Article 

Neymar a beaucoup et bien dribblé, mais Monaco encore mieux

Publié le lundi 13 janvier 2020 à 3:02 par Thibaut Brossard
Avec 10 dribbles réussis en 16 tentatives, Neymar a eu un apport pour le moins significatif dans cet aspect du jeu lors de PSG/Monaco (3-3). Mais les adversaires ont fait encore mieux dans ce domaine...

Au coeur de toutes les offensives parisiennes ou presque face à Monaco, Neymar a été gavé de ballons par ses coéquipiers au point de faire largement pencher le jeu à gauche. Et généralement quand le n°10 du PSG a le ballon dans les pieds, ce n’est pas pour faire des passes en retrait, mais plutôt pour provoquer l’adversaire. Face à Monaco, l’ancien Blaugrana a tenté 16 dribbles et en a réussi 10.

Il s’agit de ses records de la saison, puisqu’il s’était contenté de 9 dribbles réussis sur 14 contre Angers début octobre. C’est bien au-dessus de ses standards de la saison puisqu’il tournait jusque-là en Ligue 1 aux moyennes de 4.9 dribbles réussis par match sur 8.2 tentés.

Il devient ainsi le joueur du championnat qui a réussi le plus de dribbles cette saison (59), tout en ayant disputé beaucoup moins de rencontres que les autres « dribbleurs fous » de Ligue 1.

On remarquera également que son taux de réussite du soir (63 %) est légèrement supérieur à sa moyenne de la saison (60 %). Avec 10 dribbles réussis, il est cependant encore loin de son record sur un match de la saison dernière : 14 contre Lille (avec 20 tentatives). Un challenge pour mercredi soir à Louis 2 ?

Avec 20 dribbles réussis en 27 tentatives, Monaco a fait aussi très fort

Les deux chiffres sont particulièrement frappants : que ce soit le nombre de dribbles tentés par Monaco, 27, qui constitue un record pour un adversaire du PSG cette saison ; ou le nombre de dribbles réussis, 20, qui témoigne d’un taux de succès assez incroyable dans cet exercice (74 %).

Les Monégasques avaient donc décidé d’agresser et de provoquer les milieux et la défense parisienne et cela leur a plutôt souri. Les voltigeurs monégasques s’en sont donc donné à cœur joie, notamment côté droit : Gelson Martins a réussi 9 de ses 11 tentatives, et Ben Yedder, souvent à droite, 4 de ses 5 dribbles. Mais le danger est venu de partout puisqu’ils sont 7 Monégasques à avoir effectué au moins un dribble.

Jamais les Parisiens n’avaient eu à affronter une telle adversité cette saison. En moyenne en Ligue 1, leurs adversaires les provoquent balle au pied 18 fois par match avec un taux de réussite moyen de 58 %. Les joueurs de Robert Moreno ont fait exploser ces moyennes.

Il faut dire qu’en face, les Parisiens se sont montré pour le moins inefficaces dans leurs tentatives pour arrêter leurs adversaires. Combien de fois a-t-on vu notamment le pauvre Verratti se jeter à corps perdu en taclant pour essayer désespérément de récupérer un ballon déjà bien loin ?

L’Italien symbolise bien cette impuissance parisienne face aux dribbles monégasques : il n’a réussi que 3 de ses 9 tacles.  Au global, les joueurs de Thomas Tuchel n’ont réussi que la moitié de leurs tacles (20/40), contre une moyenne cette saison en Ligue 1 à 64 %.

Le nombre de tacles tentés (40) traduit bien la bonne volonté des joueurs, même des offensifs (6 tacles pour Neymar), mais le taux de réussite (seulement 50 %) illustre bien le manque d’organisation, de rigueur et d’efficacité défensives.

On peut également mettre en avant le peu de fautes commises par les coéquipiers de Mbappé : 6. C’est déjà peu en soi puisque la moyenne du PSG cette saison est de 12.5, alors dans un match où l’adversaire percute autant, c’est ridiculement faible. Cela traduit peut-être également un manque de vice et de sens tactique : plutôt que de se jeter en taclant, il aurait sûrement mieux fallu dans certains cas arrêter l’action par une faute.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Joueur(s) lié(s) 
Match lié 


News 

mardi 20 octobre

lundi 19 octobre

dimanche 18 octobre

samedi 17 octobre

vendredi 16 octobre

jeudi 15 octobre

 

Soutenez-nous 
Réseaux sociaux