Article 

Maracineanu écarte une annulation de la Coupe de France

Publié le samedi 5 décembre 2020 à 8:11 par Bruno Hermant
La ministre déléguée chargée des Sports Roxana Maracineanu s'est exprimée au micro de RMC Sport sur l'avenir de la Coupe de France 2020/21. Elle écarte toute annulation pure et simple et plaide pour une adaptation du format de la compétition.

Mercredi matin, le Premier ministre Jean Castex annonçait que la Coupe de France 2021 n'irait pas à son terme, du fait de la situation actuelle. Mais finalement, la ministre déléguée chargée des Sports Roxana Maracineanu explique presque son contraire deux jours plus tard. Au micro de RMC Sport, Maracineanu détaille son propos : « Le sport doit reprendre progressivement. Le protocole doit être adapté et aujourd’hui il ne permet pas de pratiquer le football tel qu’on le connaît pour les sportifs et les clubs amateurs. C’est pourquoi le Premier ministre a annoncé que, d’ici la fin de l’année, il n’y aura pas de Coupe de France. Quand ça va reprendre en janvier, on reprendra progressivement. On travaillera main dans la main avec la FFF. S’il faut adapter le format de la compétition, on le fera. Tout dépend de l’échéance avec laquelle on pourra reprendre. La Coupe de France n’est pas morte en elle-même, mais évidemment pour cette fin d’année 2020, elle est à l’arrêt, comme beaucoup de sports en France. »

Maracineanu écarte donc l'annulation pure et simple de la Coupe de France. En revanche, il faut encore replacer les matches en retard du 5e tour puis ceux de trois tours complets (6e, 7e et 8e tours) ainsi que les 32e de finale qui devaient se dérouler le premier week-end de l'année civile 2021, les 2 et 3 janvier 2021. L'arrêt définitif de la compétition cette saison serait un énième coup dur pour les clubs amateurs, dépendants financièrement des recettes de billetterie des matches de Coupe de France.

Une compétition qui n'a cessé d'être jouée depuis la fin de la Première Guerre Mondiale en 1918, seule la finale de 1992 n'ayant pas été disputée à cause de la catastrophe de Furiani. Cette situation à court terme peut arranger le PSG, qui peut profiter de l'absence de rencontres à cette période pour se refaire une santé physiquement mais à moyen terme, le club pourrait se retrouver à nouveau avec un calendrier dantesque à disputer, notamment dès la fin du mois de mars, quand les tours de Ligue des champions se jouent sur une semaine.

Autre sujet dépendant de l'État, le possible retour du public dans les stades et ce, dès le 15 décembre 2020. Une décision attendue par tous les clubs. « La porte est ouverte pour pouvoir avoir un arbitrage positif afin d’avoir du public dans les stades.  Avec des distanciations qui sont celles des 8 m² autour de chaque spectateur. On part plutôt dans une logique d'autoriser un pourcentage en fonction de la grandeur du stade. Il faut y aller progressivement. Effectivement, on travaille pour que ça soit possible à partir du 15 décembre dans les stades en plein air » indique la ministre.

L'argument de la jauge adaptée à l'enceinte recevant du public a été repris par le gouvernement, avec un pourcentage maximal qui peut évoluer selon la capacité du stade et la situation actuelle dans le département où il est implanté. Une bonne nouvelle pour les clubs si ces derniers peuvent réouvrir les portes de leurs stades d'ici les dix prochains jours.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

jeudi 21 janvier

mercredi 20 janvier

mardi 19 janvier

lundi 18 janvier

dimanche 17 janvier

samedi 16 janvier

vendredi 15 janvier

jeudi 14 janvier

mercredi 13 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux