Article 

Un carton toutes les deux fautes, Verratti toujours aussi durement arbitré

Publié le samedi 22 janvier 2022 à 18:20 par Pierre Bastide
À nouveau averti contre Brest le week-end dernier, Marco Verratti a déjà écopé de huit cartons jaunes cette saison. Le tout en seulement seize fautes commises. Ce qui le place parmi les joueurs du PSG les plus durement arbitrés par les arbitres de Ligue 1.

Verratti sur de très mauvaises bases

Omniprésent dans l’entrejeu lors de la victoire du PSG face à Brest (2-0), le week-end dernier, Marco Verratti a montré qu’il est en train de retrouver son meilleur niveau de jeu après une première partie de saison contrariée par les blessures. Il existe pourtant une ombre au tableau, puisque l’italien a écopé d’un carton jaune peu avant l’heure de jeu, pour une intervention en retard sur Hugo Magnetti. Il s'agit de son deuxième avertissement consécutif après le match contre Lyon, et son huitième de la saison en seulement onze apparitions.

Un total très élevé à ce stade de la saison, notamment lorsqu’on le compare aux derniers exercices :  la saison dernière il avait terminé le championnat avec sept avertissements, six l’année précédente et encore sept en 2018/2019. Suspendu contre Lorient le 22 décembre pour une accumulation d’avertissements, Verratti a donc démarré l’année 2022 sur une mauvaise pente en termes de discipline, ce qui l’expose à une nouvelle suspension en cas de nouveau carton d’ici début mars.

Un carton toutes les deux fautes pour l'incorrigible italien

En y regardant ce plus près, cette triste régularité interpelle : pour obtenir ses huit cartons, Verratti n’a commis que seize fautes, soit un avertissement toutes les deux fautes. Un ratio particulièrement élevé et sévère, surtout si on le compare à celui d’autres joueurs. Dans l’effectif parisien, seuls Sergio Ramos et Marquinhos sont plus rapidement avertis (un carton toutes les 1.5 faute). Mais l’espagnol n’a joué que trois matchs et le capitaine parisien n’a commis que trois fautes depuis le début de la saison, un échantillon trop réduit pour permettre une comparaison poussée.

Source : ParisStatsGermain.fr

De Gueye à Verratti, le grand écart de l'arbitrage

C’est surtout la différence avec Gana Gueye qui saute aux yeux. Au même poste, le sénégalais commet des fautes légèrement plus souvent que Verratti – toutes les 50 minutes de jeu, contre 51 pour l’italien – mais il lui faut en moyenne 22 coups de sifflet avant d’être sanctionné d’un carton jaune. La différence est énorme puisqu'il faut donc onze fois plus de fautes à Gueye qu'à Verratti pour être averti ! 

Cette différence s'explique en partie par la nature des fautes commises, plus ou moins grossières. Gueye est un spécialiste de la petite faute qui ralentit l'action ou du duel rugueux qui vaut un coup franc mais pas plus. Lors de sa première saison avec le PSG, le sénégalais avait même réussi à faire 22 fautes et toute la première partie de saison sans prendre le moindre carton - comme nous l'avions relevé à l'époque !  Au contraire, les tacles glissés de Verratti pour couper des contres ou ses tirages de maillots bien visibles permettent régulièrement aux arbitres de l'avertir dès la première faute. 

Mais à ce niveau de différence, la réputation du joueur apparaît également comme un paramètre explicatif de cet écart de traitement...


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 

News 

lundi 23 mai

dimanche 22 mai

samedi 21 mai

vendredi 20 mai

jeudi 19 mai

mercredi 18 mai

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux