Article 

PSG/Rennes (2-2, 5-6 t.a.b.), les performances individuelles

Publié le dimanche 28 avril 2019 à 5:09 par Philippe Goguet
Le PSG s'est incliné 5-6 lors de la séance des tirs aux buts de la finale de la Coupe de France 2019 après avoir pourtant mené 2-0. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Areola : D'abord sollicité au pied par ses partenaires pour contrer le pressing adverse et globalement plutôt propre dans ce domaine, il voit ensuite son poteau le sauver puis Kimpembe le crucifier de façon improbable. Il repousse bien la tentative puissante de Bourigeaud à 2-1 mais s'incline quelques minutes plus tard sur la tête décroisée imparable de Mexer. Nullement sollicité par la suite, il signe en revanche une séance de tirs au but de piètre qualité alors que c'est censé être l'un de ses points forts. Cinq contre-pieds subis en six tirs, un dernier pas spécialement bien tiré qu'il ne touche pas et le sentiment que le gardien parisien a encore signé un match terriblement facultatif.

Dagba : Pas vraiment prévu comme titulaire comme l'a expliqué Thomas Tuchel après le match, le moins expérimenté des joueurs parisiens aura pourtant réussi un vrai bon match dans un rôle de stoppeur droit quand son équipe avait le ballon et d'arrière droit quand elle ne l'avait pas. Logiquement sage offensivement malgré quelques rares montées et efficace avant tout dans ses passes, c'est surtout défensivement qu'il va faire le boulot. Outre deux bons retours face à Niang et Bensebaini en première période, il va globalement très bien gérer son duel face à Bourigeaud, allant même jusqu'à réussir un gros sauvetage devant l'ailier rennais juste avant l'égalisation. Dur de lui reprocher quoi que ce soit, même s'il n'est pas bien net sur ce corner étrangement défendu par son équipe. Diaby l'a remplacé pour le dernier quart d'heure et il est entré côté gauche avant de ressortir juste avant la fin sans avoir fait la moindre différence. Nkunku l'a étrangement remplacé dans les dernières secondes et il s'est signalé en ratant complètement son penalty.

Marquinhos : Le capitaine parisien a dans l'ensemble tenu la baraque en l'absence du capitaine Thiago Silva et il l'aura donc plutôt bien remplacé dans ce rôle de patron défensif. Dans son duel avec Niang et comme Thiago Silva en L1 en janvier, il n'aura pas toujours eu le dessus puisqu'il est par exemple largement dominé par le puissant avant-centre quand celui-ci trouve le poteau mais Marquinhos est tout de même sorti vainqueur des duels les opposant plus souvent que le Rennais. C'est notamment dans les airs qu'il a dominé son adversaire direct. Dans la relance, il a fait le métier sans spécialement se mettre en avant.

Kimpembe : Parfois visé par le pressing adverse en début de match, il s'en sort alors plutôt bien et claque quelques jolies passes de relance vers l'avant. Alors que Rennes entre peu à peu dans la partie, il se signale d'abord par une faute complètement inutile sur Sarr puis marque ce but contre-son-camp où sa mauvaise lecture du jeu et son manque de maîtrise sur son geste sont flagrants. Sans opposant fixe durant la majeure partie du match, il n'aura pas grand-chose à faire et s'en acquittera sans briller spécialement mais son but change la face du match et il porte une lourde responsabilité dans cet échec.

Bernat : L'Espagnol avait droit à un rôle assez bâtard côté gauche : milieu quand son équipe avait le ballon et défenseur le reste du temps. Il va s'en acquitter de façon convenable même si c'est surtout après la pause qu'il va un peu attaquer et montrer de la présence sur son aile. Il aura en revanche eu bien du mal dans ses centres mais ses partenaires étaient bien durs à trouver dans la défense adverse. D'un point de vue défensif, il a régulièrement souffert du manque de repli de Neymar mais il a aussi montré des lacunes dans les duels. Il se fait par exemple déposer sur le but du 2-1. A assuré durant les tirs au but.

Verratti : Finalement bel et bien titulaire, l'Italien va même jouer les 120 minutes de la partie et se sera donné jusqu'au bout malgré une impression visuelle qui laisse à penser qu'il était loin d'être à 100%. Généreux défensivement comme toujours malgré un avertissement très douteux et une nouvelle fois bien vite reçu, c'est dans la distribution du jeu qu'il va montrer des limites inhabituelles. Moins génial, moins précis, il va souvent se contenter d'une distribution efficace mais qui ne lui ressemble pas totalement malgré quelques jolies passes, souvent vers le côté droit. Dommage en revanche de le voir s'effacer autant devant Neymar alors que le Brésilien n'avait pas forcément les jambes pour aller aussi bas sur le terrain chercher les ballons. Pas un mauvais match pour le petit Hibou, mais aussi l'impression qu'il n'a pas été utilisé de la meilleure manière possible aussi bien en raison de ses limites du soir que des choix qu'il a parfois faits. 

Draxler : Titulaire un peu surprise dans l'axe du milieu du terrain, l'Allemand va signer un bon début de match, assurant face au pressing tout en jouant avec habileté et dans le sens du jeu pour construire. Défensivement, il est aussi présent, à l'image du ballon qu'il intercepte et aboutira à la première grosse occasion loupée de Mbappé, mais son match bascule à 2-0 alors qu'il gâche une balle de but d'une frappe sans conviction. Il disparaît déjà un peu avant la mi-temps puis complètement ensuite. Il se contente alors de passes qui n'aident en rien son équipe et ralentissent seulement le jeu. Sa seconde période est une lente agonie et Tuchel le remplace finalement par Cavani pour la prolongation. L'Uruguayen va être très peu trouvé par ses partenaires, si ce n'est sur de rares ballons dans la surface qu'il n'exploite pas très bien, et il joue aussi mal une action avec Neymar devant la surface. Il assure en revanche son tir au but, le premier des Parisiens.

Dani Alves : Placé dans le couloir droit de façon très claire, le Brésilien va être l'homme de la première période puisqu'il est dans tous les bons coups : un centre parfait pour Neymar pour débuter, une ouverture du score superbe, l'interception qui lance le 2-0 et une frappe qui lui fait frôler le doublé juste avant la pause. Il est forcément un peu moins en vue après la mi-temps même s'il donne une nouvelle balle de but à Mbappé et se signale par quelques centres intéressants mais son impact général sur le match va en décroissant. De plus en plus isolé au fur et à mesure du match, il peine logiquement à apporter plus. Propre sur son tir au but.

Neymar : Le génial Brésilien aura finalement joué 120 minutes pour sa première titularisation depuis plus de trois mois et son match est forcément à lire par le prisme de ce physique encore insuffisant. Défensivement, Neymar ne va ainsi pas proposer grand-chose pour aider Bernat mais l'essentiel était ailleurs, notamment avec le ballon. La première période du Brésilien est ainsi très réussie malgré un raté initial puisqu'il est tour à tour passeur puis buteur avec des gestes parfaitement exécutés. S'il affiche alors un volume de jeu loin de ce qu'il peut produire, il s'intègre peu à peu dans le jeu et est intéressant. Bien plus en vue après la pause, il prend alors totalement le jeu du PSG à sa charge, montrant une capacité physique inattendue, et il se retrouve au milieu de toutes les offensives. Il donne alors quelques ballons de buts, notamment à Mbappé, mais s'épuise à devoir tout faire, et même probablement trop faire vu que ses coéquipiers s'effacent totalement devant lui. Il finit logiquement le match complètement cuit mais assure sur le pourtant périlleux cinquième tir au but parisien. Dur de lui demander plus vu tout ce qu'il a donné.

Di Maria : Directement relancé dans le onze de départ par Thomas Tuchel, l'Argentin va mettre un certain temps à rentrer dans son match mais il offre malgré tout deux ballons de buts dans les 20 premières minutes. Et si Mbappé ne convertit pas son offrande, Neymar ne se prive pas pour scorer le but du break. Comme le Brésilien, l'Argentin va afficher un volume de jeu alternatif avant la pause mais ne va en revanche jamais vraiment monter en puissance après le repos. Les nombreux coups qu'il a reçus et ont peu été sanctionnés l'expliquent peut-être, le manque de rythme très probablement aussi. Paredes va le remplacer pour ce qui seront finalement les 45 dernières minutes et il va offrir une prestation à l'image de ce qu'il propose depuis son arrivée. Des touches de balle en pagaille, quelques jolies passes mais aussi deux tacles bien sauvages dont l'un lui vaudra un carton jaune bien mérité. Il va au moins assurer sur son tir au but mais le bilan n'est pas très folichon.

Mbappé : Titulaire après avoir été incertain jusque dans l'après-midi, le génie français est très clairement passé à côté de sa finale. Dans le jeu, il va pourtant se montrer intéressant en appui en début de partie mais sa partie va complètement se déliter peu à peu, avec en fil rouge ces énormes occasions gâchées qui valent si cher à l'heure de faire le bilan. Celui qui est en lutte pour le Soulier d'Or va vendanger pas moins de quatre occasions très franches, plus une autre où il joue mal le coup avec un centre raté pour Neymar. C'est bien trop et il ne s'est pas rattrapé dans le jeu, étant de plus en plus dur à trouver au fur et à mesure que le match avance. Il conclut cette partie complètemente raté par une expulsion pour un bien vilain geste qui pourrait bien avoir sonné le glas de sa saison avec le PSG étant donné que la suspension promet d'être lourde vu son casier de récidiviste. Vu le match du soir, un long repos ne lui fera pas de mal.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

mercredi 05 mai

mardi 04 mai

lundi 03 mai

dimanche 02 mai

samedi 01 mai

vendredi 30 avril

jeudi 29 avril

mercredi 28 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux