Article 

PSG/Bruges (4-1), les performances individuelles

Publié le mercredi 8 décembre 2021 à 0:37 par Philippe Goguet
Le PSG s'est imposé 4-1 contre Bruges dans un match dans l'ensemble à sens unique malgré un coup de mou en début de seconde période. Retour sur les performances individuelles des Parisiens au cas par cas.

Donnarumma : De retour dans le but parisien, l'italien n'a pas laissé passer sa chance alors que son concurrent a fauté lors du précédent match. Après une bonne sortie dans les pieds adverses pour lancer son match, le portier transalpin a enchaîné les arrêts dans son but : un face-à-face important de gagné et un arrêt au premier poteau sur une reprise en première période, plusieurs grosses frappes par la suite. Il s'incline finalement sur un tir qu'il semblait même pouvoir sortir vu son immense gabarit. Seule déception dans ce match, son jeu au pied avec quelques relances vraiment insuffisantes.

Hakimi : Dans une partie ouverte et très tournée vers l'offensive, le latéral marocain a encore dû vivre un match frustrant. Il n'a pas été très sollicité défensivement, mais n'a pas toujours répondu présent non plus, montrant parfois un peu trop de mollesse dans les duels. Offensivement, il a beaucoup pris son couloir pour apporter le surnombre, n'hésitant jamais à partir vers l'avant pour lancer des offensives, mais n'a pas beaucoup été servi. Parfois un peu ignoré par les gauchers argentins qui préfèrent (logiquement) ouvrir le jeu vers l'autre côté du terrain, le latéral droit n'a pourtant jamais renoncé et a toujours étiré la défense adverse, ce qui est aussi son rôle. Mbappé l'a parfois sollicité, Wijnaldum aussi, mais ce ne fut pas vraiment un axe privilégié du jeu parisien. Il a aussi peu réussi à se mettre en évidence tout seul, mais a malgré tout fini par délivrer un centre parfait qu'Icardi a raté. Alors que son intégration semblait déjà faite en août, elle est finalement totalement en cours avec des partenaires qui doivent apprendre à mieux l'utiliser.

Marquinhos : Le capitaine parisien a connu un début de match compliqué, se faisant prendre à plusieurs reprises en profondeur sur des attaques adverses, mais il a rapidement corrigé ce souci et a ensuite mieux géré son match. Régulièrement sollicité sur les contres, il s'est montré très propre et a souvent gagné ses duels. Alors que la défense était très exposée en début de seconde période, il a dans l'ensemble tenu bon mais n'a pas tout bien fait non plus. Il est parfois, lui aussi, un peu léger et en retard. Dans la relance, il a alterné entre passes simples et quelques jolies prises de risque qui ont payé.

Diallo : De retour dans le onze de départ, le défenseur sénégalais a sorti une très bonne performance d'ensemble, et fut l'un des rares - si ce n'est le seul - à être constant du début à la fin. C'est même plutôt en première période, quand son équipe, se baladait qu'il a été le moins bon, avec quelques absences au milieu de beaucoup de bonnes choses. Sa volonté de défendre en avançant a payé tout au long du match, et sa seconde période a été tout bonnement excellente. S'appuyant sur sa bonne lecture du jeu, il a coupé bon nombre de contres et intercepté des ballons de façon très régulière. Avec la balle, il a aussi été au niveau, avec notamment une passe en profondeur superbe pour Wijnaldum à la demi-heure de jeu. Pochettino lui avait offert une chance, il a superbement su la saisir.

Nuno Mendes : Le latéral gauche a commencé très fort la partie et ses bonnes combinaisons avec Mbappé sur le côté ont abouti au premier but parisien. Il s'est un peu moins montré haut sur le terrain par la suite, mais le portugais arrive à faire de belles différences quand il part vers l'avant. Défensivement, il a été à l'image de ce qu'il montre depuis son arrivée : de bonnes choses et de la dureté dans les duels mais des placements parfois un peu flous. À noter de bons retours aussi grâce à sa vitesse. Dommage qu'il sorte blessé.

Kehrer l'a remplacé poste pour poste et l'allemand a été en grande difficulté sur ses premiers ballons, écopant immédiatement d'un avertissement mérité. Cela a été mieux, ou moins pire, par la suite mais rien de bien positif pour autant.

Verratti : Positionné en sentinelle, l'italien a livré un match plein et a été au coeur de pratiquement tout, qu'il s'agisse de défendre ou d'attaquer. Même dans un match pour du beurre, il n'a jamais rechigné dans les duels, frôlant même l'avertissement sur un tacle bien trop engagé. Souvent au sol malgré tout, il a gratté bon nombre de ballons de la sorte dans des postures improbables. Avec le cuir dans les pieds, il a régalé à plusieurs reprises et a souvent su faire avancer son équipe autant que trouver ses coéquipiers. Sa relation avec Messi est déjà spéciale et, alors qu'il finissait la partie vaguement côté gauche, c'est bien Verratti qui s'est retrouvé à combiner avec l'argentin lorsque ce dernier a provoqué le penalty.

Dina Ebimbe l'a remplacé pour la fin de partie et il est entré comme joueur de couloir, ou presque. Pour ses débuts en Champions League, on notera une tentative de frappe un peu trop tardive.

Gueye : Le relayeur gauche du jour a alterné le bon et le moins bon, mais c'est bien ses mauvais côtés qui pourraient être retenus après la partie. S'il a été dans l'ensemble assez peu impactant dans le jeu offensif de son équipe malgré un joli ciseau en début de match, il a aussi coûté cher à celle-ci par ses insuffisances techniques. Il avait déjà perdu un ballon important qui s'est transformé en occasion franche avant la pause, il en perd un second après qui mènera au but. Défensivement, il a mis du temps à rentrer dans le match et n'a au final apporté dans ce domaine que sur une partie du match relativement courte. 

Paredes l'a remplacé et il est entré devant la défense. L'argentin a immédiatement permis de remettre le pied sur le ballon et sa qualité de passe a fait du bien à son équipe. Il s'est notamment retrouvé dans plusieurs bons coups.

Wijnaldum : Le néerlandais était aligné dans un rôle de milieu relayeur droit où il n'a pas vraiment brillé, à l'exception de quelques échanges avec Hakimi sur des relances, et il a encore montré qu'il n'est pas vraiment intégré au collectif parisien. Souvent à contre-temps sur les contres, jouant trop régulièrement en retrait, ce n'est pas avec le ballon dans les pieds qu'il a été intéressant. Ses appels en profondeur vers la surface sont en revanche redoutables - et il aurait pu signer un doublé avec un peu plus de réussite. Ce n'est pas encore du grand Wijnaldum mais le milieu va mieux et semble sur la bonne voie.

Di Maria : Le complément des deux cracks l'aura été en toutes circonstances et dans tous les sens du terme. Avec un positionnement très libre mais qui semblait s'adapter en permanence à ses deux compères de l'attaque, Di Maria a joué comme il sait le faire, donc avec l'idée de les faire briller. Passeur décisif pour Mbappé d'une ouverture superbe, il avait déjà failli l'être juste avant pour Wijnaldum, mais c'est surtout Messi qu'il a encore une fois beaucoup cherché. Il est même régulièrement redescendu bas sur le terrain pour lui amener le ballon et sa loyauté envers son ami et compatriote semble parfois démesurée vu le talent qu'il a. Il s'est seulement permis un peu de jouer peu sa carte personnelle avant sa sortie avec quelques frappes. 

Herrera l'a remplacé pour la fin de match et l'espagnol qui faisait son retour s'est vite mis dedans, se montrant à l'aise dans le jeu et présent dans les bonne zones.

Mbappe : Positionné sur le côté gauche, l'attaquant français était tout simplement dans une autre dimension que Bruges. Étincelant en début de rencontre, il a fait exploser les belges en sept minutes à peine, d'un but d'attaquant puis d'une volée croisée somptueuse. Beaucoup trop rapide pour des belges à l'agonie à chacune de ses accélérations, il a encore fait exploser la défense sur le 3-0 en une touche de balle avant de servir Messi comme un seigneur. Il lui a également laissé le penalty alors qu'il était pourtant à l'origine du réveil parisien vu que lui aussi avait un peu disparu en début de seconde période. Constitué depuis quelques mois à peine, son duo avec Messi marche déjà alors que les deux semblent pourtant avoir une importante marge de progression. La suite, vite.

Icardi l'a remplacé et a réussi plusieurs actions positives dans une rencontre alors déjà jouée. Problème, il a ensuite loupé une énorme occasion en ratant le ballon...

Messi : Les semaines passent et l'argentin semble toujours plus à l'aise en C1 qu'en L1, avec un nouveau doublé au Parc des Princes pour celui qui en est tout de même déjà à cinq buts en Europe cette saison. Dans un rôle axial dont il s'est parfois extirpé pour aller sur la droite ou un cran plus bas, il a dans un premier temps plus été dans la combinaison que la finition, notamment avec Verratti, et paraissait emprunté au moment de frapper au point de manquer de spontanéité. Celle-ci est peu à peu revenue et il a marqué un nouveau but superbe, toujours dans son style. Alors que sa relation avec Mbappé avait rythmé le premier acte, lui aussi a un peu disparu avant de réapparaître sur la fin de partie. Les deux stars ont signé de jolis échanges, pour la plus grande joie d'un public venu voir ce spectacle entre deux immenses joueurs qui ont encore plus à offrir.

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.
Match lié 


News 

Aujourd'hui

dimanche 16 janvier

samedi 15 janvier

vendredi 14 janvier

jeudi 13 janvier

mercredi 12 janvier

mardi 11 janvier

lundi 10 janvier

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux