Article 

Rafinha, la pièce manquante du puzzle parisien ?

Publié le dimanche 18 octobre 2020 à 13:19 par Simon Piotr
En signant le milieu de terrain Rafael Alcantara do Nascimento à la dernière heure du mercato en provenance du Barça, le PSG s’offre une recrue qui pourrait être la bonne surprise de la saison. Décryptage en profondeur de son profil de jeu et de ce qu’il pourrait apporter au collectif parisien.

Un relayeur offensif qui manquait au PSG

Rafinha est un joueur polyvalent tactiquement qui a été utilisé à la fois dans l’axe et sur les côtés au cours de sa carrière. On peut toutefois dire que le joueur est sans doute le mieux mis en valeur quand il joue relayeur droit ou milieu offensif. La nature de son jeu est celle d’un meneur qui crée du liant entre le milieu et l’attaque. Pas forcément au départ ni à la conclusion des actions mais capable de s’associer avec tous les joueurs sur le terrain, le Brésilien peut devenir un chaînon manquant au PSG à cet égard. 

En effet, le PSG anime son côté droit soit avec des relayeurs « de devoir » comme Herrera ou Gueye, soit avec des joueurs plus offensifs tels Di Maria, Sarabia ou Draxler. On pourrait objecter que Verratti est un relayeur droit de ballon, mais le profil est différent d’Alcantara étant donné que l’Italien joue bien plus près de sa défense que le Brésilien qui est très à l’aise plus haut sur le terrain. De plus Verratti joue désormais le plus souvent à gauche afin de servir de pourvoyeur principal de ballons à Neymar.

Relayeur droit de 4-3-3, milieu offensif droit du très tuchelien 4-2-2-2, numéro dix d’un 4-2-3-1 voire ailier droit, Rafinha devrait trouver sa place naturellement sur le terrain, notamment grâce à sa qualité technique très supérieure à la moyenne.

Haut niveau technique dans un style inhabituel pour Paris

S’il y a bien un domaine où Rafinha mettra tout le monde d’accord, c’est dans ses capacités de manieur de ballon. Contrôles orientés au millimètre, protection de balle soyeuse de gaucher et passes précises, le Brésilien sera capable d’apporter énormément de vitalité et de qualité à la possession parisienne. Moins organisateur que Verratti, moins lanceur de jeu que Paredes, moins vertical et décisif que Di Maria, plus participatif que Draxler et surtout bien plus doué techniquement que Sarabia, Rafinha est un profil unique que le PSG n’a encore jamais eu dans ses rangs sous QSI. Les anciens pourraient malgré tout y voir des similitudes avec Valdo, brillant meneur de jeu brésilien du meilleur PSG des années 1990. 

Rafinha est l’ami du ballon et d’un football très porté sur la possession. Un peu comme son frère Thiago, son style est un mélange assez particulier issu de la rencontre entre le football brésilien qui caresse le ballon et le football catalan de toque qui favorise la possession rapide et le jeu court. Rafinha est un joueur qui aime garder un niveau de connexion élevé avec ses partenaires à proximité. C’est un adepte des combinaisons, du passe-et-va, le tout un style assez propre et sécurisant.

En effet, dans la pourtant modeste équipe du Celta Vigo et majoritairement dans un rôle de milieu offensif droit, il affichait la saison dernière 87% de passes réussies, un total supérieur aux 78% de Di Maria, 81% de Neymar ou 83% de Sarabia, symbole d’une habileté et d’un style naturel de jeu qui limitent le risque à outrance. Bien que l'ancien Catalan aime régulièrement se rapprocher de la balle pour participer, une de ses « spéciales » est de recevoir le ballon dos au jeu entre les lignes pour remettre en une touche et enclencher une action offensive. 

En ce qui concerne le côté brésilien de sa technique, le joueur a une grande capacité de résistance au pressing adverse. Il protège extrêmement bien son ballon avec son corps et son bras droit et réussit beaucoup de dribbles de dégagement ou de feintes de corps en étant capable de changer d’orientation très vite balle au pied. Cette protection de balle lui permet notamment de gratter un nombre important de fautes.

Il peut également être un déclencheur de jeu balle au pied et aime conduire le ballon lorsqu’il en a l’opportunité. Il faut toutefois garder à l’esprit qu’il fait partie de ces joueurs atypiques plus à l’aise dans les petits espaces que dans les grands. Pour preuve, ses 70% de dribbles réussis en moyenne sur les dernières saisons. Cet autre indicateur de sa fiabilité technique est particulièrement parlant alors que Rafinha dribble souvent assez haut et en position axiale sur le terrain, là où l’espace est le mieux protégé et les adversaires les plus capables de défendre. 

Meneur, mais peu décisif ?

Au niveau de sa vision du jeu et de sa personnalité, il est un joueur clairvoyant qui donne beaucoup de continuité au jeu mais n’est pas pour autant un génie de la création comme Neymar ou un agitateur de particules de très haut niveau comme Di Maria et cela se ressent au niveau de son apport statistique. Pour 54 matches joués lors des trois dernières saisons (un autre point évoqué ci-dessous), il a été décisif à 12 reprises, pour 7 buts et 5 passes décisives. Cela reste un total honnête pour un relayeur et ce ne sont pas ses comparses du milieu parisien qui le feront rougir à ce sujet.

Rafinha peut apporter du danger et faire la décision comme on l’a vu au bout d’une demi-heure face à Nîmes avec une belle ouverture en profondeur pour faire marquer Mbappé. Cependant, il ne montre pas une voracité ou un flair très prononcés pour le but et la statistique offensive en générale, contrairement à un Sarabia par exemple. Cela peut être une limite s’il faut l’intégrer à la ligne offensive, mais on peut naturellement miser sur le fait que les autres cracks de l’attaque sauront faire la décision en toutes circonstances et profiter des nombreuses autres qualités de Rafinha. 

Défensivement participatif mais pas expert 

Autre point qui le rapproche plus du relayeur que du joueur de ligne offensive, Rafinha ne rechigne pas à la tâche défensivement. Si l’équipe doit souffrir, l’ex-Barcelonais va souffrir avec et ne pas se désolidariser de l’effort collectif. En ce sens, on peut compter sur lui pour presser haut, notamment à la perte de balle, accompagner les replis et tenir avec une bonne application sa position dans le bloc. Le tout dans la mesure de ses moyens physiques du moment. Si Rafinha a la culture de l’effort, on ne peut en revanche pas dire que sa culture et sa technique défensive soient particulièrement développées. 

Courir pour aider l’équipe est une chose, intervenir défensivement en est une autre. Force est de constater que malgré sa combativité, le joueur ne sera jamais un complément défensif d’élite comme peut l'être Idrissa Gueye. Ceci dit, Rafinha n’est pas ridicule non plus au corps-à-corps ou dans ses tacles dont plus de la moitié sont réussis en général. Mais le Brésilien reste avant tout un joueur de ballon plus porté sur la technique que sur l’exubérance physique. Un physique qui peut lui jouer des tours par ailleurs. 

Un joueur en cristal ?  

Annoncé à 1m74 pour environ 70 kilogrammes, Rafinha est un joueur plutôt petit, avec des membres inférieurs musculeux, ce qui lui confère des appuis puissants au sol. Il jouit d’une bonne agilité générale, d’une certaine souplesse et d’un niveau de mobilité intéressant sur le terrain. Il n’est toutefois pas très explosif sur les premiers mètres ni très rapide en vitesse de pointe. Lors de son premier match à Nîmes, il est apparu assez loin de sa meilleure forme et il va lui falloir un certain temps pour monter en puissance, lui qui n’avait pas joué depuis le mois de juillet. Son profil physique est donc relativement quelconque et il s’appuie sur d’autres forces mais son corps a trop tendance à l’empêcher d’exercer son métier de footballeur. 

Durement frappé par les blessures à partir de la saison 2015/2016, Rafinha a été victime de deux ruptures des ligaments croisés en 2015 et 2018 en plus d’une grave blessure au ménisque en 2017. Au total, le joueur a dû faire face à douze blessures en cinq ans, pour un affolant total de 826 jours d’absence. Ces blessures sont la raison pour laquelle la carrière du joueur n’a pas décollé comme elle aurait probablement dû le faire après sa bonne saison 2014-2015. A l’orée de sa neuvième saison professionnelle, Rafinha n’affiche ainsi que 173 rencontres disputées au compteur. Même s'il n'a pas connu trop de soucis physiques à Vigo la saison passée avec trente rencontres au compteur, Rafinha a régulièrement été préservé et il ne disputait que 72 minutes par match en moyenne.

Dans un PSG où les joueurs ont tendance à perdre en capacité et en fiabilité physique après leur arrivée au club, on peut légitimement s'inquiéter pour le fragile Brésilien mais aussi espérer qu’il saura tenir le choc malgré tout, à l'image d'un Thiago Motta devenu plus fiable à Paris qu'il ne l'avait été auparavant dans sa carrière. Vu le calendrier surchargé qui attend les Parisiens cette saison, Rafinha aura de nombreuses opportunités de se montrer et le nombre important de milieux de terrain à disposition devrait permettre à Thomas Tuchel de lui éviter une sursollicitation à laquelle il ne pourra probablement pas répondre.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 


News 

Aujourd'hui

vendredi 30 octobre

jeudi 29 octobre

mercredi 28 octobre

mardi 27 octobre

lundi 26 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux