Article 

Ceferin prêt à laisser dépenser les clubs européens, mais pour l'instauration d'un système de solidarité

Publié le dimanche 30 mai 2021 à 20:19 par Arthur Verdelet
Aleksander Ceferin, dirigeant de l'UEFA, a commencé à livrer quelques éléments de son projet de refonte du fair-play financier. Des mesures qui devraient impacter le PSG, l'un des clubs les plus dépensiers de la dernière décennie.

Au sein d’un long entretien accordé à L’Équipe à l’occasion de la finale de Ligue des Champions, Aleksander Ceferin, président de l’UEFA, a pu s’épancher sur différents sujets dont son très attendu projet de réforme du fair-play financier. Le Slovène souhaiterait laisser les clubs tels que le PSG dépenser plus afin d’augmenter la compétitivité des compétitions européennes, tout en n’écartant pas la mise en place de nouveaux outils de régulation.

Le patron de l’instance européenne du football dévoile les grandes lignes de sa vision : « Il faut évidemment laisser les investisseurs venir dans le football, ce qu'ils font d'ailleurs déjà. Mais aussi assurer la compétitivité entre les clubs. Ce n’est pas du populisme ou de la politique. C’est simplement veiller à ce que nos compétitions restent intéressantes. Si ce sont toujours les mêmes équipes qui gagnent, cela va devenir ennuyeux. Nous pensons très sérieusement à instaurer une luxury tax. »

Un système déjà en place dans les différentes ligues américaines et permettant de limiter les dépenses des clubs, de sanctionner financièrement les contrevenants et de redistribuer l’argent aux autres clubs. « Il est très important de permettre de dépenser de l’argent. Mais il faut aussi une solidarité », résume Ceferin.

Pour finir, la mise en place d’une limite de joueurs détenus par les clubs et pouvant évoluer avec ces derniers en championnat le séduirait également, augmentant l’équité. « On le fait en Ligue des Champions. Les ligues nationales devraient le faire également. Les grands clubs qui ont énormément de moyens ne doivent pas pouvoir acheter des joueurs juste pour empêcher les autres de les avoir. Cela existe même en Slovénie, où les budgets sont entre 2 et 5 millions d’euros. Maribor encaisse 15 millions d'euros en Ligue des Champions et peut ensuite acheter tous les meilleurs joueurs et s’assurer ainsi d’être toujours champion… Cela arrive partout, pas juste en Slovénie. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

lundi 21 juin

dimanche 20 juin

samedi 19 juin

vendredi 18 juin

jeudi 17 juin

mercredi 16 juin

mardi 15 juin

lundi 14 juin

dimanche 13 juin

samedi 12 juin

vendredi 11 juin

jeudi 10 juin

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux