Article 

PSG/Bayern (0-1), les performances individuelles

Publié le lundi 24 août 2020 à 4:18 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné sur la plus petite des marges en finale de la Ligue des champions face au FC Bayern, retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Navas : Finalement titulaire, le Costaricien va vite être sollicité sur du jeu au pied et montrer que sa cuisse tient bon, même s'il sera dans l'ensemble assez peu précis au moment de dégager. Il va en revanche être plutôt performant en termes d'arrêts avec une grosse parade sur une tête de Lewandowski à bout portant ou encore un centre puissant de Gnabry qu'il capte au sol juste avant la pause. Il n'aura aucun arrêt réel à faire en seconde période mais doit s'incliner sur le but bavarois, sans être spécialement responsable pour autant.

Kehrer : Opposé au feu follet Coman, sa partie ne va pas être simple mais il va dans l'ensemble plutôt bien s'en sortir au cours de la première demi-heure, ne laissant pas la flèche bavaroise prendre de la vitesse. Il perd un premier duel par la suite puis surtout un juste avant la mi-temps où il s'en sort bien quand l'arbitre ne siffle pas penalty. Plus en difficulté après la pause alors qu'il est de plus en plus isolé face aux vagues rouges, il est aussi impliqué sur le but puisque, de façon logique, il choisit d'aller marquer Lewandowski plutôt que Coman sur le centre de Kimmich alors qu'il devait gérer deux joueurs. La sortie de Coman lui permet de respirer un peu et il réussit par exemple un gros retour sur Lewandowski en toute fin de match. D'un point de vue offensif, il a bien tenté d'apporter de façon régulière, provoquant même un avertissement, mais son niveau technique irrégulier lui a joué des tours et l'a empêché de faire mieux. A l'heure du bilan, dur d'y voir un match positif mais tout n'est pas à jeter vu les circonstances et sa rencontre, à l'image de sa saison, a surtout manqué de continuité.

Thiago Silva : Pour ce qui était très probablement sa dernière avec le maillot parisien, le capitaine avait mis un point d'honneur à finir en beauté et il a signé une belle partie, même si tout ne fut pas parfait. Bien présent d'entrée face aux vagues rouges, il se montre souvent bien placé et attentif en toutes circonstances avec des interventions et anticipations bien senties. Sa seconde période est légèrement moins bonne et il n'est pas très clair sur le but allemand, sortant à contre-temps de sa défense au point de laisser Kehrer face à deux joueurs dans un second temps. Il sera aussi averti en fin de match après s'être sacrifié pour arrêter Lewandowski. A l'image de son équipe, le capitaine aura eu du mal sur la durée.

Kimpembe : Sa paire avec Thiago Silva a dans l'ensemble fait le travail et le Français a même assez peu de choses à se reprocher. Il va se montrer appliqué et précis dans ses interventions en général, aussi bien avant qu'après la pause avec notamment un superbe sauvetage à l'heure de jeu. Possiblement frustré de ne pas toujours avoir un adversaire direct comme il aime tant, il va aussi parfois sortir de sa défense pour intercepter, réussissant dans son entreprise la majeure partie du temps malgré une ou deux tentatives à contre-temps. Dans la relance, il a été très sollicité et a dans l'ensemble répondu présent. 

Bernat : Face à son ancienne équipe, il a montré qu'il valait bien mieux que lors de ses derniers matches en Bavière, même s'il sort sur blessure comme trop souvent quand il portait le maillot adverse. Dans l'ensemble saignant et fiable dans les duels, il va en gagner la majeure partie et va éteindre Gnabry sur son aile. Parfois un peu visé sur des ballons longs dans son dos, il est aussi trop loin de Lewandowski lorsque celui-ci touche le poteau. Offensivement, on l'a en revanche très peu vu, ce qui peut aussi être considéré comme une consigne.

Kurzawa l'a remplacé pour la fin de match et il s'est vite montré dans le ton au niveau de l'impact mais a fait dans l'ensemble bien trop de fautes.

Marquinhos : Encore une fois milieu défensif, c'est peu dire que le vice-capitaine a tout donné jusqu'au bout, ses courses pour récupérer le ballon s'étalant jusque dans les dernières secondes de la partie. Il aura dans l'ensemble couvert une sacrée zone pour aider ses partenaires, en plus de s'insérer de façon régulière en défense pour compenser les sorties de Kimpembe ou le surnombre offensif adverse. S'il a dans l'ensemble tenu son rang défensivement, il a en revanche été bien trop insuffisant avec le ballon à l'exception d'une belle passe vers Mbappé sur la première occasion de Neymar. Il va aussi solliciter Neuer sur une belle incursion mais bute sur le phénomène. Une finale incomplète au final, à l'image de beaucoup de ses matches à ce poste depuis quelques mois.

Herrera : Le milieu espagnol va encore apparaître comme l'un des baromètres de l'équipe parisienne, tout particulièrement avant la pause. Alors qu'il va signer quelques passes qui vont mettre en difficulté ses partenaires autour de lui, il est aussi celui qui permet à Di Maria puis surtout Mbappé de se retrouver en très bonne position, signe d'une présence offensive alternative. Défensivement, il va être très utile durant une bonne part du match mais baisse de régime peu à peu en seconde période, laissant Kehrer trop seul. Il disparaît aussi complètement du jeu avec ballon à cet instant du match, signant une deuxième période bien faiblarde après avoir été le connecteur attendu et décisif entre le milieu et l'attaque parisienne dans le premier acte.

Draxler l'a remplacé en fin de rencontre et, après quelques duels aériens où il s'est montré, il a complètement disparu de la partie dans un rôle de milieu offensif droit qu'il n'affectionne guère.

Paredes : Sa perte de balle d'entrée sur un pressing adverse laissait craindre le pire mais tout n'a pas été mauvais dans le match de Paredes. Dans le bon, il faut notamment souligner quelques passes incroyables qui créent des occasions à partir de rien, notamment une à destination de Mbappé à l'entrée de la surface qui n'en fera pas grand-chose. L'Argentin va malgré tout avoir du mal à peser vraiment dans le jeu et il disparaît un peu après une vingtaine de minutes. Il va bien tenter de se donner défensivement mais ce n'est pas sa tasse de thé et on le voit être dépassé sur le but adverse. Averti pour avoir tenté de venger Neymar, il va assez logiquement sortir en premier.

Verratti l'a remplacé pour la fin de match et il a bien tenté de mettre le pied sur le ballon ou d'ajouter un peu de liant dans le jeu parisien mais il ne va que très partiellement y parvenir, semblant bien loin de son meilleur niveau malgré de la bonne volonté. Signe d'une forme incertaine, il ne s'est guère montré inspiré dans ses choix.

Di Maria : Positionné face à la fusée Davies, il va avoir du mal à être trouvé dans de bonnes conditions par ses partenaires sur ses premiers ballons et se retrouve alors obligé de tenter des gestes techniques très compliqués. Les quelques montées de Kehrer lui offrent un soutien apprécié qui vont lui permettre d'exister un peu plus dans le jeu, outre son occasion loupée du droit. Moins autosuffisant que d'habitude malgré tout, il va alterner entre les deux ailes après la pause et apparaît en quelques très rares occasions : un avertissement provoqué par-ci, une belle passe pour Marquinhos par-là, mais un bilan franchement pas très positif sur la durée du match.

Choupo-Moting l'a remplacé sur la fin et il a apporté un peu de présence haut sur le terrain malgré quelques mauvais choix. Plus ennuyeux, son occasion ratée dans les dernières minutes où il semblait y avoir mieux à faire.

Mbappé : Après des débuts discrets, il entre peu à peu dans la partie et fait parler sa vitesse, devenant rapidement une menace pour le Bayern. Outre sa percussion, c'est notamment lui qui donne quelques bons ballons à Neymar, dont celui forçant Neuer à son incroyable premier arrêt, mais sa partie bascule juste avant la pause avec un loupé devant le but dont il ne va jamais se remettre. Sa seconde période est un long calvaire, bien qu'il change régulièrement de position et, s'il va tenter jusqu'au bout, il ne va plus apporter grand-chose à l'exception d'un contact un peu douteux dans la surface sur un dribble. Annoncé comme une possible arme fatale, il n'aura finalement que tué les espoirs des siens avec cette énorme occasion ratée juste avant la pause.

Neymar : L'homme fort du PSG dans ce Final 8 va conclure sa compétition sur une finale ratée. Isolé en pointe et trop loin des autres, il ne va jamais réussir à se mettre dans le bon sens contrairement aux derniers matches où il était pourtant dans le même rôle. Mieux cerné par des Bavarois qui ne l'ont jamais ménagé ni laissé faire, il va peu à peu perdre le fil de sa partie, s'excentrant ou décrochant pour exister un peu mais sans créer le moindre danger. Le Brésilien va aussi avoir quelques occasions mais il ne convertira pas plus que ses partenaires. Plus libre en seconde période, il ne va rien faire de cette position moins axiale et va au contraire totalement se perdre dans des dribbles ratés et des fautes techniques inhabituelles tout au long du second acte et on ne le revoit même qu'au moment où il est tout proche de trouver Choupo-Moting en fin de partie. Attendu comme l'homme qui devait emmener Paris au sommet de l'Europe, Neymar s'est complètement loupé dans cette finale mais Paris ne l'aurait probablement jamais atteinte sans lui non plus. Comme le PSG, il faudra faire mieux lors d'une prochaine tentative...

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

mardi 12 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux