Article 

Des recrues françaises au PSG, un choix mais pas une obsession

Publié le dimanche 31 juillet 2022 à 12:16 par Philippe Goguet
En recrutant deux joueurs français cet été avec Ekitike et Mukiele plus un entraîneur nommé Christophe Galtier, le PSG s'est fortement francisé. Et s'il ne s'agit pas d'un objectif selon le coach, ce n'est pas non plus un hasard.

La dernière fois que le PSG avait recruté deux joueurs français au cours de la même saison, l'un d'entre eux se nommait Kylian Mbappé et l'autre était le très oubliable Lassana Diarra, il y a maintenant cinq saisons. Changement de cap cet été avec les arrivées de Christophe Galtier sur le banc, premier français depuis Laurent Blanc (2013-2016) puis de deux joueurs français : Hugo Ekitike arraché à Reims (L1) et Nordi Mukiele qui a été rapatrié de Leipzig (Bundesliga). Alors que l'hypothèse d'un PSG francisé tournait autour du club des mois, des actes sont donc arrivés.

En conférence de presse ce vendredi, Christophe Galtier a pourtant nié toute volonté de franciser le vestiaire du PSG : « Je ne crois pas qu’on soit dans cette logique. On cherche les meilleurs profils par rapport à notre système, que les joueurs qui arrivent soient une valeur ajoutée. Rendre Paris plus français qu’avant, je ne pense pas. Ce sont surtout des opportunités de marché qui explique ces recrutements. » L'autre recrue, Vitinha, semble effectivement aller dans ce sens tandis que la plupart des joueurs pour lesquels le PSG est allé loin dans les négociations (Skriniar, Scamacca, Renato Sanches, Lewandowski) ne sont pas français non plus.

Les listes Champions League, mais pas que

Il n'empêche que voir deux français débarquer cet été n'a rien d'un hasard non plus, à défaut d'être spécialement un objectif. Le PSG a besoin de joueurs formés en France, ou au club, afin de remplir les quotas de l'UEFA pour la Champions League : il faut quatre joueurs formés en France, plus quatre formés au club, en plus des dix-sept qui peuvent être étrangers. Le besoin de quatre français peut être modéré par plus de joueurs formés au club mais Paris manque de joueurs prêts issus de son centre de formation à cet instant et a donc besoin... de joueurs formés en France.

L'an passé, la surprésence d'étrangers avait privé le PSG de son arrière gauche remplaçant, Juan Bernat, et c'est Abdou Diallo, franco-sénégalais formé à Monaco (considéré comme club français car rattaché à la FFF), qui s'était retrouvé à faire la doublure de Nuno Mendes. Avec Gueye, Diallo et Kurzawa sur le départ, le PSG a besoin de français pour sa liste sous peine de se retrouver dans la même situation que l'an passé, à savoir privé de joueurs de valeur en raison de leur nationalité.

Comme l'explique L'Équipe, il y a aussi dans ce choix des joueurs recrutés une volonté de « rééquilibrer un peu le vestiaire du PSG », après une ère très hispanophone. Le poids de cette colonie était devenu tel qu'ils ont même réussi à peser sur certaines décisions de groupe et des tensions sont parfois apparues, voire des clans, au cours de la saison passée. Cette surprésence de l'espagnol avait même poussé le tout jeune El Chadaille Bitshiabu (16 ans) à prendre des cours des cours d'espagnol, « entre autres, pour être plus à l'aise quand il côtoyait le groupe pro ».

Avec le très francophone Galtier aux manettes, cette ère semble désormais révolue à Paris.

 


Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.

News 

Aujourd'hui

samedi 01 octobre

vendredi 30 septembre

jeudi 29 septembre

mercredi 28 septembre

mardi 27 septembre

lundi 26 septembre

dimanche 25 septembre

samedi 24 septembre

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee