Article 

Jeu long, polyvalence, sale boulot, etc, retour sur la saison de Marquinhos

Publié le mardi 14 juillet 2020 à 19:40 par Thibaut Brossard
Nous poursuivons notre revue d’effectifs des joueurs parisiens avec Marquinhos. Le Brésilien a alterné toute la saison entre les postes de défenseur central et de milieu de terrain. Cela n’a pourtant pas affecté ses prestations qui en font l’un des hommes de confiance de Thomas Tuchel. Retour en chiffres sur l’excellente saison du vice-capitaine du PSG.

On a aimé

Il a la meilleure évaluation Whoscored des défenseurs centraux

Avec une évaluation de 7.19 en Ligue 1 selon le site spécialisé, il domine l’ensemble des défenseurs centraux de l’effectif.

Le site spécialisé le classe même au sixième rang de tout l’effectif parisien pour ses performances en Ligue 1.

Selon l’algorithme de Whoscored, il fut même encore meilleur au milieu qu’en défense : 7.23 contre 7.10. Ce constat est également vrai en Ligue des Champions (7.25 contre 6.89).

Ses meilleurs matches en championnat selon Whoscored ? Face à Bordeaux (9.61) où il marque deux fois, à St Etienne (8.02) où la paire qu’il a formée au milieu avec Paredes a bien fonctionné, et face à Toulouse où il marque de la tête.

Le plus offensif des défenseurs centraux

Avec 11 tirs en tout en Ligue 1, soit 0.67 tirs toutes les 90 minutes, il est le défenseur central qui a le plus tenté sa chance.

Ça lui a d’ailleurs réussi puisqu’il a inscrit trois buts, deux contre Bordeaux et un contre Toulouse (de la tête). C’est la troisième saison, sur les sept passées dans la capitale française, que Marqui inscrit trois buts en championnat.

On remarquera au passage qu’il a légèrement « surperformé » par rapport au modèle statistique puisqu’il cumule 2.37 expected goals en championnat (source : understat.com).

8 de ses 11 tirs sont en fait des têtes, ce qui en fait le 3ème Parisien le plus dangereux dans cet exercice en Ligue 1, derrière Icardi (10) et Cavani (9), deux spécialistes.

A ces 3 buts en championnat, on peut ajouter une passe décisive : lors de la dernière journée de Ligue 1 disputée, face à Dijon, son tir du gauche un peu raté se transforme en offrande pour Sarabia qui fusille Runarsson. Il est le seul défenseur central, avec Diallo, à avoir signé une passe décisive en championnat cette saison.

Son bilan de 3 buts et 1 passe décisive le positionne donc largement au sommet de la hiérarchie des défenseurs centraux cette saison en championnat puisque seul Kouassi a également inscrit au moins un but.

Qu’il fasse proprement le sale boulot

Dans toutes les équipes, il faut des travailleurs de l’ombre. Des joueurs plus laborieux qui se mettent au service des stars qui elles marquent et accaparent la lumière. Marquinhos, notamment en acceptant de jouer au milieu de terrain, endosse quelque part ce rôle. C’est le plus souvent lui qui comble les espaces, rattrape les coups, assure les compensations nécessaires. Bref, il se sacrifie pour l’équipe.

Plusieurs de ses stats en témoignent : quand il est positionné au milieu de terrain, il est le joueur qui récupère le plus de ballons. En moyenne sur la saison de Ligue 1, Kimpembe est devant lui. Mais sur ses stats de milieu de terrain, c’est Marquinhos le meilleur « ratisseur » de l’équipe (8.8 par 90 minutes).

On voit d’ailleurs avec le graphique ci-dessous qu’il récupère davantage de ballons quand il est positionné au cœur du jeu qu’en défense centrale, et ce quelle que soit la compétition.

C’est en tant que milieu de terrain qu’il réalise ses meilleures performances en terme de ballons récupérés : 14 face à Nantes début décembre, puis 13 à St Etienne onze jours plus tard.

Faire le « sale boulot » implique aussi parfois de faire des fautes dites « utiles ». Et là aussi, au milieu de terrain en particulier, Marqui a donné de sa personne. Lui qui jamais dans sa carrière n’avait commis plus d’une faute toutes les 90 minutes, a tourné en moyenne, en tant que milieu de terrain à 1.9 en Ligue 1 (contre 0.5 en défense).

15 des 19 fautes qu’il a commises en championnat l’ont été en tant que milieu de terrain, soit 79 % des fautes, alors qu’il a joué autant de temps dans les deux positions.

Le plus fort, c’est que le Brésilien a réussi à commettre toutes ces fautes (il est 7ème de tout l’effectif parisien sur la saison) en prenant un seul avertissement (à Bordeaux). Un ratio de 1 carton jaune pour 19 fautes à faire pâlir d’envie Verratti (1 carton toutes les 4.3 fautes) et surtout Kimpembe (1 carton toutes les 2.7 fautes).

Sa force c’est de n’avoir jamais abusé : pas un match à plus de 4 fautes par exemple (face à Nîmes en début de saison).

Si Verratti avait le même ratio de carton jaune/faute commise, il n’aurait reçu que 2 cartons jaunes et non pas 6 par exemple !

L’utilisation du jeu long

Il est le joueur du PSG qui a réussi le plus de passes longues cette saison en Ligue 1 (73).

Ramené à 90 minutes, Paredes en réussit plus que lui (6.5 contre 4.5) mais Marquinhos reste le défenseur central le plus prolifique dans ce secteur de jeu qui fait souvent défaut au PSG.

Son taux de réussite dans l’exercice (76 %) est excellent et en très sérieuse augmentation par rapport à la saison passée (64 %).

Il en a tenté autant de sa position de défenseur central qu’au milieu de terrain mais a logiquement connu une bien meilleure réussite dans une position plus reculée (82 % contre 70 %).

Lors du match à Metz fin août, il s’est lancé dans un véritable « clinic » avec pas moins de 14 transversales réussies sur 16 tentées. Aucun Parisien n’en tentera, ni n’en réussira autant, sur un match au cours de la saison. Ce jour-là, plus de 15 % de ses passes étaient du jeu long (contre 7 % en moyenne sur la saison).

Pour l’anecdote, ses 73 passes longues réussies en font le 1er du PSG dans cet exercice, mais seulement le 36ème de toute la Ligue 1 (hors gardiens). C’est dire si cette arme ne fait pas partie de l’arsenal du PSG.

(Presque) aussi bon que Thiago Silva en défense

La question agite les mercatos parisiens et les plateaux télés depuis quelque temps déjà et va encore durer : Marquinhos peut-il prendre la succession de Thiago Silva en tant que patron de la défense du PSG ?

Il semble que défensivement le benjamin des deux a encore des choses à apprendre de son aîné. Nous avons cherché à comparer les stats des deux joueurs cette saison en Ligue 1, en ne conservant que les matches où Marquinhos a joué en défense.

Le vice-capitaine reste en retrait de son capitaine mais la différence est minime en terme de stats défensives. Il le domine même en terme de nombre de tacles réussis (mais avec un moins bon pourcentage) et d’interceptions.

Il a livré des parties d’excellente facture dans cette position : sans compter le match de Ligue des Champions face à Dortmund (où Silva était absent), on peut notamment retenir la rencontre face à Bordeaux où il passe en défense suite à la blessure de Thiago Silva justement. Outre ses deux buts, il y réalisera une très bonne prestation. On retrouve un peu d’ailleurs le même scénario face à Amiens : son passage en défense centrale correspond à sa montée en puissance dans cette rencontre où il s’est comporté en patron… notamment suite à la sortie sur blessure de son capitaine !

Faut-il voir dans ces signes de simples coïncidences ou le signal d’un vrai changement de leadership au PSG ?

On a moins aimé

Les aller-retour entre la défense et le milieu imposés par Tuchel

Sur les 27 matches disputés en Ligue 1 et Champions League, il en a joué quasiment autant en défense (13) qu’au milieu (14). En outre, il n’a jamais vraiment pu avoir de continuité sur un poste puisqu’il a sans cesse alterné au cours de la saison entre les deux positions (jamais plus de 5 matches de suite à un poste).

Les duels perdus

Les performances de Marquinhos en terme de duels sont contrastées. Il aime la bagarre, cela se voit. Que ce soit au milieu de terrain (11.6 duels/90 minutes) ou en défense centrale (8.8), il ne se cache pas et est très sollicité, notamment dans le jeu aérien. Il est d’ailleurs le joueur qui a disputé et gagné le plus de duels aériens depuis le début de saison (37/74).

Mais il ne ressort pas vainqueur aussi souvent qu’attendu, notamment au milieu de terrain : même pas une fois sur deux. C’est moins bien que la totalité des milieux de terrain de l’effectif parisien. Le constat est globalement similaire en défense : son taux de réussite dans les duels le situe tout en bas dans la hiérarchie des défenseurs centraux du PSG.

Une partie de l’explication de ces taux assez moyens vient du nombre de batailles aériennes disputées : 74 des 167 duels joués sont des défis de la tête. Or, malgré sa formidable détente, Marquinhos n’est pas un extraordinaire joueur de tête. Il ne mesure d’ailleurs qu’1.83 m. Or, c’est souvent lui qui est au marquage des grands gabarits adverses, souvent plus grands et plus costauds que lui, que ce soit en défense (ou Thiago Silva préfère sagement rester en couverture) ou au milieu (où Gueye, Paredes et surtout Verratti ont du mal à exister dans le jeu aérien).

Marquinhos est certes le joueur de l’effectif avec le plus de duels aériens disputés mais son taux de succès dans cet exercice n’a rien d’extraordinaire. Ils sont déjà 8 à faire mieux que lui parmi les joueurs ayant disputé au moins 10 duels (le meilleur étant Kouassi avec 76 %).

Les stats match par match nous disent que c’est notamment face à Toulouse en début de saison qu’il a connu des difficultés (1 duel aérien sur 4 gagné) où il avait notamment été dominé par Saïd à deux doigts de marquer sur le coup (mais Marquinhos avait marqué sur corner peu après).

Beaucoup de questions et toujours pas de réponses définitives concernant Marquinhos : est-il meilleur au milieu ou en défense ? Les stats de cette saison penchent du côté du milieu mais l’écart n’est pas significatif. Peut-il prendre la succession de Thiago Silva ? Il semble avoir encore des choses à apprendre dans le domaine défensif tant O Monstro est une référence dans ce domaine mais a montré face à Dortmund notamment qu’il pouvait assurer lors de grands rendez-vous. Bref, si Marquinhos a encore rendu de nombreux services à son coach et à l’équipe cette saison, on n’en sait en revanche pas beaucoup plus sur sa capacité réelle à assurer la succession de Thiago Silva. Réponse en 2020-2021 ?

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

mardi 20 octobre

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

jeudi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux