Article 

PSG/Nantes (3-1), les performances individuelles

Publié le samedi 20 novembre 2021 à 22:01 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 3-1 contre Nantes à l'issue d'une partie d'abord très maîtrisée puis pas loin de lui filer entre les doigts. Retour sur les performances individuelles des joueurs parisiens au cas par cas.

Navas : Le gardien costaricien n'a sûrement pas marqué des points ce samedi, et pas seulement parce qu'il n'a eu pratiquement aucun arrêt à faire durant l'heure de jeu qu'il a disputée. Nantes n'a cadré que deux frappes, facilement captées par Navas, mais son match est gâché par cette sortie complètement ratée et globalement assez hors de propos qu'il a réalisée. Expulsé, il pourrait bien manquer plusieurs matchs dans les buts parisiens, dont le choc face à Nice.

Rico a pris sa place dans le but pour la fin de partie et il a réussi un arrêt incroyable à bout portant d'entrée. Il est également tout proche d'empêcher l'égalisation nantaise mais est trop juste sur le second ballon. Pour ses premières minutes de la saison, impossible de lui jeter la pierre.

Hakimi : Le latéral marocain a vécu deux mi-temps assez différentes et opposées à celles de son équipe. En première période, c'est surtout défensivement qu'il s'est signalé, gagnant de très nombreux duels alors qu'il était parfois en situation périlleuse, mais il peinait alors à combiner offensivement avec Gueye et Messi devant lui. En seconde période, il a moins été sollicité défensivement mais a été plus tranchant offensivement et il s'est retrouvé jusque dans la surface pour centrer sur un bon ballon de Gueye. Peu à peu, Messi a notamment mieux su l'utiliser et le marocain a même conclu son match par une excellente course qui ouvre l'espace à l'argentin, comme il avait déjà su le faire face à City. Après plusieurs semaines très moyennes, le match de Hakimi ressemble à un début de rebond.

Kehrer : L'allemand enchaînait en défense centrale après une trêve internationale déjà bien remplie et il a rendu une copie sérieuse dans la lignée de ses dernières prestations. Dans l'axe droit, il a certes été peu inspiré lorsqu'il s'est excentré en première période face à Kolo Muani en se retrouvant au sol et il n'est pas impérial sur l'expulsion de Navas. Mais quand il s'agissait de protéger son but, l'allemand s'est montré impeccable, repoussant des ballons chauds à plusieurs reprises. Il a notamment signé un tacle superbe sur Coulibaly en pleine surface pour éviter un but tout fait. Dans la relance, il a fait simple, laissant surtout Diallo s'en occuper.

Diallo : Pour son premier match en défense centrale depuis un mois, le sénégalais qui revenait du Covid-19 s'en est plus ou moins bien tiré, mais a trop souvent été en difficulté malgré tout. Face à l'immense Coulibaly, il n'a que rarement été pris en défaut, le gérant aussi bien dans les airs qu'au sol, mais il a vécu un début de seconde mi-temps compliqué en général. Alors qu'il semblait se reprendre, il est en retard sur l'énorme occasion nantaise de Blas puis est dominé par Kolo Muani sur l'égalisation. Il a en revanche réussi une belle partie avec le ballon, se montrant inspiré à la relance. Il est notamment à la base de plusieurs actions parisiennes avec des premières passes bien vues.

Bernat : Le latéral espagnol a joué son premier match complet depuis son retour de blessure, et c'est déjà une victoire en soi. Son état physique semble d'ailleurs s'améliorer de match en match puisque l'activité du gaucher se fait de plus en plus sentir, à l'image de ses nombreux dédoublements dans son couloir. Dans les duels, Bernat s'est aussi montré solide, des deux côtés du terrain, mais il a en revanche manqué de justesse dans le dernier tiers de façon trop régulière avec des centres trop souvent repoussés. Mais sa qualité technique est toujours là et a bien aidé son équipe, comme à ses plus belles heures.

Paredes : L'argentin jouait avec le PSG pour la première fois depuis deux mois et il a livré son meilleur match de la saison, ce qui n'était toutefois pas très dur. Sa première période est particulièrement réussie, et pas seulement parce que sa belle reprise s'est transformée en passe décisive d'entrée. Placé haut sur le terrain, la sentinelle du milieu a récupéré bon nombre de ballons que les Nantais tentaient de dégager et sa justesse dans les passes a fait très mal à l'adversaire, la balle revenant ainsi aux attaquants de façon régulière. Il a toutefois peu à peu perdu un peu en influence et il a longtemps subi les événements après la pause, malgré encore quelques jolies transmissions. Malgré un déficit physique évident vu son retour de blessure, il a toutefois plutôt bien fini le match, sa capacité à trouver Messi dans des petits espaces se montrant alors très précieuse.

Danilo l'a remplacé pour les dernières minutes.

Gueye : Placé en milieu relayeur droit visiblement afin de compenser la faible activité défensive de Messi, le sénégalais a été très en vue en début de match mais ses pieds moins affûtés que ceux de ses coéquipiers lui ont alors coûté quelques combinaisons. Peu à peu moins impliqué collectivement, il s'est alors concentré sur la partie défensive et il a fait du bien dans ce registre lorsque les lignes commençaient à s'étirer. Dans une seconde période où son équipe subissait, il a été d'autant plus précieux et l'un des rares à ne pas baisser en rythme. Il a d'ailleurs plutôt bien fini la rencontre et a livré une prestation finalement assez complète.

Verratti : Promu capitaine, celui qui revenait d'un mois d'absence s'est d'abord évertué à se glisser dans la circulation du ballon parisienne sans trop en faire. De sa première période, c'est par exemple surtout une passe magistrale pour Messi qui est à retenir, l'italien ayant moins pesé qu'habituellement. Sa seconde période n'a pas été bien plus brillante, malgré un certain nombre de ballons touchés, et il en a même perdu un important qui s'est transformé en occasion adverse. Dans le jeu, il n'est surtout que rarement parvenu à ordonner la construction parisienne, subissant comme les autres. Un petit retour donc, pour une fois.

Wijnaldum l'a remplacé pour le dernier quart d'heure au poste de relayeur droit et son entrée a fait du bien. Dans un rôle de milieu au four et au moulin, ses courses à vide, ses conservations de balle et même quelques-unes de ses passes ont fait du bien à l'équipe parisienne. Ce n'est pas forcément un hasard si Paris a repris le match en main peu après son entrée.

Messi : Sur le papier encore très à droite mais au final bien souvent dans l'axe, l'argentin a encore passé une bonne partie du match à trouver ses marques, toujours gêné par l'impact physique adverse. Dans un rôle très libre, on l'a vu pendant 70 minutes être parfois déroutant. Maladroit face au but de façon parfois incroyable pour un joueur ayant marqué plus de 750 buts dans sa carrière, il a été dans le même temps capable de donner quelques passes exceptionnelles comme d'autres passablement ratées et à contre-temps. Alors que son manque de mobilité s'est longtemps fait sentir, il a réussi dix grosses dernières minutes : tout d'abord cette passe décisive involontaire, un rush de 50m où il finit par récupérer un bon coup franc puis, surtout, ce but dans son plus pur style. Parce que Messi n'est comparable à nul autre joueur, cette fin de match réussie a fait oublier tout le reste mais son intégration continue de se faire peu à peu, à l'image de quelques jolies actions réussies avec ses partenaires. 

Neymar : Le titulaire surprise a montré qu'il était en jambe dès ses premiers ballons et c'est de sa percée pleine d'envie qu'a découlé le premier but parisien. Très inspiré sur ses prises de balle, souvent à la recherche de ses partenaires pour combiner de façon habile, Neymar était dans un grand jour et a donné plusieurs balles de but. Il a tout fait pour faire marquer son ami Messi, forçant parfois même un peu trop avec lui. Il a certes été moins en vue en début de seconde période puis a été sacrifié après l'expulsion de Navas mais Neymar aurait probablement dû toucher encore plus de ballons vu sa forme affichée. Sa petite blessure à l'adducteur n'a en tout cas pas semblé avoir ralenti le brésilien qui était déjà en grande forme avant la trêve. 

Mbappé : Il ne lui aura même pas fallu deux minutes pour marquer d'un geste d'avant-centre opportuniste, confirmant qu'il est désormais aussi un joueur de ce poste. Mais Mbappé est bien plus qu'un simple n°9 et il l'a encore prouvé. Dans une forme physique étincelante, il n'a jamais hésité à s'excentrer pour accélérer balle au pied et faire d'énormes différences. Il a également été bien présent dans les petits espaces pour combiner avec ses partenaires et a souvent réussi à faire jouer les autres malgré une sacrée surveillance. Comme Neymar, il a aussi beaucoup tenté de faire marquer Messi et y est finalement parvenu sur la fin, jouant vers l'argentin sur le troisième but alors que d'autres options s'offraient à lui. Buteur et passeur, une sorte de routine désormais, ce qui en dit long sur son niveau de performance.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

samedi 04 décembre

vendredi 03 décembre

jeudi 02 décembre

mercredi 01 décembre

mardi 30 novembre

lundi 29 novembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux