Article 

L'ADAJIS veut rencontrer la préfecture et qu'elle se positionne

Publié le samedi 15 octobre 2016 à 12:20 par Philippe Goguet
Alors que des membres du Collectif Ultras Paris (CUP) ont été refoulés avant PSG/Bordeaux et pourraient encore l'être à l'avenir, l'ADAJIS souhaite rencontrer la préfecture afin d'évoquer ce souci.

Le retour des supporters ultras face à Bordeaux (2-0) le 1er octobre dernier s'était bien passé en tribunes mais beaucoup moins à l'entrée du Parc des Princes puisque six des leaders du Collectif Ultras Paris (CUP) s'étaient vus refuser l'entrée sur ordre de la préfecture. Cette semaine, lors d'une réunion avec le PSG, le CUP a eu la confirmation que cela pourrait de nouveau arriver à l'avenir, enclenchant un retour en arrière concernant les ultras au Parc des Princes. 

«On voudrait que la préf nous rencontre et nous donne clairement sa position. On parle de 16 personnes quoi (d’un air incompréhensif) ! »

Pour Yahoo Sport, le porte-parole de l’Association de Défense et d'Assistance Juridique des Intérêts des Supporters (ADAJIS) a fait le point et expliqué la situation actuelle : «Les discussions sont en cours, il est hors de question que nous supporters, soyons dans l'illégalité. Il faut voir tous ensemble avec la préfecture pour connaitre sa position car elle dit oui pour un test d’un côté mais non à certaines personnes de l’autre. Aujourd'hui, nous avons besoin que la préfecture se positionne clairement. [...] Nasser Al-Khelaifi veut que ça avance. On voudrait que la préf nous rencontre et nous donne clairement sa position. On parle de 16 personnes quoi (d’un air incompréhensif) ! Ce que nous disons au pouvoir public c'est qu'on ne va pas prendre de risques tant que les conditions ne sont réunies.»

Le porte-parole de l'ADAJIS explique notamment les prochaines étapes : «Nous allons écrire à la préfecture et au ministère de l'Intérieur pour voir s'il y a vraiment un refus concernant certaines personnes et connaitre la position de la préfecture. Un courrier a déjà été envoyé à la direction du PSG leur expliquant leur point de vue et pourquoi nous n’avons pas voulu pas prendre de risque avant d'avoir un cadre.» Du côté de l'avocat de l'ADAJIS Pierre Barthélemy, on confirme aussi que la préfecture a les cartes en main : «Nous attendons un retour de la préfecture pour savoir clairement ce qui va pouvoir se faire.» Il reste toutefois confiant quant à l'avenir : «Cela va se régler mais il faut être patient.»

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

lundi 26 octobre

dimanche 25 octobre

samedi 24 octobre

vendredi 23 octobre

jeudi 22 octobre

mercredi 21 octobre

mardi 20 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux