinement raison à son coach. Ses montées, toniques et répétées, ont contribué à faire exploser le couloir gauche marseillais, et il a globalement très bien contenu Payet. En jambes, il a participé à la fête en délivrant le centre parfait pour Draxler, arrivé lancé au deuxième poteau pour le 4-0. Indiscutable et indiscuté.

Marquinhos : Il a parfaitement lancé son match en catapultant dans les buts la remise de son partenaire de l'axe de la défense dans les buts de Pelé pour l'ouverture du score, dès la 6ème minute. Impeccable et agressif tout du long dans son duel avec l'impuissant Njie, il a régné en maître. Ses relances pour le côté droit ont souvent fait mouche, à l'image de celle pour Meunier sur le but de Draxler.

Thiago Silva : De retour dans le onze de départ, il a offert l'ouverture du score à son jeune compatriote sur un coup-franc qui sentait bon le travail répété à l'entraînement. Très bon et hyper impliqué à la relance tout du long, il a évolué plus haut qu'à l'accoutumée et a permis à son bloc équipe se se fixer haut sur le terrain. Un très bon signe de confiance et un plaisir de le revoir en forme.

Kurzawa : Celui qui s'avoue toujours diminué par sa pubalgie n'en a rien laissé paraître sur la pelouse du Vélodrome. En mal de complémentarité avec ses partenaires à gauche dernièrement, on l'a vu très complice avec Pastore pendant près d'une heure et leur entente est à l'origine du 3ème but. Volant sur son couloir gauche, appliqué techniquement et présent dans les airs dans la surface adverse, il n'aura manqué qu'un but ou une passé décisive pour valider son très bon match. Il se contentera d'une avant-dernière passe sur le but de Lucas.

Rabiot : Le petit (mais grand par la taille) génie du milieu de terrain n'en finit plus de surprendre à ce poste de milieu de terrain devant la défense. Encore prompt à permuter avec ses coéquipiers, il a dominé le milieu adverse physiquement et a offert des solutions permanentes dans les sorties de balle des siens. Encore un match majuscule pour un joueur à la recherche de ses limites.

Verratti : L'Italien aime à se surpasser dans ce type de matchs et il a offert un nouveau récital en terre ennemie. Au coeur d'un PSG très équilibré collectivement, il a joué un grand rôle sans se montrer écrasant, touchant moins d'un ballon par minute, une rareté en Ligue 1. Il les a pour autant quasiment tous bonifiés et il s'est même offert une passe décisive sur une remise pour Matuidi sur le 5-1. Seul bémol : son jaune pour une main qui va lui valoir une suspension dans quelques jours à Lorient.

Matuidi : L'ancien Troyen est lui aussi souvent très bon au Vélodrome, et au-delà de sa passe décisive et de son très joli but final, il a réalisé une prestation pleine de générosité. Simple dans l'utilisation du ballon, il n'a pas ménagé sa peine au pressing. Mention spéciale pour ses efforts tout du long des 55 minutes de présence de Pastore, pendant lesquels il a souvent couvert bien plus que sa zone par ses replis et sa faculté à casser les lignes de passes adverses.

Lucas : Le Brésilien n'a pas toujours eu toute la justesse attendue dans ses choix, mais son activité a eu le mérite de faire exploser l'adversaire sur son côté, au point de provoquer la sortie d'un Evra KO à la mi-temps. Excellent tireur de coup de pieds arrêtés ce soir, certes face à une défense adverse amorphe, il a définitivement clos le suspense en inscrivant le but du 3-0 après le repos. Remplacé par un Di Maria discret pour les vingt dernières minutes.

Pastore : Surprise du onze de départ du coach parisien, il a d'abord été un peu chahuté dans l'impact et pas toujours à l'aise à gauche, mais ses dézonages ont fait beaucoup de mal à l'OM et c'est dans l'axe qu'on l'a retrouvé pour une merveille de décalage en une touche pour Cavani sur le 2-0. Libéré, sa justesse a fait beaucoup de bien et il s'est permis quelques gestes dont il a le secret, comme son subtil décalage en coup du foulard sur le troisième but. Un très bon match, et il semble pouvoir encore tellement mieux. Un Draxler un peu malade mais vite buteur pour le 4-0 l'a remplacé à la 55ème minute. L'Allemand avait des jambes mais il lui aussi été averti pour une obstruction.

Cavani : L'ancien de Naples a inscrit son 26ème but en 27 matchs de Ligue 1 d'un subtil piqué devant Pelé, suite à un superbe appel à la limite du hors-jeu. Il a lui aussi beaucoup participé au travail de pressing collectif et ses progrès dans le jeu se sont encore confirmés. Il n'aurait pas craché sur un doublé et on l'a vu gourmand sur une tentative de lob ou une belle frappe de loin à la 68ème, hélas pas cadrée. Remplacé pour dix minutes par Ben Arfa.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

mardi 12 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux