Article 

Les revenus 2015/2016 du PSG passés au crible

Publié le vendredi 20 janvier 2017 à 18:20 par Philippe Goguet
Le cabinet Deloitte a publié son étude annuelle sur les revenus des clubs de football pour la saison 2015/2016, plaçant le PSG en 6ème position à l'échelle mondiale, soit deux places moins haut que l’an passé. Retour sur cette étude et analyse.

Comme tous les ans à pareille période, le cabinet Deloitte a publié son étude sur les revenus des clubs de football et le PSG se place à une très honorable 6ème place avec 520,9M€ de revenus sur la saison 2015/2016, soit 40,1M€ de plus que la saison précédente et 49,6M€ que celle encore avant. Malgré cette légère augmentation, le PSG perd deux places au classement puisqu’il a été doublé par un FC Bayern qui est fortement reparti de l’avant après une année de baisse (de 474M€ à 592M€, soit +25% !) et un Manchester City qui passe de peu devant le PSG (524,9M€ contre  520,9M€, soit moins de 1% d’écart). De la bataille à la quatrième place avec le Bayern, Paris est donc passé à celle pour la cinquième avec City, mais nous reviendrons sur la hiérarchie européenne dans une seconde partie, après l’analyse sur la provenance des revenus du PSG.

Les revenus commerciaux toujours aussi importants pour Paris

La répartition des revenus parisiens sur la saison 2015/2016 a globalement peu changé avec des revenus commerciaux qui constituent toujours la plus grosse part des revenus globaux du club :

  • 305,3M€ de revenus commerciaux (soit 58%)
  • 123,1M€ de droits TV / « broadcasting » (soit 24%)
  • 92,5M€ de recettes de « jour de match » / « Matchday » qui regroupe la billetterie et les loges (soit 18%)

Pour la première fois depuis plusieurs années et l’arrivée de QSI, le PSG n’est plus le club de football n°1 dans le monde en terme de revenus commerciaux puisque le surpuissant Manchester United a repris son trône abandonné lors des saisons précédentes. MU s’est gavé de nouveaux contrats et gagne 363,8M€ avec ses revenus commerciaux. Le Bayern a également signé de nouveaux deals très juteux pour atteindre 342,6m€ de revenus de cette sorte et Paris est donc 3e avec ses 305,3M€. Le PSG devance donc des poids lourds comme le Barça (296,1M€), le Real Madrid (263,4M€) ou encore l’ensemble des clubs anglais hors MU (City, Chelsea, Arsenal, Liverpool, etc). Le contrat avec QTA pèse certes lourd mais la performance est à noter.

Paris n’atteint toutefois pas son excellent score de 2013/2014 et les 327,7M€ de l’époque mais l’écart est moindre (+8M€ par rapport à 2014/2015) et, surtout, la part des revenus commerciaux baisse. Pour la première fois, elle est sous la barre des 60% du total des ressources du club et se situe au même niveau que pour le FC Bayern, un mastodonte qui partage quelques points communs avec le PSG (surdomination nationale et droits TV modérés notamment). Il y a deux saisons, les revenus commerciaux représentaient 69% des recettes du seul club français présent dans le top 20 (l’OL est 24e).

Augmentation et rééquilibrage, une tendance qui se confirme :

Les recettes du PSG ont augmenté de près de 40M€ par rapport à la saison précédente et c’est bien logique vu que les trois sources répertoriées par Deloitte ont augmenté, chacune à leur rythme :

  • Recettes commerciales : de 297M€ à 305,3M€ soit 8,3M€ en plus (+2,8%)
  • Recettes dites « matchday » (billetterie, loges, etc) : de 78M€ à 92,5M€ soit 14,5M€ en plus (+18,6%)
  • Recettes issues des droits TV : de 105,8M€ à 123,1M€ soit 17,3M€ en plus (+16,4%)

Si les recettes commerciales restent plutôt stables, les deux autres sources sont en augmentation de façon bien réelle : pour les recettes dites « matchday », ce sont les travaux faits au Parc des Princes qui continuent à payer, ainsi que l'augmentation du tarif des abonnements et des places dans une moindre mesure. L’augmentation était déjà pratiquement la même l’an passé (+15M€) et confirme que la rénovation du Parc apporte financièrement, notamment grâce aux 3500 loges en plus comme le précise l’étude. Les droits TV augmentent également de près de 17,3M€ grâce au nouveau contrat lié à la Ligue des Champions et Paris en profite à fond. L’échec des clubs français en C1 l’an passé (Paris était le seul club à passer les poules) explique aussi cette belle augmentation. Le nouveau contrat de diffusion de la L1 ne prendra quant à lui effet qu’à partir de 2016/2017 mais l’effet devrait être minime.

La tendance qui se dégage depuis plusieurs années se confirme : le PSG dépend de moins en moins de ses revenus commerciaux donc de ses fameux contrats boostés par le Qatar. En deux ans, les revenus de jour de match passent ainsi de 13 à 18% du total tandis que les droits TV représentent désormais 24% contre 18% il y a deux saisons. Et cette nouvelle répartition est pratiquement uniquement due à ces deux augmentations, les revenus commerciaux progressant peu.

Paris dépend donc moins de ses contrats de publicité avec le Qatar, donc du bon vouloir de son actionnaire, mais affiche toujours le plus haut taux de dépendance à ce type de revenus parmi les riches. Reste que la répartition des trois types de ressources est finalement très proche d’un club considéré comme un modèle de gestion, à savoir le FC Bayern :

  • 17% de matchday (18% pour le PSG)
  • 25% de droits TV (24% pour le PSG)
  • 58% de revenus commerciaux (idem)

Le PSG voué à stagner en raison des droits TV ?

Les chiffres publiés par Deloitte sont globalement très positifs pour le PSG : il dépend moins de son actionnaire et de son fameux contrat avec QTA, les travaux dans son stade porte leurs fruits tandis que ses droits TV continuent d’augmenter. Pour autant, l’avenir n’est pas forcément totalement rose pour le PSG, notamment en raison de ce qui se fait à l’étranger.

Concernant les revenus commerciaux, les monstres européens ont tous rattrapé leur retard. MU gagnait 263M€ issus de ce type de contrat il y a un an, il en gagne désormais 363M€ ! Quant au Bayern, il a fait un bond en avant pratiquement similaire et touche désormais 342M€ par ce biais. Le point est toutefois également rassurant pour le PSG, cela signifie qu’il y a un peu de marge et on pense notamment aux négociations concernant l’équipementier Nike, Paris souhaitant revoir le prix de son maillot pour se rapprocher des gros clubs européens.

Concernant les recettes liées au stade, Paris a bien progressé et frôle désormais la barre des 100M€ par an issus du Parc des Princes avec ses 92,5M€ sur la saison passée. Même si l’affluence semble moindre cette saison au Parc des Princes (notamment en raison du phénomène du no-show), le PSG devrait continuer de voir son stade lui rapporter un joli pactole. Problème, il est encore loin des cadors européens :

  1. Manchester United : 137,5M€ (+48% par rapport au PSG)
  2. Arsenal : 133,6M€ (+44%)
  3. FC Barcelone : 129M€ (+39%)
  4. Real Madrid : 121,4M€  (+31%)
  5. FC Bayern : 101,8M€ (+10%)

Paris se retrouve plus ou moins au niveau de Chelsea, 8ème du classement général, à qui Stamford Bridge rapporte 93,2M€. Les Blues sont toutefois en train d’investir pour augmenter la capacité d’accueil du stade à 60 000 places et ainsi gagner plus par ce biais. Pour le PSG, et malgré la rénovation récente du stade, le Parc des Princes à 60 000 places pourrait donc devenir un besoin à moyen terme afin de ne pas voir l’écart se creuser sur ce type de revenus.

Paris est toutefois bien placé dans la lutte avec les cadors européens concernant ces deux types de revenus et c’est plutôt du côté des droits TV que l’avenir est moins rose puisque les revenus parisiens dans ce domaine ont une marge de progression des plus faibles. Les contrats pour les deux compétitions qui rapportent, à savoir la L1 et la Ligue des Champions, sont fixés pour plusieurs saisons et ne vont pas beaucoup augmenter par rapport aux actuels. Pire, le regain de forme de l’AS Monaco sur la scène européenne va pénaliser le PSG qui va devoir partager le gâteau des recettes.

Mais c’est surtout à l’étranger que l’explosion est attendue, notamment chez les clubs anglais. Avec une dernière saison médiocre (éliminé au 1er tour de la C1, 6ème de Premier League), MU a touché 187,7M€ quand Paris a hérité de 123M€ en étant quart de finaliste de la C1 et champion de France, le tout alors que le nouveau contrat pharaonique du championnat anglais n’est pas encore totalement entré dans les comptes... Le n°1 du classement qu’est Manchester United gagne désormais plus que le PSG dans les trois catégories et l’écart devrait même se creuser de façon non-négligeable concernant les droits télévisuels.

Les deux gros clubs espagnols réagissent plutôt bien à cette augmentation anglaise et bénéficient toujours des plus gros revenus au monde issus de la TV (227,7M€ pour le Real, 202,7M€ pour le Barça) mais eux aussi pourraient bien être dépassés. Le Bayern (147,6M€) a également bien réagi avec l’arrivée de nouveaux contrats de diffusion de la Bundesliga à l’étranger. Or, la Ligue 1 ne vaut strictement rien à l’étranger et Paris est forcément pénalisé. Les droits à l’étranger du championnat de France valent 32M€, ceux de la Premier League sont autour d’un milliard d’euros…

Paris vers le ventre mou des riches ?

Il y a un an, nous écrivions dans notre analyse du rapport Deloitte de l'époque que « la place du PSG dans le classement (alors 4e) est amenée à redescendre prochainement tandis que les clubs anglais, boostés par leur incroyable merchandising et leurs droits TV hors-normes, devraient notamment remonter très haut.» United et City le prouvent déjà et se placent 1er et 4e quand ils étaient 3e et 6e il y a un an à peine. La tendance devrait encore se confirmer avec l’explosion des droits TV anglais et des clubs comme Arsenal (7e avec 468,5M€) ou Chelsea (8e, 447M€) pourraient même dépasser le PSG à court terme. Heureusement pour Paris, l’ultra-compétitivité du championnat anglais prive régulièrement les cadors britanniques de l’énorme manne financière de la Ligue des Champions quand le quadruple champion de France dispose d’une marge en France qui lui garantit pratiquement sa place pour la reine des Coupes d’Europe. Une non-qualification serait en revanche un coup très dur porté au projet parisien.

Mais le plus ennuyeux dans ce classement des riches est peut-être l’écart qui se creuse entre le PSG et le sommet de ce classement. Il y a deux saisons, il n’y avait que 76M€ entre le n°1 du classement, le Real Madrid, et le PSG, alors 5e (551M€ contre 474M€). L’écart était passé à 96,2M€ la saison dernière (577M€ pour le Real Madrid contre 480,8M€) alors que Paris progressait pourtant d’une place au classement général (4e). Cette année, l’écart est de 168M€ entre Manchester United et le PSG (689M€ contre 521M€), ce qui signifie que MU a un tiers de revenus en plus. Paris est désormais pratiquement à égale distance du 1er que du 10ème, la Juventus et ses 341M€ annuels de revenus commerciaux.

Sachant que les droits TV pour les prochaines saisons ne vont pas dans le sens des Parisiens, ceux-ci ont actuellement un seul réel levier pour combler l’écart, outre la réussite sportive, celui des revenus commerciaux. Et si le Qatar ne donne pas un (nouveau) coup de pouce, c’est au club de trouver des sponsors aussi généreux que ceux des autres clubs européens, à l’instar de ce qu’a réussi le FC Bayern Münich au cours de la saison écoulée.

Et si l’argent ne rentre pas autant dans les caisses qu’espéré, le club peut aussi se rassurer en se disant que l’Atlético Madrid, finaliste de la dernière Champions League, n’est que 13ème de ce classement de riches avec 228,6M€ de revenus annuels, soit moins de la moitié de ce que touche le PSG. La même saison, le n°1 du classement ne passait même pas le premier tour de la compétition…

NB : Chiffre issus de l'étude Football Money League du cabinet Deloitte

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

dimanche 29 novembre

samedi 28 novembre

vendredi 27 novembre

jeudi 26 novembre

mercredi 25 novembre

mardi 24 novembre

lundi 23 novembre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux