Article 

Echouafni avant PSG/Sparta : « La meilleure préparation pour Lyon, c'est le match de Prague »

Publié le lundi 8 mars 2021 à 18:05 par Bruno Hermant
A la veille de la rencontre aller des huitièmes de finale de la Ligue des Champions féminine face au Sparta Prague, l'entraîneur du PSG Olivier Echouafni était invité à répondre aux questions de la presse. S'il a été question de l'adversaire tchèque de demain, le match à Lyon en fin de semaine a été évoqué, mais le technicien parisien est très clair : il faut d'abord remporter la première étape avant d'attaquer la seconde.

L'état du groupe :

« Il se porte plutôt bien. On a essayé de gérer au mieux le fait de ne pas avoir joué face à Prague. Tout le monde va plutôt bien, à tous les niveaux. J'ai un groupe complet. »

Du repos, une bonne nouvelle en vue des matches à venir : 

« Je ne sais pas. On n'a pas forcément été mis au repos d'entraînement. Pour la compétition oui, mais pas l'entraînement. On a su aussi mettre beaucoup de travail tout au long de cette semaine de façon à bien se préparer aussi en vue de la Champions League et du Championnat. On va pratiquement enchaîner trois matches en huit jours, ça va être assez intense notamment en termes de rythme aussi. On a bien travaillé toute cette semaine sur le plan athlétique mais aussi sur le plan tactique, parce que c'est là où on doit être encore plus fort. »

Le sentiment à l'aube de la période décisive :

« De l'impatience ! De l'impatience, de la motivation, on fait ce métier pour finalement jouer ce genre de matches. Il y a la Ligue des Champions puis il y aura le grand match à Lyon. On fait par étapes. Là, ce qui nous préoccupe dans les prochaines 24 heures, c'est le match face à Prague. »

Un manque de rythme supposé pour les titulaires : 

« J'ai déjà un effectif, j'ai le choix. On vient de passer les tests PCR UEFA ce matin. On aura toutes les réponses concernant les tests ce soir. Pour l'instant, sur le plan athlétique, j'ai tout le monde. 10 jours d'arrêt, oui, mais en même temps, le rythme et la compétition, certaines filles l'ont eu en sélection et d'autres ont pu en avoir en championnat face à Issy. Cette semaine, on a aussi travaillé sur cet aspect de rythme. Parce qu'on va devoir bien sûr avoir un certain niveau en vue des matches qui nous attendent. »

Un adversaire un peu plus à portée du PSG : 

« De toute façon, on doit avoir l'idée d'être concentré sur Prague et pas ce qu'il va se passer après. Bien sûr, on aura deux matches pour se qualifier. Mais malgré tout, l'idée est de bien se préparer. La meilleure préparation pour le match de Lyon, c'est le match de Prague, qui arrive au bon moment. Les filles ont hâte de retrouver la compétition, le rythme et de pouvoir enchaîner. L'objectif, c'est Prague, pas Lyon. »

Le travail tactique, toujours garder le même style de jeu : 

« Je pense que c'est une de nos forces, de pouvoir imposer notre style, c'est ce qu'on fait. En tous cas, cette saison, on le fait plutôt bien voire très bien. On a eu régulièrement de très très bonnes prestations dans le contenu. Maintenant, il faut à chaque match se remettre en question et on sait que ce qui va nous attendre ne sera ni facile, ni simple. On joue une partie de notre saison là, mais pour pouvoir arriver quelque chose en cette belle fin de saison, il faut arriver au bon endroit au bon moment. Là, aujourd'hui, on y est, on sait que ce ne sera pas simple mais en même temps, il y a de l'impatience, de la motivation et on espère obtenir de belles choses. »

Son regard sur la progression de Paredes : 

« Irène, quand je suis arrivé en 2018, elle était dans une situation physique et psychologique difficile. Elle n'était pas en bon état à tous les niveaux. Elle a repris en forme. Mais il y a eu beaucoup de choses depuis 2018, avec la préparation pour la Coupe du Monde. Elle a remonté la pente progressivement. Et aujourd'hui, sincèrement, elle a un niveau incroyable. Elle a un enthousiame et une motivation au quotidien qui fait plaisir à voir. Quelques fois, il faut même la freiner tellement c'est fort et intense. Mais on aime ça aussi quand on est compétiteur. C'est une compétitrice qui veut tout gagner, tout le temps. De pouvoir s'appuyer sur une telle joueuse, pour un entraîneur, c'est vraiment top. Elle arrive en fin de contrat, j'aimerais qu'elle puisse continuer dans le projet du PSG. Mais je pense qu'elle se sent bien à Paris. Ca fait un petit moment et aujourd'hui, elle a envie d'être récompensée. Et aujourd'hui, on va tout faire pour le groupe soit récompensé.

(Le brassard de capitaine) J'ai envie de dire que dans un groupe, il y a plusieurs capitaines. C'est important, un symbole. C'est un ensemble de choses. Je pense qu'Irène, sur ses qualités footballistiques, a vraiment franchi un grand pas. Elle a une progression vraiment importante. Elle a pris son rôle de leader à coeur. Il faut dans ces cas là être aussi exemplaire et Irène le montre de par son état d'esprit, de son envie, d'être là tout le temps avec le sourire. Et être aussi capable de dire les choses quand ça ne va pas. Elle a cette légitimité de par son expérience. Elle est aussi capitaine avec l'Espagne. Ça montre aussi qu'elle fait partie de ces cadres-là, comme en fait partie Formiga. L'avenir, c'est plus Irène Paredes que Formiga, mais Formiga le prouve très bien. C'est aussi une Christiane Endler aussi, une Nadia Nadim, une Kadi Diani, ce sont des joueuses qui aujourd'hui sont des cadres, des relais aussi pour un coach et pour un staff. »

Les dangers identifiés chez le Sparta Prague : 

« Quand on regarde leurs statistiques, c'est une équipe qui est régulièrement qualifiée pour la Ligue des Champions. Elles sont invaincues en championnat. Elles ont réalisé 7 victoires en 7 matchEs, elles devaient rencontrer le Slavia Prague la semaine dernière mais le match a été reporté. On sait qu'il y a beaucoup d'internationales Tchèques dans cette équipe. On sait aussi ces derniers temps, elles n'ont pas eu forcément de compétition. C'est à la fois un atout et un danger dans le sens où quand on ne joue pas durant un certain temps, on manque de rythme et de compétition mais à contrario sur le plan énergétique, sur le plan de la motivation, vous êtes vraiment à 300 %. Je m'attends très certainement à un match difficile, avec une équipe qui va certainement avoir beaucoup de jus, d'impact. Et je pense qu'il va falloir jouer sur la fatigue pour pouvoir arriver à trouver les solutions. »

Une équipe adverse âgée, peut-être diminuée par les cas de COVID : 

« Je pense que ça reste un match de Ligue des Champions, quoi qu'il se passe. On sait que dans cette compétition, il y a des ingrédients qui sont importants. Notamment l'intensité, le rythme, la vitesse, l'agressivité aussi. Si on n'a pas ces ingrédients là en Ligue des Champions, ça ne passera pas. Si on les a, on se rendra certainement le match facile. On sait qu'on a un adversaire malgré tout qui a de l'expérience, peut-être âgé mais expérimenté. A nous d'être vigilants et d'être capables de jouer notre jeu et de marquer, parce qu'aujourd'hui, on est sur des chiffres intéressants, importants sur le plan offensif. Et défensivement, on se sent aussi solides parce que ça fait un petit moment qu'on n'encaisse pas de but non plus. »

Des informations concernant le Sparta Prague : 

« Non, je ne me pose pas la question. On jouera l'équipe qu'il y aura en face. Déjà, on a trouvé la solution par rapport à ces deux matches, on finit par les recevoir et aller ensuite à Prague, en inversant le tirage au sort. Mais l'idée est de pouvoir jouer ces matches-là, parce qu'elles ont comme nous mérité d'être là. Ca reste des grands matches à jouer parce que c'est la Coupe d'Europe. »

La préparation d'un match comme celui là avant celui de Lyon : 

« Je pense que, comme je l'ai dit avant, il y a des étapes à respecter. Si on veut bien se présenter en vue du match de Lyon samedi, il faut qu'on passe cette première étape sur le plan du résultat en lui même. Après, le contenu, ce sera autre chose. Mais déjà le résultat, ce sera important de faire une différence au match aller pour avoir un match à Prague en étant dans une meilleure condition. Je pense qu'il est important que les filles soient concentrées et qu'on leur fasse passer ce message là. On sait que Lyon va vite arriver derrière mais je pense que ces huit jours qu'on vient de passer ont été déterminants pour la semaine qui arrive et on a fait en sorte de bien préparer le groupe pour ce match de Prague, puis ensuite celui de Lyon. »

Un jour de récupération en plus, Lyon qui ira au Danemark le lendemain : 

« Cela fait partie des aléas. Mais aussi des décisions prises par l'UEFA. Nous nous sommes adaptés par rapport à tout cette situation. On a juste demandé à pouvoir inverser le tirage au sort, pour pouvoir arranger aussi Prague. Ensuite l'UEFA a décidé de placer la rencontre le 9. Un jour de récupération en plus, oui, non. Mais je pense que ce ne sera pas forcément le petit plus important en vue du match face à Lyon samedi. »

Le prêt de Sangaré au Havre, le développement attendu : 

« Elle a fait le choix, et on l'a fait ensemble aussi, de pouvoir partir en prêt. C'est pour qu'elle s'aguerrisse. Elle n'a que 18 ans, elle a signé son premier contrat pro, qu'elle s'aguerrisse tout simplement à travers ses prestations. Je suis très content qu'elle puisse jouer régulièrement, j'ai pu voir son dernier match face à Fleury ce week-end. Elle a besoin de retrouver du rythme, de retrouver de la compétition. Elle espérait en avoir avec les U19 du PSG aussi mais les compétitions sont arrêtées. C'est un bon choix et j'espère pouvoir la retrouver l'année prochaine avec 6 mois de compétition en plus, avec aussi le fait d'avoir été dans une structure différente du PSG, de voir ce qui se fait ailleurs, qu'elle se fasse sa propre expérience. Et puis qu'elle revienne au PSG avec des motivations qui lui permettraient d'intégrer doucement le groupe professionnel. »

Vous pouvez retrouver les commentaires de l'article sous les publicités.


News 

Aujourd'hui

dimanche 11 avril

samedi 10 avril

vendredi 09 avril

jeudi 08 avril

mercredi 07 avril

mardi 06 avril

 

Soutenez-nous 
Soutenez CulturePSG sur Tipeee
Réseaux sociaux